dépêche

 - 

Données de santé: l'AP-HP oppose une fin de non-recevoir à la société américaine Palantir

PARIS, 17 avril 2020 (APMnews) - L'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), que la société américaine Palantir Technologies avait contactée au début du mois d'avril pour renforcer la lutte contre l'épidémie de Covid-19 grâce à l'analyse de données, "n'a pas donné suite", a indiqué vendredi à APMnews l'AP-HP, confirmant une information de BFM Tech.
Spécialisée dans l'analyse de mégadonnées (ou Big data), la société californienne Palantir Technologies avait contacté l'AP-HP au début du mois d'avril -parmi plusieurs autres établissements de santé européens- en vue de conclure un accord pour l'accompagner dans sa gestion de l'épidémie de Covid-19 et lui fournir des outils d'analyse des données, avait-on appris dans Bloomberg.
L'AP-HP s'était, jusqu'alors, refusée à tout commentaire. Ce vendredi, elle a confirmé à APMnews avoir été contactée par Palantir.
"Nous vous confirmons avoir été contactés par Palantir mais nous n’avons pas donné suite. L’AP-HP ne travaille pas avec Palantir", a-t-elle fait savoir, confirmant une information relayée un peu plus tôt par BFM Tech.
A l'AP-HP, le suivi de l'épidémie grâce aux données pour "casser les chaînes de transmission" fait néanmoins partie des ambitions du CHU francilien.
L'opérateur télécoms SFR a d'ailleurs fourni "plusieurs jeux de données permettant de mesurer et de représenter les déplacements entre l’Ile-de-France et les autres régions françaises sur le mois de mars" à l'AP-HP et à l'Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (Inria), a-t-on appris dans L'Obs le 3 mars.
Par ailleurs, l'AP-HP a lancé le 12 mars son application Covidom qui permet aux patients porteurs ou suspectés du Covid-19 sans signe de gravité de bénéficier d’un télésuivi à domicile en complément de mesures de confinement, rappelle-t-on (cf dépêche du 13/03/2020 à 16:27).

Palantir, un mastodonte américain

Au Royaume-Uni, Palantir a noué un partenariat avec une start-up britannique, Faculty, pour accompagner les autorités dans leur gestion de la pandémie de Covid-19 et analysera, pour cela, les données du service de santé, National Health Service (NHS), rapportait le Guardian dimanche dernier.
Fondée en 2004, à Palo Alto (Californie), Palantir Technologies compte 800 salariés en Europe.
Sa filiale tricolore équipe, notamment, la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), le service de renseignement français rattaché à l'administration centrale du ministère de l'intérieur depuis 2016 d'un logiciel de traitement de données.
Réputée proche des autorités américaines, outre-Atlantique, l'entreprise fournit aussi ses solutions d'analyse des données aux services de sécurité et de renseignement américains (CIA, NSA, FBI) dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et la cybercriminalité, et aux forces armées américaines.
wz/ab/APMnews

[WZ0Q8XORB]

A lire aussi