dépêche

 - 

L'accès aux deux nouveaux antituberculeux reste marginal, dénonce MSF

LIVERPOOL, 26 octobre 2016 (APM) - L'accès aux antituberculeux délamanide (Deltyba*, Otsuka) et bédaquiline (Sirturo*, Janssen, groupe Johnson & Johnson) reste marginal dans le monde a dénoncé Médecins sans frontières(MSF), dans un communiqué diffusé mercredi à l'occasion de la Conférence mondiale de l'Union sur la santé respiratoire organisée à Liverpool.
La bédaquiline a été autorisée par le Food and Drug Administration (FDA) américaine en 2012, la molécule a été homologuée par l'Agence européenne du médicament (EMA) en 2014 comme le délamanide.
Selon MSF, en raison d'un manque de données solides sur la sûreté et l’efficacité de ces deux nouveaux médicaments, "leur utilisation n’est recommandée que pour les patients les plus malades, les gouvernements hésitent à les inclure dans leurs protocoles nationaux et à les utiliser en routine".
Selon l'ONG, très peu des patients qui devraient les recevoir y ont eu accès. En octobre 2016, seulement 5.700 patients dans le monde ont eu accès à la bédaquiline et à peine 405 au délamanide. Or, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé qu'en 2015, 580.000 personnes auraient eu besoin d’un traitement contre la tuberculose multirésistante (TB-MDR).
MSF dénonce un manque de connaissances sur l'efficacité des combinaisons, notamment de l'association bédaquiline-délamanide, au-delà des six mois de traitement recommandés par l’OMS.
MSF réitère sa demande de consacrer davantage "de ressources" et de "volonté politique" à la recherche de nouveaux traitements.
L'association a elle-même initié des essais et participe à deux essais internationaux visant à définir des traitements plus courts et plus efficaces sans médicament injectable.
vib/ab/APM

[VIB7OFNVAV]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jours sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe