dépêche

 - 

L'Etat a "récupéré" 75 millions de masques chirurgicaux périmés (Edouard Philippe)

PARIS, 7 mai 2020 (APMnews) - L'Etat a "récupéré" 75 millions de masques chirurgicaux "arrivés à péremption en décembre 2019", a indiqué le premier ministre, Edouard Philippe, lors de la conférence de presse sur le plan de déconfinement jeudi.
Il était interrogé à la suite de la publication jeudi d'un article du Monde affirmant que la destruction de masques issus des stocks de l'Etat, dont certains étaient encore bons à l'emploi, s'était poursuivie après le début de l'épidémie.
(Capture d'écran)
(Capture d'écran)
"Un certain de nombre de masques achetés et stockés depuis très longtemps avaient vu leur date de péremption dépassée, et parfois dépassée depuis très longtemps", a expliqué le premier ministre.
Ce stock de 360 millions de masques chirurgicaux "qui devait être détruit" a été "trouvé en hiver ou au printemps 2020", a-t-il déclaré.
"On a regardé dans ce qui était périmé ce qui pouvait être utilisé. Il n'y en avait pas beaucoup. Nous avons vérifié si on peut les utiliser, et c'est ce que nous avons fait" avec 75 millions de masques "utilisables", a-t-il ajouté.
Les masques ont été testés par la direction générale de l'armement (DGA) et l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), a-t-il précisé.
Un stock de 85 millions de masques a également été "récupéré" pour être utilisé "pas comme des masques chirurgicaux, mais comme des masques grand public, et être mis à disposition, ce que nous avons fait".
D'autres, "dont les dates de péremption étaient antérieures et qui étaient périmés depuis beaucoup plus longtemps", ne sont plus utilisables "et ont vocation le moment venu à être détruits".
Le premier ministre a également répété que 100 millions de masques chirurgicaux et FFP2 seront distribués à partir du 11 mai, à destination des soignants, des personnes malades et fragiles (cf dépêche du 05/05/2020 à 22:16).
"L'Etat va distribuer des masques aux professeurs, qui devront les porter dans leurs classes et aux agents de l'Etat qui doivent les porter. Une enveloppe de 5 millions de masques [lavables] sera chaque semaine distribuée par les préfets pour que les personnes les plus vulnérables, par leur fragilité mais aussi économiquement, puissent disposer de masques gratuits", a-t-il ajouté (cf dépêche du 28/04/2020 à 18:35).
Interrogé sur le port du masque "en permanence dans l'espace public", il a répondu que "ce n'est pas le choix que nous avons fait".
"Nous avons considéré qu'il y a des endroits où il est nécessaire de porter un masque, qui n'est jamais qu'un complément aux gestes barrières et à la distanciation physique, mais qu'il n'a pas d'intérêt immédiat quand vous vous promenez tout seul dans la rue ou dans la campagne", a-t-il poursuivi.
Dans les transports, "le port d'un masque grand public sera obligatoire pour les usagers de 11 ans et plus et les personnels en contact avec le public, y compris dans les gares", a indiqué la ministre de la transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, lors de la conférence de presse.
L'absence de port de masque pourra faire l'objet d'une amende de 135 euros, a-t-elle ajouté.
Le port du masque relève de "l'obligation dans un certain nombre de cas et la recommandation dans d'autres", a résumé Edouard Philippe.
Bruno Le Maire lors de la conférence de presse (capture d'écran)
Bruno Le Maire lors de la conférence de presse (capture d'écran)
Le ministre de l'économie et des finances, Bruno Le Maire, a indiqué que les masques grand public seront disponibles dans la grande distribution, en pharmacie et chez les buralistes.
"Nous avons voulu que les canaux de distribution soient les plus larges possibles", a-t-il expliqué.
La TVA sera de 5,5% pour les masques grand public répondant aux normes édictées par l'Agence française de normalisation (Afnor), a-t-il ajouté.
Edouard Philippe a confirmé que "la levée progressive du confinement peut être engagée ce lundi 11 mai" sur tout le territoire, à l'exception de Mayotte, et avec une "discipline renforcée" qui s'impose en Île-de-France (cf dépêche du 07/05/2020 à 19:26).
lc/ab/APMnews

[LC4Q9YZOH]

A lire aussi