dépêche

 - 

Epidémie de Covid-19: le point région par région

PARIS, 23 mars 2020 (APMnews) - L'épidémie de Covid-19 a poursuivi sa progression au cours du week-end, montrent les données publiées par les agences régionales de santé (ARS) et Santé publique France.
En Ile-de-France, l'ARS, contactée lundi par APMnews, a fait état de 5.283 cas confirmés de Covid-19 dimanche à 17h, soit 588 cas supplémentaires (+13%) depuis la veille.
A la même date, depuis le début de l'épidémie, il y a eu 166 décès dans la région, soit 32 de plus depuis samedi (+24%). Il y avait 665 personnes en réanimation et 76 en soins intensifs.
En Ile-de-France, "1.200 lits de réanimation sont d'ores et déjà armés et fonctionnels, et l'ARS et l'AP-HP sont en train de voir comment aller au-delà de cette capacité", a-t-on souligné à l'agence.
Sans encore être en mesure de livrer des données pour l'ensemble des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de la région, l'ARS a confirmé l'existence de nombreux cas dans un Ehpad de la Fondation Rothschild, dans le XIIe arrondissement de Paris. Samedi à 16h, "69 cas chez des résidents, dont 5 décès", étaient recensés dans cet établissement qui accueille "près de 500 résidents".
Le directeur général de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch, a déclaré, dans une intervention dimanche au journal de 20h de TF1, qu'"au-delà des malades graves, nous avons en Ile-de-France à peu près 2.000 autres patients hospitalisés" et "5.000 patients à leur domicile", suivi à travers l'application Covidom (cf dépêche du 13/03/2020 à 16:27).
"Nous avons augmenté nos capacités disponibles, nous ne sommes pas à saturation et nous continuons à essayer de faire en sorte que nous soyons plus rapides, pour ouvrir des places, que le virus qui pourtant est redoutablement rapide", a souligné Martin Hirsch, relevant que les hôpitaux franciliens ont "encore besoin de renforts" (cf dépêche du 20/03/2020 à 20:00).
Dans le Grand Est, l’ARS a annoncé dimanche soir que 1.977 personnes étaient hospitalisées dans la région, dont 480 en réanimation, soit 180 de plus que vendredi.
Les capacités d’accueil en réanimation à l’échelle régionale ont doublé pour atteindre près de 900 lits en réanimation, tandis que 22 patients ont été transférés vers l’Allemagne, le Luxembourg et la Suisse (cf dépêche du 22/03/2020 à 21:57).
"Depuis le début de l’épidémie, le nombre total de décès de patients pour le Grand Est s’élève à 271 [décès] en prenant en compte les personnes confirmées virologiquement positives au coronavirus Covid-19 ainsi que les personnes non testées mais dont le décès est rapporté à une infection par coronavirus", a ajouté l’agence.
Dans son point de situation dimanche à 14h, Santé publique France faisait état de 3.395 cas confirmés dans le Grand Est.
En Auvergne-Rhône-Alpes, dimanche à 15h, le nombre de cas confirmés biologiquement était de 1.431, soit 165 de plus que la veille. S'ajoutent 72 décès, soit 15 de plus.
Le Rhône reste le département le plus touché avec 381 cas confirmés (+44) dont 35 décès. Il est toujours par la Haute-Savoie qui comptabilise 256 cas (+16) dont 10 décès. La Loire atteint les 257 cas, soit 43 de plus, dont 7 personnes décédées.
Le département de l'Isère a connu aussi une forte hausse à 117 cas dont 2 décès. Vient ensuite la Drôme avec 99 cas (+6) dont 7 décès, l'Ain avec 97 cas (+5) dont 5 décès, la Savoie avec 72 cas (+1), dont 2 décès, l'Ardèche avec 57 cas (+2) dont 3 décès, le Puy-de-Dôme avec 57 cas (+10), l'Allier avec 27 cas (+9), dont 1 personne décédée, le Cantal avec 17 cas (+5) et la Haute-Loire avec 13 cas (+2). Vingt-et-un cas étaient non rattachés à un département.
"Parmi les décès enregistrés, environ 90% concernent des personnes de 70 ans ou plus" et "l’âge moyen des décès survenus dans la région est de 81,5 ans", précise l'ARS. Dans un communiqué diffusé vendredi soir, l'ARS a annoncé une augmentation de la capacité en lits de réanimation pour parvenir à près de 900 dans toute la région (cf dépêche du 23/03/2020 à 10:02).
En Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca), l'épidémie continue fortement d'augmenter avec 1.316 cas confirmés dimanche soir (contre 755 vendredi), dont 85 personnes en réanimation et 15 décès depuis février.
Les Bouches-du-Rhône est le département le plus touché et où l'épidémie s'accélère le plus avec 827 cas. Il est suivi des Alpes-Maritimes (194 cas), du Var (186 cas), du Vaucluse (45 cas), des Hautes-Alpes (42 cas) et des Alpes-de-Haute-Provence (22 cas).
Par ailleurs, le préfet des Alpes-Maritimes a publié dimanche un arrêté interdisant les déplacements entre 22 heures à 5 heures du matin dans les communes du littoral et dans les communes de plus de 10.000 habitants, à l'exception des déplacements professionnels, pour motifs de santé, dans le cadre de "missions d'intérêt général" ou de déplacements pour "motif familial impérieux".
L'épidémie poursuit sa progression en Bourgogne-Franche-Comté, avec 359 patients hospitalisés dimanche après-midi, dont 100 placés en réanimation, a rapporté l’ARS.
"On déplore 51 décès au total", a ajouté l’agence. Le département de l’Yonne est passé en situation épidémique, "seule la Nièvre reste à ce jour en deçà des seuils épidémiques déterminés par Santé publique France".
Santé publique France faisait état de 1.178 cas confirmés biologiquement dimanche dans la région.
Dans les Hauts-de-France, l'ARS enregistrait dimanche à 15h 943 cas confirmés depuis le 25 février, dont 97 décès: 50 dans l’Oise, 21 dans l’Aisne, 20 dans la Somme, 4 dans le Nord et 2 dans le Pas-de-Calais. Le ministre des solidarités et de la santé a annoncé dimanche le décès d'un praticien de l'hôpital de Compiègne (Oise), premier praticien hospitalier (PH) dont le décès lié au coronavirus est signalé en France (cf dépêche du 22/03/2020 à 13:51).
Le préfet de l'Oise a décrété lundi un couvre-feu sur la commune de Compiègne, de 22 heures à 5 heures du matin, jusqu'au 5 avril (hors services d'urgence et de sécurité intérieure, police municipale, pompiers, professionnels de santé, services publics indispensables). Le couvre-feu ne s'applique pas en cas de motif familial impérieux, de santé ou trajets professionnels inévitables, sous réserve d'être "dûment justifiés".
En Occitanie, l'ARS a enregistré dimanche soir 671 cas (contre 611 samedi). Il y a 293 hospitalisations en cours dont 86 personnes en réanimation, 123 retours à domicile et 30 décès depuis le début de la crise.
L'ARS n'a pas fait de décompte du nombre de cas confirmés par département dans son dernier bulletin.
Le préfet du Gard a pris dimanche un arrêté interdisant "tout déplacement" sur le territoire des communes de Nîmes, Alès et Bagnols-sur-Cèze entre 22 heures et 5 heures du matin, à l'exception des déplacements professionnels, "motifs familiaux impérieux", motifs de santé et missions d'intérêt général.
En Nouvelle-Aquitaine, l'ARS a enregistré dans la journée de samedi 87 nouveaux cas confirmés de Covid-19, soit au total 593 cas confirmés dans la région, selon un communiqué diffusé dimanche. La région a également déploré un nouveau décès (8 décès du coronavirus dans la région au total).
Les départements comptant le plus cas confirmés sont la Gironde (106), le Lot-et-Garonne (65), la Vienne (53) et la Charente-Maritime (49).
L'ARS a annoncé avoir "en lien avec les autorités militaires, le service des armées et les équipes du CHU de Bordeaux, [...] coordonné l’accueil de 6 patients hospitalisés en réanimation à Mulhouse" afin de "libérer des capacités de prise en charge pour les patients dans cette région en tension".
Le transfert a été organisé par un avion A 330 Phénix de l’armée de l'air équipé à cet effet. L'ARS a indiqué que l'état santé des patients à l'issue du transfert était stable. Quatre patients ont été pris en charge sur le site de Pellegrin et 2 sur le site de Saint-André du CHU de Bordeaux.
En Normandie, l'ARS signalait dimanche soir 462 personnes testées positives au Sars-CoV-2 dont 117 nouveaux cas depuis la veille. La Manche comptait 87 cas (+24), le Calvados 129 cas (+30), la Seine-Maritime 170 cas (+42), l'Eure 53 cas (+13) et l'Orne 23 cas (+8).
Le nombre total de décès depuis le début de l’épidémie est de 9 en Normandie (8 hommes et 1 femme, avec un âge médian de 79 ans), dont 2 nouveaux cas en Seine-Maritime. Il s’agit de 2 hommes, respectivement âgés de 71 et 82 ans. La veille, l'ARS rapportait le décès d’une femme âgée de 73 ans, hospitalisée depuis le 5 mars au CH d’Elbeuf, Louviers, Val-de-Reuil.
Dans cette région, 126 personnes sont hospitalisées: 19 dans la Manche, 20 dans le Calvados, 71 dans la Seine-Maritime, 12 dans l’Eure et 4 dans l’Orne.
Depuis le 19 mars, le Calvados est considéré comme zone à risque (avec une circulation virale importante). Depuis le 21 mars, au regard du nombre de cas l’Eure, la Manche et la Seine-Maritime sont également considérées comme zones à risque.

Fort développement des téléconsultations en Bretagne

En Bretagne, le nombre de cas de Covid-19 confirmés par diagnostic biologique (PCR) depuis le 28 février était de 446 dimanche à 17h30 dont 174 personnes résidant dans le Morbihan, 99 dans le Finistère, 91 en Ille-et-Vilaine et 33 personnes résidant dans les Côtes-d’Armor. S'y ajoutent 11 personnes ne résidant pas en Bretagne et 38 personnes, qui ont fait l’objet de prélèvements biologiques dans les centres hospitaliers (CH) de Lorient, Morlaix, Pontivy, Saint-Malo, Rennes, Brest ou Quimper mais dont les départements de résidence ne sont actuellement pas encore connus.
Actuellement, 32 patients sont hospitalisés en service de réanimation, 90 en hospitalisation conventionnelle, 9 en soins de suite et réadaptation (SSR) et 2 en soins aux urgences. Le reste des patients sont pris en charge à leur domicile.
Depuis le début de l’épidémie, 17 décès sont à déplorer en Bretagne.
Après la publication du décret facilitant la prise en charge des actes de télémédecine pour les personnes exposées au coronavirus le 10 mars, le nombre de téléconsultations en Bretagne s’est fortement développé sur la plateforme régionale e-Kermed mise à disposition par le GCS e-santé Bretagne.
Depuis le 11 mars, plus de 800 comptes ont été créés à la fois pour les médecins libéraux (316) et les médecins hospitaliers (504). Près de 600 téléconsultations ont été réalisées permettant aux patients, depuis leur domicile de solliciter un avis médical à distance, mais aussi d’assurer un suivi dans le cadre d’un retour d’hospitalisation lié au Covid-19. La télémédecine constitue à la fois une solution de continuité des soins et de limitation des risques évitables de propagation du coronavirus au sein des cabinets libéraux et des centres de santé, note l'ARS.
En Centre-Val de Loire, 291 cas étaient confirmés au total, dimanche, contre 254 cas la veille, selon le dernier bulletin d'information de l'ARS. La région déplore toujours 2 décès au total. Désormais, 2 départements (l'Eure-et-Loir avec 58 cas, et le Loiret avec 102 cas) "sont classés comme zone où le virus circule activement".
En Pays de la Loire, le dernier bulletin publié datant de vendredi a recensé 161 cas confirmés avec 25 personnes en réanimation: 17 patients confirmés et 8 patients en attente de résultats, mais nécessitant une prise en charge en réanimation. Le nombre de décès était de 3 personnes (dont une au CHU d’Angers et une au CHU de Nantes).

En outre-mer: un premier décès en Guadeloupe

En Guadeloupe, l'ARS comptabilisait 58 cas confirmés dimanche soir (contre 45 cas jeudi), 16 patients hospitalisés au CHU de la Guadeloupe dont 6 en réanimation. Un premier décès sur l'archipel a été déploré vendredi.
"Il faut savoir que notre territoire comptait actuellement 22 lits de réanimation au CHU et 5 au CHBT [centre hospitalier de Basse-Terre]. Nous avons depuis une semaine augmenté le nombre de lits immédiatement utilisables à 33 lits de réanimation", précise l'agence.
À La Réunion, la préfecture et l'ARS ont annoncé dimanche soir que l’île comptait désormais 45 cas avérés de coronavirus, soit 26 nouveaux cas depuis vendredi.
En Martinique, l'ARS fait état, dans son dernier point de situation, vendredi, de 35 personnes contaminées, dont 7 hospitalisées en réanimation. Le bilan était jeudi de 32 personnes contaminées, avec le même nombre de patients se trouvant en réanimation.
En Guyane, l'ARS dénombrait 20 cas dimanche soir (contre 19 samedi) depuis février dont 6 guérisons. Un nouveau cas "importé" de métropole a été confirmé dimanche à Kourou, précise-t-elle.
A Mayotte, le nombre de cas a aussi progressé depuis vendredi, avec 11 cas recensés lundi par l'ARS et la préfecture, soit 5 nouveaux depuis vendredi.
"Sur ces 11 cas, 6 sont importés et 2 personnes ont été contaminées à Mayotte par contact avec des personnes déjà porteuses du virus", ont précisé les autorités.
san-gl-syl-bd-sl-mlb-cb/ab/APMnews

[SAN1Q7M2L3]

A lire aussi

En direct

Voir tous les articles en direct

Les + lus

Voir tous les top articles