dépêche

 - 

VIH: Biktarvy* efficace et bien toléré chez les patients âgés

WASHINGTON, 6 juillet 2020 (APMnews) - L'association d'antirétroviraux bictégravir/emtricitabine/ténofovir alafénamide en un seul comprimé (Biktarvy*, Gilead) est efficace et bien tolérée en traitement des patients VIH+ âgés, selon une analyse présentée au congrès virtuel AIDS 2020.
Désormais, "près de la moitié des personnes vivant avec le VIH ont plus de 50 ans", a rappelé Moti Ramgopal du Midway Immunology and Research Center qui a présenté ce travail lors d'une session orale. "Avoir des données de sécurité à long terme chez les patients âgés est donc important."
Les patients âgés ont un risque augmenté de comorbidités et prennent fréquemment de nombreux médicaments, "donc s'assurer de la sécurité et de la praticité du traitement antirétroviral dans cette population est crucial".
Biktarvy* a l'intérêt d'être "bien toléré, disponible en comprimé à prise unique et d'avoir peu d'interactions médicamenteuses et une barrière élevée au développement de résistance", ce qui en fait selon lui une option de traitement "attractive'" pour cette population âgée.
Une analyse a été conduite sur les 140 participants de 4 essais cliniques sur Biktarvy* qui étaient âgés de plus de 65 ans. Il s'agissait d'études sur des patients dont la charge virale était déjà contrôlée par un traitement antirétroviral et qui évaluaient l'efficacité du switch vers bictégravir/emtricitabine/ténofovir alafénamide.
Ces patients étaient dyslipidémiques dans 59% des cas, hypertendus dans 55%, avaient une maladie cardiovasculaire dans 24% et un diabète dans 22%.
Après 48 semaines suivi, 92% des patients avaient une charge virale contrôlée en-dessous du seuil de 50 copies/ml. Les 8% restants étaient des patients dont les données virologiques manquaient; il n'y avait aucun cas de charge virale au-dessus du seuil de 50 copies/ml.
Il n'y a eu aucun échec virologique ni développement de résistance.
Il n'y a pas eu d'effet indésirable de grade 3-4 et 1,4% de grade 2. Un seul cas d'arrêt du médicament pour effet indésirable lié au traitement a été constaté. En particulier, Moti Ramgopal a noté l'absence d'effet rénal, osseux ou hépatique entraînant un arrêt.
Un seul décès a été rapporté et il était de cause cardiovasculaire, non lié au traitement antirétroviral.
Les patients ont pris en moyenne 1 kg durant l'année de traitement par bictégravir/emtricitabine/ténofovir alafénamide. Une très légère baisse du débit de filtration glomérulaire de 2,7 ml/min a été observée et est restée stable durant le suivi.
fb/ab/APMnews

[FB0QD1TDK]

A lire aussi