dépêche

 - 

Olivier Véran saisit le HCSP sur les règles dérogatoires de prescription de l'hydroxychloroquine

PARIS, 23 mai 2020 (APMnews) - Le ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, a annoncé samedi sur Twitter qu'il saisissait le Haut conseil de la santé publique (HCSP) afin qu'il lui propose "sous 48 heures une révision des règles dérogatoires de prescription", en particulier de l'hydroxychloroquine (Plaquenil*, Sanofi), dans le traitement du Covid-19.
Son tweet fait suite à la publication vendredi dans la revue britannique The Lancet d'une étude observationnelle menée sur près de 100.000 patients montrant que la prise de chloroquine ou d'hydroxychloroquine, avec ou sans macrolide (azithromycine ou clarithromycine), par des patients atteints du Covid-19 a été associée à un surrisque significatif de décès à l'hôpital par rapport à une absence de traitement (cf dépêche du 22/05/2020 à 17:28).
Dans un avis daté du 23 mars, le HCSP avait notamment recommandé de ne pas utiliser l'hydroxychloroquine "à l'exception de formes graves hospitalières, sur décision collégiale des médecins et sous surveillance médicale stricte", avait alors rapporté Olivier Véran (cf dépêche du 23/03/2020 à 22:04 et dépêche du 25/03/2020 à 15:40).
Le Journal officiel du 26 mars a publié un décret qui autorise par dérogation à prescrire, dispenser et administrer notamment l'hydroxychloroquine "sous la responsabilité d’un médecin aux patients atteints par le Covid-19, dans les établissements de santé qui les prennent en charge, ainsi que, pour la poursuite de leur traitement si leur état le permet et sur autorisation du prescripteur initial, à domicile" (cf dépêche du 26/03/2020 à 11:41).
L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a ensuite élaboré un protocole d'utilisation thérapeutique, daté du 30 mars, à l'attention des professionnels de santé et a établi les modalités d'une information adaptée à l'attention des patients.
L'utilisation de l'hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19 a été promue par le Pr Didier Raoult, directeur de l'institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection de Marseille, sur la base en particulier de quelques dizaines de cas cliniques, sans contrôle (cf dépêche du 30/03/2020 à 14:28).
Plusieurs personnalités des mondes médical et politique ont ensuite appelé à une extension de son utilisation, et notamment à donner la possibilité aux médecins généralistes de prescrire la molécule (cf dépêche du 05/04/2020 à 16:19 et dépêche du 06/04/2020 à 10:58).
eh/san/APMnews polsan-une

[EH1QAS798]

A lire aussi