Rechercher sur tout le site 
La larvothérapie pour les ulcères de jambe semble coût-efficace 
PARIS, 12 décembre 2008 (APM) - L'utilisation de larves de Lucilia sericata semble être coût-efficace dans le traitement des ulcères de la jambe mais nécessite une prise en charge antalgique, suggèrent deux études présentées au congrès de la Société française de dermatologie qui se tient cette semaine à Paris.

La larvothérapie (ou asticothérapie) se sert de la capacité des larves de certaines espèces de mouche -ici, Lucilia sericata ou lucilie soyeuse, mouche verte- à décomposer et ingérer du tissu infecté ou nécrosé afin de nettoyer une plaie et d'en faciliter la cicatrisation.

Le traitement des ulcères chroniques de jambe à l'aide de larves de mouche est connu depuis des décennies pour la détersion des plaies fibrineuses. En France, il est possible d'utiliser des larves dans le cadre d'une autorisation temporaire d'utilisation (ATU) après échec des traitements classiques, expliquent Séverine Martelet et ses collègues des services de pharmacie et dermatologie du CHU de Saint-Etienne dans le résumé de leur communication orale.

Ils ont conduit une étude médico-économique auprès d'une soixantaine de patients (15 cas d'une angiodermite nécrotique, 22 ulcères veineux, 10 ulcères artériels et neuf ulcères artérioveineux) pris en charge dans leur établissement après échec de plus de trois mois malgré des traitements ambulatoires bien conduits.

Ces patients présentaient des ulcères de jambe ne nécessitant pas de prise en charge chirurgicale vasculaire. Ils étaient âgés de 75 ans en moyenne et les plaies étaient anciennes de quatre ans en moyenne (de quelques mois à 10 ans), avec une taille moyenne supérieure à 5 cm de diamètre.

Les patients ont été hospitalisés et les pansements de larve, achetés auprès de la société britannique ZooBiotic, ont été appliqués sur les ulcères jusqu'à détersion complète, soit une à deux cures pendant quatre à huit jours.

Dès 24 heures à 48 heures d'action des larves, une diminution de la quantité de fibrine était visible. Dans plus des trois quarts des cas (76%), la détersion a été assez efficace pour autoriser une greffe cutanée en résille ou en pastille (six patients l'ont refusée).

Pour 56% d'entre eux, un mois après la greffe, la cicatrisation était supérieure à 50% de la surface initiale de la plaie. 17 patients ont été greffés après une seule cure et neuf avaient bénéficié de greffes antérieures avec succès.

Les chercheurs remarquent en particulier que la larvothérapie a permis de greffer deux patients qui avaient subi un décapage par Versajet* (système hydrochirurgical de Smith & Nephew) sous anesthésie générale sans apporter d'amélioration.

Le coût d'un traitement de larvothérapie (deux cures), sans tenir compte de l'hospitalisation, est de 714 euros en moyenne, avec des variations selon le nombre et la taille des sachets de larves appliqués.

Globalement, ces données montrent que la larvothérapie permet une détersion significative des plaies et un gain considérable de temps de cicatrisation et de confort, ce qui permet également d'économiser du temps infirmier.

Ces bénéfices permettent de compenser le coût globalement élevé de ce traitement, notamment en raison de l'acheminement des larves du Royaume-Uni en moins de 24 heures. Le coût de la larvothérapie reste néanmoins comparable à des soins classiques à domicile sur deux mois (978 euros en moyenne), concluent les chercheurs.

Pour des raisons réglementaires, la larvothérapie demande une hospitalisation en France mais elle pourrait être réalisée en ambulatoire, comme au Royaume-Uni, ce qui permettrait de réduire davantage les coûts, ajoutent-ils.

ADAPTER LE TRAITEMENT ANTALGIQUE

Dans un poster, la même équipe présente une étude évaluant la douleur associée au traitement par Lucilia sericata qui a été conduite auprès d'une vingtaine de patients (10 ulcères veineux, deux ulcères artériels, cinq ulcères mixtes et trois angiodermite nécrotique).

Avant le traitement, un tiers des patients prenaient un antalgique de pallier 1, 40% des antalgiques de palliers 1 et 2 et 27% ne prenaient aucun antalgique.

Dès le début de l'action des larves, les douleurs se sont accentuées, en particulier la nuit, pour 85% des patients. Lorsque le score douloureux augmentait d'au moins deux unités (sur une échelle de 0 à 10), un antalgique de pallier supérieur a été administré.

Dans 90% des cas, les patients ont pu être greffés. Pour tous ces patients, une disparition des douleurs a été observée et les antalgiques forts ont pu être arrêtés. Un antalgique de pallier 1 a été maintenu pour 65% d'entre eux.

La larvothérapie apparaît comme un traitement efficace et relativement rapide mais l'augmentation des douleurs quasi-constante qui l'accompagne nécessite une évaluation journalière et une adaptation du traitement antalgique, concluent les chercheurs.

ld/eh/APM
redaction@apmnews.com

LDLLC003 12/12/2008 18:16 ACTU
   
Mots clés

Selectionnez un mot clé pour lire les dernières dépêches contenant le même mot clé.

Dépêches liées à cette information
APM International 33, avenue de la République 75011 PARIS France
©1989-2014 APM International.
Service Clients (Hot-Line de 9h à 18h00) : Tél. 01 48 06 54 92
A Wilmington Company