dépêche

 - 

DMLA: les patients préfèrent l'implant libérant du ranibizumab aux injections répétées

WASHINGTON, 20 juin 2022 (APMnews) - Les patients souffrant de dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) humide qui ont été inclus dans l'étude Archway sur l'implant libérant l'anti-VEGF ranibizumab ont été plus de 90% à préférer ce mode de traitement par rapport aux injections répétées qu'ils recevaient auparavant, selon une analyse publiée par le JAMA Ophthalmology.
Dans cette étude, la délivrance du médicament par implant oculaire (dans une nouvelle formulation spécifique à l'implant, développé par Roche) avait démontré une efficacité équivalente à des injections mensuelles du même produit (Lucentis*, Novartis) (cf dépêche du 23/07/2020 à 10:29).
Margaret Chang de Retinal Consultants à Sacramento (Californie) et ses collègues ont analysé les réponses à des questionnaires de 234 patients parmi les 418 patients randomisés. Il y avait d'une part le Macular Disease Treatment Satisfaction Questionnaire (MacTSQ), auquel ont répondu tous les patients, d'autre part le PDS Patient Preference Questionnaire (PPPQ) qui ne concernait que les patients ayant eu l'implant, pour une comparaison "avant-après".
Le questionnaire de satisfaction a donné des scores de satisfaction similaires dans les deux groupes, à l'issue de 40 semaines de traitement.
Mais les réponses au questionnaire PPPQ ont montré que 93,2% des patients préféraient l'implant, par comparaison avec les injections d'anti-VEGF qu'ils recevaient avant d'entrer dans l'étude, dont 73,5% qui affirmaient une "très forte préférence" pour l'implant.
Seulement 1,3% ont préféré les injections. Les 5,6% restants n'avaient pas de préférence forte.
Les principales raisons qui ont fait préférer l'implant étaient le fait de nécessiter moins de séances de traitement, un inconfort moindre et une baisse de l'inquiétude et la nervosité liées au traitement.
(JAMA Ophthalmology, publication en ligne du 16 juin)
fb/nc/APMnews

[FB3RDRREN]

A lire aussi