dépêche

 - 

Vaccination contre le Monkeypox: François Braun annonce l'ouverture d'un centre à Marseille et une expérimentation avec quelques pharmacies

(Par Sabine NEULAT-ISARD et Geoffroy LANG)
PARIS, 2 août 2022 (APMnews) - La vaccination des populations à risque contre le virus Monkeypox va augmenter avec l'ouverture d'un centre de vaccination à Marseille et le lancement d'une expérimentation avec quelques pharmacies situées en Ile-de-France et en Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca), a annoncé le ministre de la santé et de la prévention, François Braun, dans un entretien à APMnews mardi matin.
Interrogé sur un plus grand déploiement de la vaccination contre ce virus, François Braun explique que les autorités "surveillent les zones qui sont les plus touchées [par les contaminations] à savoir les régions Ile-de-France et Paca".
C'est la raison pour laquelle, après l'ouverture d'un centre de vaccination à Paris la semaine dernière (cf dépêche du 27/07/2022 à 18:17), un centre a ouvert au début de la semaine à Marseille "afin d'augmenter les efforts de vaccination sur cette zone", annonce le ministre.
La France est un des premiers pays à avoir mis en place la vaccination préventive, tient-il à souligner, contestant ainsi des accusations de "retard à l'allumage".
"Je suis arrivé le 4 juillet, j'ai saisi la HAS [Haute autorité de santé] tout de suite, laquelle a rendu un avis le 8 et le 8 au soir, j'ai réuni les ARS [agences régionales de santé] pour leur dire de se mettre en ordre de marche et le 11 au matin, les premiers centres ouvraient", rappelle-t-il (cf dépêche du 08/07/2022 à 17:35).
"La demande est élevée dans certaines zones, ce qui peut générer des délais d'accès au vaccin, sur lesquels nous sommes pleinement mobilisés", reconnaît-il toutefois pour justifier l'ouverture d'un centre de vaccination plus important à Paris.
Ce centre a réalisé 500 injections la semaine dernière et a demandé 2.000 doses cette semaine, "que nous avons fournies". "Il n'y a aucun problème quant à la fourniture des doses", assure le ministre.
Interrogé sur la demande de l'académie de pharmacie de permettre aux officinaux de vacciner contre ce virus (cf dépêche du 01/08/2022 à 17:20), François Braun observe que si "les pharmacies ont confirmé leur efficacité dans la vaccination anti-Covid", les "contraintes logistiques" qui s'appliquent au vaccin contre le Monkeypox font qu'il n'est pas possible de le proposer dans toutes les officines (notamment en raison d'un délai de conservation des doses limité à 14 jours).
Mais il assure entendre certaines demandes et annonce qu'une "expérimentation" va commencer avec des pharmacies situées en Paca et en Ile-de-France, "territoires dans lesquels les délais d'accès au vaccin sont les plus importants, avant la fin de la semaine".
Il s'agit de pharmacies, au nombre d'une ou deux à Paris et à Marseille, qui sont "identifiées".
En tous les cas, la France, qui "est le seul pays à fournir la double gratuité du vaccin et du test de dépistage", "a suffisamment de doses pour vacciner la population à risque, d'autant que dans son avis, la HAS a dit que la seconde dose pouvait être déplacée", affirme François Braun. "On a fait des commandes importantes auprès du laboratoire danois [Bavarian Nordic], qui nous permettront de vacciner toutes les personnes qui le souhaitent dans les prochaines semaines".
"De plus la vaccination n'est pas l'unique moyen de lutter contre la maladie. Il faut renforcer l'information et la sensibilisation du public et des professionnels, relayer les messages de prévention, réduire les pratiques exposant à la transmission du virus, limiter les contacts à risque et consulter son médecin en cas de doute", ajoute-t-il.
En France, à lundi soir, plus de 14.000 personnes étaient vaccinées contre le virus de la variole du singe et le nombre de centres de vaccination s'élève à 136 centres. Le nombre de personnes contaminées s'élève à plus de 2.100 sur un total d'environ 22.000 déclarés au niveau international, sachant que certains pays ne les déclarent pas, notamment les pays africains où la maladie est endémique, a exposé le ministre.

Un comité avec des scientifiques de très haut niveau

Interrogé par ailleurs sur la création du "comité de veille et d'anticipation des risques sanitaires", par un décret publié au Journal officiel de dimanche (cf dépêche du 01/08/2022 à 11:17), François Braun souligne qu'il correspond à "la continuité du conseil scientifique [sur le Covid] et du conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, mais avec une vision beaucoup plus globale", celle de "One Heath", "sur tous les risques sanitaires à venir".
La nomination de ses membres "va s'échelonner" dans le temps. Ils ne travailleront pas à plein temps pour le comité.
"Je cherche, avec la ministre en charge de la recherche, des gens experts dans leur domaine et qui peuvent aussi mobiliser leurs homologues au plan international, puisque l'intérêt de ce comité va être de recevoir et d'analyser tous les signaux d'alerte."
Le comité devra être aussi "très prospectif".
Il pourra s'autosaisir, ou être saisi par les ministres qui en ont la responsabilité.
Interrogé sur l'arrivée éventuelle d'une nouvelle vague de contaminations par le Sars-CoV-2, François Braun estime qu'"il n'y a pas de raison qu'il n'y en ait pas une suivante à l'automne". "Mais les mutations vont finir par s'épuiser, même si l'apparition d'un variant particulièrement dangereux reste une possibilité."
"On est sortis de l'état d'urgence sanitaire, ce qui est un signal fort et un bon signal. Cela montre qu'on rentre dans la culture du 'vivre avec'", se félicite-t-il.
san-gl/ab/APMnews

[SAN5RFZD8S]

A lire aussi