dépêche

 - 

"Si on ne fait rien, dans 3 ou 4 jours, ça sera Mulhouse ici", alerte la DG du CHR Metz-Thionville

METZ, 31 mars 2020 (APMnews) - Le CHR Metz-Thionville peine à faire face à l'augmentation du nombre de patients atteints du Covid-19 nécessitant des soins de réanimation en Moselle, a-t-on appris lundi lors d'une conférence téléphonique avec la directrice générale du CHR, Marie-Odile Saillard.
"Nous nous sommes organisés pour avoir toujours un coup d'avance sur le virus, en ouvrant par tranche de 5 à 8 lits" de réanimation, a expliqué Marie-Odile Saillard, directrice générale du CHR Metz-Thionville, contactée lundi par APMnews lors d'une conférence téléphonique.
"Nous avions vendredi 92 lits et 76 patients", a-t-elle développé, "dimanche matin, nous sommes montés à 100 lits de réa et 84 patients, grâce aux transferts en Nouvelle-Aquitaine et en Allemagne".
Quatre patients en réanimation du CHR ont été héliportés vers des établissements allemands durant le week-end, tandis que 11 patients en réanimation ont été transférés dimanche vers la Nouvelle-Aquitaine à bord d'un TGV médicalisé (cf dépêche du 27/03/2020 à 22:47).
"Lundi matin, nous avions 100 lits et 90 patients" (en réanimation), a poursuivi Marie-Odile Saillard, "depuis 8 jours, nous avons ouvert 59 lits sur le territoire et transféré 20 patients; ces calculs nous amènent à considérer qu'il faut 90 lits [de réanimation] supplémentaires par semaine, donc 12 lits par jour".
La directrice du CHR a donc indiqué que son établissement devrait impérativement bénéficier du transfert quotidien de 12 patients Covid-19 en réanimation pour pouvoir faire face à l'épidémie qui s'accélère en Moselle.
"Nous sommes aujourd’hui dans une extrême inquiétude pour les heures et les jours qui viennent", s'est-elle alarmée.
"Si on ne fait rien, dans 3 ou 4 jours, ça sera Mulhouse ici", a-t-elle ajouté en faisant référence aux difficultés rencontrées par le groupe hospitalier de la région de Mulhouse et Sud-Alsace (GHRMSA) dans le Haut-Rhin (cf dépêche du 26/03/2020 à 18:52).
"On a toujours essayé d'avoir 10 ou 15 lits d'avance pour passer les nuits, les week-ends difficiles, mais là on est au bout de cette stratégie", a abondé le Dr Sébastien Gette, chef du service de réanimation du CHR, également présent lors de la conférence téléphonique.

"On n'aura plus d'autre solution que de transférer en masse"

"Maintenant, on n'aura plus d'autre solution que de transférer en masse les patients en dehors du Grand Est", a-t-il ajouté, en faisant remarquer qu'il y avait "plus de patients transférés du Grand Est vers l'Allemagne que dans le reste de la France".
"Ce sont des évacuations absolument nécessaires, qui sont complexes à monter, complexes à organiser, lourdes d'un point de vue médical", a souligné de son côté Marie-Odile Saillard, "lorsqu'on est sur de l'international, il faut l'accord des gouvernements étrangers, tout cela est extrêmement complexe, extrêmement lourd".
"Au CHR, on a 100 lits de réanimation dédiés Covid, supplémentaires aux besoins standards; pour les équipes c'est un effort surhumain, et sur les 100 lits, il y a en a 90 occupés aujourd’hui", a appuyé le Dr Gette, "à la vitesse où ça va, les 10 lits vides, [cela dure] quelques heures".
Pour agencer la prise en charge des cas suspects et des patients atteints du Covid-19, le CHR a conservé une organisation à trois niveaux (cf dépêche du 24/03/2020 à 17:17), avec 52 lits de pré-cohorting accueillant lundi 22 patients, et 157 lits de cohorting pour prendre en charge 133 patients en hospitalisation hors réanimation.
"Il n'y a pas de pression extraordinaire sur le pré-cohorting", a fait remarquer la directrice générale, "l'enjeu n'est pas sur l'orientation et le testing des patients, le vrai combat, il est sur les lits de réanimation".
Sur les territoires des groupements hospitaliers de territoire (GHT) de Lorraine Nord, dont le CHR est l'établissement support, et Moselle Est, dont le CH Sarreguemines (Moselle) est l'établissement support, le Dr Gette a rapporté qu'il y avait lundi 170 lits de réanimation aptes à accueillir des patients atteints du Covid-19, et que 156 étaient déjà occupés.
"Dans ces 170 lits, la réserve en lits, elle est vraiment sur les heures à venir", a insisté le chef du service de réanimation du CHR.

Une grande tension sur les respirateurs

Le CHR est également handicapé par sa difficulté à obtenir des respirateurs, s'est désolée Marie-Odile Saillard. "Nous avions des respirateurs en commande; ces commandes ont été bloquées par l’Etat, aujourd’hui elles sont débloquées petit à petit."
Elle a rapporté que les établissements voisins connaissaient également des manques: deux respirateurs pour les Hôpitaux privés de Metz (HPM) et un pour le centre hospitalier (CH) de Forbach (Moselle).
Des cliniques vétérinaires de la région ont proposé de mettre à disposition 13 respirateurs, mais 7 d'entre eux se sont révélés inadaptables et non conformes aux normes d'un service de réanimation.
"Je viens d'apprendre le décès d'un de nos médecins", a ajouté Marie-Odile Saillard, en indiquant que "plus de 40 personnels" du CHR étaient actuellement hospitalisés, dont "plusieurs médecins en réanimation".
gl/ab/APMnews

[GL4Q81V8S]

A lire aussi