dépêche

 - 

Le CEPS renonce au TFR sur le clopidogrel (FSPF)

PARIS, 19 décembre 2016 (APM) - Le Comité économique des produits de santé (CEPS) a renoncé à instaurer un tarif forfaitaire de responsabilité (TFR) pour l'anti-agrégant plaquettaire clopidogrel 75 mg, a annoncé vendredi le président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), Philippe Gaertner, sur son site internet.
Ce groupe a Plavix* (Sanofi) pour princeps et compte plusieurs dizaines de génériques. Plavix* a un prix TTC (hors honoraires de dispensation) de 20,42 euros et les génériques de 16,21 euros.
Le Journal officiel du 22 décembre 2015 avait publié un avis du CEPS fixant un TFR de 15,20 euros pour le groupe clopidogrel 75 mg (30 comprimés) à compter du lundi 2 janvier 2017, rappelle-t-on (cf dépêche du 22/12/2015 à 15:49). Toutefois, si le prix du TFR avait fait l'objet d'un texte au JO, cela n'avait pas été le cas pour sa création. Habituellement, un même texte crée le TFR et fixe son niveau, note-t-on.
Une source professionnelle interrogée par l'APM avait alors indiqué que le montant du TFR pouvait avoir été déterminé "par avance" mais que sa création pourrait ne pas intervenir si les pharmaciens atteignent un taux de substitution de 80% sur la molécule, contre 78,1% fin 2015.
Les représentants des pharmaciens d'officine avaient vivement protesté contre le projet du CEPS, estimant que la mise en place d'un TFR sur le clopidogrel (synonyme d'une réduction de la marge réglementée et d'un abaissement du plafond de remises que les génériqueurs peuvent accorder aux pharmaciens) représentait un manque à gagner de 20 millions d'euros.
Dans son message, intitulé "Pas de TFR sur le clopidogrel: une bataille gagnée", le président de la FSPF indique que "le CEPS [l']a informé de la suppression de ce TFR, après une bataille de près d’un an menée par la FSPF et grâce à la mobilisation de tous les pharmaciens pour augmenter le taux de substitution du clopidogrel".
"Pour la FSPF, c’est une réelle satisfaction puisque le manque à gagner aurait été de près de 20 millions d’euros (soit 1.000 euros par an et par officine). Cette bonne nouvelle est un juste retour qui ne doit pas occulter les efforts demandés par ailleurs à la profession. La FSPF reste attentive à toutes nouvelles menaces de baisses de prix ou de mises sous TFR", ajoute Philippe Gaertner.
L'APM n'a pu joindre le CEPS lundi matin.
eh/nc/APM

[EH4OIFCDY]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jours sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe