Testez gratuitement et sans engagement APM


Merci de compléter le formulaire suivant :

* Champs obligatoires
Nom:* 
Fonction:* 
Mail:* 
Etablissement:* 
Tél.: 
 

Les informations qui vous concernent, destinées à APM, sont nécessaires au traitement de votre message et nous permettront de reprendre contact ultérieurement avec vous.

 

Nous vous rappelons que vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art.34 de la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés). Pour exercer ce droit adressez-vous par écrit à :
APM, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

 

VIH et tabagisme: chez des patients bien contrôlés, fumer tue plus que le virus

LONDRES, 7 novembre 2016 (APM) - Chez les patients infectés par le VIH qui fument, l'espérance de vie est diminuée autant par le tabagisme que par le virus lui-même, voire même plus par le tabagisme que par le virus quand les patients ont une virémie bien contrôlée, selon une étude américaine dont les auteurs estiment que l'arrêt du tabac doit devenir une priorité dans cette population.

Selon les données américaines, 40% des patients VIH+ fument, ce qui est nettement plus que les 17% de fumeurs dans la population générale. Et 20% sont anciens fumeurs. L'arrêt du tabagisme est d'autant plus important chez les patients VIH+ qu'ils ont des taux plus élevés de maladies cardiovasculaires, bronchopneumopathie chronique obstructive et cancers, rappellent Krishna Reddy de la Harvard Medical School à Boston et ses collègues.

Les chercheurs se sont basés sur une cohorte nord-américaine pour modéliser la durée de vie des patients en fonction de leurs caractéristiques. La modélisation porte sur l'espérance de vie d'une personne âgée de 40 ans et ils se sont intéressés à l'effet du tabagisme (de façon moyenne, la quantité de cigarettes fumées par jour n'est pas prise en compte) et au bénéfice de l'arrêt du tabac.

Les chercheurs ont calculé qu'une personne VIH+ de cet âge qui continue à fumer perd 6,7 ans de vie pour un homme et 6,3 ans pour une femme, par rapport à un patient non-fumeur.

Par comparaison, ils ont calculé qu'en moyenne, le VIH lui-même fait perdre 6,9 ans chez les hommes et 8,3 ans chez les femmes. Ainsi, le tabagisme est aussi délétère que le virus lui-même chez les hommes et presque aussi délétère que le virus chez les femmes.

Mais si la modélisation prend pour base une personne parfaitement observante de son traitement antirétroviral, alors le VIH n'est plus associé qu'à une diminution d'espérance de vie de 3,5 ans chez les hommes et 4,3 ans chez les femmes. Le tabagisme devient alors plus délétère que le virus lui-même.

Ils ont aussi calculé que si les patients VIH+ fumeurs arrêtent de fumer, ils "récupèrent" 5,7 ans d'espérance de vie pour les hommes et 4,6 ans pour les femmes.

Le bénéfice de l'arrêt du tabagisme sur l'espérance de vie est même supérieur au fait de débuter un traitement antirétroviral au-dessus de 500 CD4/mm3 plutôt qu'en-dessous de 200/mm3, et largement supérieur à l'effet d'une amélioration de l'observance, notent-ils.

Malheureusement, il est encore plus difficile de faire arrêter de fumer les patients VIH+ que les autres fumeurs. Il y a un besoin de nouvelles stratégies d'arrêt du tabagisme, ajoutent-ils.

"L'arrêt du tabagisme devrait être une priorité dans les programmes de prise en charge des patients VIH+", commentent-ils. Les médecins qui suivent ces patients "devraient poser la question du tabagisme à chaque consultation et proposer des traitements pharmacologiques et comportementaux" pour arrêter.

(Journal of Infectious Diseases, publication en ligne du 3 novembre)

fb/nc/APM
redaction@apmnews.com

FB1OG4NKH 07/11/2016 11:20 SIDA PNEUMO-ALLERGO-DERMATO

APM International 33, avenue de la République 75011 PARIS France
©1989-2017 APM International.
Service Clients (Hot-Line de 9h à 18h00) : Tél. 01 48 06 54 92
APM International