dépêche

 - 

Vaccins anti-Covid: l'UE envisage de résilier son contrat d'achat avec Valneva

SAINT HERBLAIN (Loire Atlantique), 16 mai 2022 (APMnews) - La Commission européenne a l'intention de résilier le contrat portant sur l'achat du candidat vaccin inactivé adjuvanté contre le Covid-19 de Valneva, VLA 2001, a annoncé lundi la société française dans un communiqué.
Valneva a signé un accord avec la Commission en novembre 2021 pour fournir jusqu'à 60 millions de doses de vaccin sur deux ans, dont 27 millions de doses en 2022, rappelle-t-on (cf dépêche du 10/11/2021 à 13:04).
L'accord prévoyait un droit de résiliation si VLA2001 n'avait pas reçu une autorisation de mise sur le marché (AMM) européenne au plus tard le 30 avril. Or, Valneva a fait savoir mi-avril que l'homologation de son vaccin avait pris du retard en raison de questions posées par le comité des médicaments à usage humain (CMUH, cf dépêche du 25/04/2022 à 09:33). Le groupe a expliqué avoir répondu à ces questions le 2 mai. Si le CMUH accepte ces réponses, l'homologation pourrait intervenir en juin, a-t-il précisé.
Selon les termes du contrat d'achat, Valneva dispose de 30 jours à compter du vendredi 13 mai pour obtenir une AMM ou "pour proposer un plan permettant de remédier à la situation de façon acceptable".
La société va travailler "de concert avec la Commission européenne et les Etats membres participant à l'accord pour convenir d'un tel plan et mettre VLA2001 à la disposition des Etats membres qui souhaitent toujours obtenir le vaccin", a-t-elle assuré.
À l'issue des discussions avec la Commission et les États membres concernés, le groupe reconsidérera ses prévisions financières pour 2022.
Le directeur général de Valneva, Thomas Lingelbach, a qualifié la décision de la Commission de "regrettable, et ce d'autant plus que nous continuons à recevoir des messages d'Européens qui recherchent une solution vaccinale plus traditionnelle".
"Valneva continue de penser que son candidat vaccin VLA2001 peut encore apporter une contribution importante à la lutte contre le Covid-19 et venir compléter les vaccins existants avec une approche inactivée à virus entier", a-t-il poursuivi.
En cas de résiliation, le contrat n'exige pas de Valneva la restitution des acomptes reçus. La société a précisé qu'elle avait dépensé ou engagé la totalité du montant de ces acomptes, dont les montants n'ont pas été précisés.
Lundi en fin de matinée à la Bourse de Paris, l'action Valneva cédait 18,5% à 9,71 euros.
Le candidat vaccin utilise la technologie du virus inactivé, avec des particules du Sars-CoV-2 inactivées conjuguées à deux adjuvants. Il a rempli ses objectifs d'immunogénicité dans une étude de phase III l'ayant comparé au vaccin d'AstraZeneca, Vaxzevria* (cf dépêche du 18/10/2021 à 15:23). Il a obtenu le 14 avril une AMM conditionnelle au Royaume-Uni pour la primo-vaccination des adultes de 18 à 50 ans (cf dépêche du 14/04/2022 à 18:15).

Les livraisons de Comirnaty* repoussées à septembre

La Commission européenne a par ailleurs annoncé vendredi un accord avec BioNTech et Pfizer visant à adapter le calendrier des livraisons de vaccins aux besoins des Etats membres.
Les doses de Comirnaty* dont la fourniture était prévue en juin et tout au long de l'été seront désormais livrées en septembre et pendant l'automne et l'hiver, "période au cours de laquelle les États membres auront probablement plus besoin de stocks supplémentaires de vaccins pour leurs campagnes nationales et pour respecter leurs engagements en matière de solidarité internationale".
Pfizer et BioNTech testent actuellement d'autres versions du vaccin ciblant le variant omicron. Si l'un des vaccins est autorisé d'ici l'automne ou l'hiver, les pays européens les recevront, a fait savoir la Commission européenne.
Un accord similaire fait l'objet de discussions avec Moderna.
rtrs/lle/rm/APMnews

[LLE1RBYVQO]

A lire aussi