Testez gratuitement et sans engagement APM


Merci de compléter le formulaire suivant :

* Champs obligatoires
Nom:* 
Fonction:* 
Mail:* 
Etablissement:* 
Tél.: 
 

Les informations qui vous concernent, destinées à APM, sont nécessaires au traitement de votre message et nous permettront de reprendre contact ultérieurement avec vous.

 

Nous vous rappelons que vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art.34 de la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés). Pour exercer ce droit adressez-vous par écrit à :
APM, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

 

Santé osseuse: de nombreux essais cliniques entachés par une fraude scientifique

WASHINGTON, 10 novembre 2016 (APM) - Les résultats d'une trentaine d'essais cliniques évaluant différents traitements sur la densité osseuse, le risque de chutes ou le risque de fracture ne semblent pas fiables après la mise au jour d'une fraude scientifique sur la majorité d'entre eux, selon une étude à paraître dans Neurology.

"Cette analyse statistique met en évidence une fraude scientifique probable à large échelle", commente le rédacteur en chef de l'organe de l'American Academy of Neurology (AAN), le Dr Robert Gross de l'University of Rochester Medical Center (Etat de New York), dans un communiqué.

Dans cette étude, Mark Bolland de l'université d'Auckland en Nouvelle-Zélande et ses collègues se sont intéressés à la question de l'intégrité scientifique dans la recherche biomédicale. Mettre en évidence des fraudes est difficile mais il existe des techniques statistiques qui permettent de détecter d'éventuelles manipulations.

Ils se sont intéressés à des travaux sur l'ostéoporose, relevant qu'un chercheur japonais, Yoshihiro Sato de l'hôpital Mitate à Tagawa, était le premier auteur de 79% de 33 essais cliniques randomisés, contrôlés, qui ont été publiés au cours des 15 dernières années et ont influencé des revues systématiques de la littérature importantes. En outre, ils ont observé que ces travaux faisaient l'objet d'interrogations dans des échanges de courriers avec les revues ayant publié ces études.

Dans ces études étaient évalués des traitements par alpha-calcidiol, vitamine K, vitamine B12, risédronate, alendronate, étidronate chez des patients présentant un risque de fracture après un accident vasculaire cérébral (AVC), une maladie d'Alzheimer, une maladie de Parkinson ou une ostéoporose.

Il apparaît notamment que dans ces études, un grand nombre de patients, âgés, avec des comorbidités importantes, ont été recrutés très rapidement. L'analyse statistique des données montre également que les similitudes des résultats étaient "improbables", "remarquablement positifs", avec une très faible mortalité et un très faible taux d'abandons.

La distribution des données publiées était très différente de ce qui pouvait être attendu, l'ampleur d'effet très importante, quel que soit le traitement évalué, et excédant ce qui était rapporté dans des méta-analyses sur d'autres essais.

Les auteurs décrivent également des incohérences dans les essais et entre essais, des erreurs dans la retranscription des données, des textes trompeurs, des données dupliquées, des oublis...

L'article, qui a été envoyé à Neurology en décembre 2015, a fait l'objet d'une relecture inhabituellement longue, fait observer le Dr Gross dans un éditorial. Trois statisticiens ont revu l'analyse puis l'ont validée. Les éléments étaient suffisants pour confondre le chercheur japonais qui a été interrogé par Neurology.

Il a reconnu avoir fabriqué des données et admis sa responsabilité, ce qui a conduit notamment au retrait en juillet de trois essais publiées dans Neurology en 2003, 2005 et 2007 -dont deux avaient été reprises dans l'APM (cf APM LDKCJ002 et APM LDICE004)-, indique la revue médicale. Le Dr Sato a par ailleurs précisé que ses coauteurs n'étaient pas impliqués.

D'autres revues médicales ont exprimé des doutes au sujet d'études qu'elles ont publiées, le Journal of the American Medical Association (JAMA) et le Journal of Bone and Mineral Research (JBMR), ajoutent les auteurs.

Dans cette analyse, des outils statistiques ont permis d'évaluer l'intégrité scientifique des données de plusieurs essais et suggéré que les résultats publiés semblent ne pas être fiables, concluent les chercheurs.

Cependant, détecter une fraude sur un seul article est difficile car la relecture par les pairs est faite par des hommes; l'exercice n'est pas parfait, commente le Dr Gross.

(Neurology, édition en ligne du 9 novembre)

ld/ab/APM
redaction@apmnews.com

LD0OGDRKX 10/11/2016 00:01 OSTEOPOROSE SNC

APM International 33, avenue de la République 75011 PARIS France
©1989-2017 APM International.
Service Clients (Hot-Line de 9h à 18h00) : Tél. 01 48 06 54 92
APM International