dépêche

 - 

Le SNPHAR-E appelle à la grève à compter du 26 septembre

PARIS, 5 septembre 2016 (APM) - Le Syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes-réanimateurs élargi (SNPHAR-E) a indiqué avoir déposé un préavis de grève reconductible à compter du lundi 26 septembre, dans un communiqué publié lundi.
Le syndicat dénonce notamment une "dégradation des conditions de travail dans de nombreux établissements hospitaliers en raison de postes vacants et d'absence de recrutements", "une croissance de l'intérim médical", ou la concurrence entre les établissements de santé ainsi qu'entre hôpitaux publics "avec des pratiques de rémunération ou de décompte du temps de travail très inégales sur le territoire".
Le SNPHAR-E réclame en conséquence:
  • " L'application immédiate" d'un découpage faisant que "24 heures de travail comptent pour cinq demi-journées", une demande déjà posée au mois de mai par les cinq intersyndicales de praticiens hospitaliers (cf APM ED6O7DQ7Y).
  • L'inversion des termes de l'article 2 de l'arrêté du 30 avril 2003 modifié qui fixerait ainsi, par défaut, un décompte du temps de travail en heures et par dérogation, en demi-journées, reconnaissant ainsi à chaque praticien son droit à la maîtrise de son temps de travail
  • Et "la déclinaison de la circulaire de la direction générale de l'offre de soins (DGOS) du 22 décembre 2014 et de l'instruction de la DGOS du 10 juillet 2015 relatives aux 'spécialités présentant des sujétions comparables', avec introduction d'un temps non clinique de 20% et dimensionnement des équipes médicales en tenant compte".
Estimant avoir jusqu'alors "joué le jeu de la concertation" par le biais de sa participation aux réunions de négociation sur les mesures d'attractivité des carrières médicales hospitalières, le syndicat pointe des "réunions
qui ne débouchent jamais sur rien".
En juillet 2015, le SNPHAR-E demandait déjà "une révision des dispositions statutaires en matière de temps de travail des médecins hospitaliers", dénonçant le "flou sur la réglementation" et réclamant déjà "une extension rapide à d'autres spécialités" du référentiel sur le temps de travail pour les urgentistes, rappelle-t-on (cf dépêche du 23/07/2015 à 15:29).
En janvier de la même année, le syndicat avait remis à la ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, un "rapport-qui-pique" regroupant des témoignages et interviews d'hospitaliers ainsi que des propositions pour améliorer l'attractivité de l'exercice médical à l'hôpital rappelle-t-on (cf dépêche du 21/01/2015 à 14:28).
/ed/ab/APM

[ED2OD1H57]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jours sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe