dépêche

 - 

Séjours MCO: une hausse limitée à la pneumologie, aux cathétérismes cardiovasculaires et à l'ophtalmologie entre 2019 et 2021 (infographies)

PARIS, 29 novembre 2022 (APMnews) - Le nombre de séjours de MCO dans les établissements de santé publics et privés a progressé dans seulement trois domaines d'activité entre 2019 et 2021: la pneumologie en lien avec l'épidémie de Covid-19, les cathétérismes cardiovasculaires et l'ophtalmologie, montre une analyse réalisée par APMnews à partir des données du programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI).
Les analyses d'APMnews ont été réalisées à partir des bases annuelles du PMSI MCO (médecine, chirurgie, obstétrique).
(Si l'infographie ne s'affiche pas correctement, cliquez ici)
Douze domaines d'activité regroupent la grande majorité (82%) des séjours réalisés en 2021.
Sur l'ensemble des séjours, les trois principaux domaines d'activité sont le digestif (17,9% des séjours), l'orthopédie traumatologique (9,2% des séjours) et l'uro-néphrologie et génital (6,5% des séjours).
Pour les séjours de médecine, on trouve la pneumologie en premier (11,1%) puis l'obstétrique (10,3%) et le digestif (10,1%).
En chirurgie, trois domaines d'activité regroupent 57% des séjours: l'orthopédie traumatologique (25,8%), l'ophtalmologie (19,3%) et le digestif (12,1%).
La part du digestif atteint 48,8% des séjours avec acte classant non opératoire, suivi des cathétérismes vasculaires (19,6%) et de l'ORL-stomatologie (9,3%).
(Si l'infographie ne s'affiche pas correctement, cliquez ici)
Le secteur public a pris en charge la majorité des séjours de pneumologie (80,9%), système nerveux (79,6%), obstétrique (75,9%), nouveau-nés/périnatalité (72,7%), cardiovasculaire (65,9%) et activités interspécialités (57,9%).
Le secteur privé a pris en charge la majorité des séjours en ophtalmologie (74,5%), ORL-stomatologie (61,3%), orthopédie-traumatologique (61,1%) et digestif (59,2%).
Le secteur privé se caractérise par des taux d'ambulatoire nettement plus élevés que dans le public pour les domaines du digestif (79% versus 42%), orthopédie traumatologique (67% vs 35%), uro-néphrologie et génital (56% vs 39%), cardiovasculaire (52% vs 32%), ORL-stomatologie (85% vs 51%) et pour les cathétérismes vasculaires (39% vs 22%).
En revanche, pour l'obstétrique, le taux d'ambulatoire dans le privé est seulement de 16% contre 26% dans le public.
(Si l'infographie ne s'affiche pas correctement, cliquez ici)
Entre 2019 et 2021, sur les 12 principaux domaines d'activité, seuls trois ont connu une augmentation du nombre de séjours: la pneumologie (+12,4%) en lien avec la prise en charge du Covid-19, les cathétérismes vasculaires (+5,0%) et l'ophtalmologie (+3,2%).
En revanche, la baisse a été particulièrement importante pour l'ORL-stomatologie (-13,8%) et pour le cardiovasculaire (-7%).
Le nombre de séjours de médecine a progressé entre 2019 et 2021 dans les domaines de la pneumologie (+13,8%), des activités interspécialités (+5,9%) et de l'endocrinologie (+3,1%). Les autres principaux domaines d'activité en médecine ont tous connu une diminution pouvant aller jusqu'à -9,7% pour la rhumatologie.
En chirurgie, la baisse du nombre de séjours a été marquée pour la plupart des principaux domaines d'activité: elle atteint -17,8% pour l'ORL-stomatologie et -13% pour le cardiovasculaire. Une hausse a été observée en uro-néphrologie et génital (+4,4%) et en ophtalmologie (+3,5%).
(Si l'infographie ne s'affiche pas correctement, cliquez ici)
Pour les CH, dont l'activité globale de chirurgie a diminué de 7,1%, quatre domaines d'activité ont connu une baisse du nombre de séjours chirurgicaux de plus de 10% entre 2019 et 2021: l'ORL-stomatologie (-25,9%), l'obstétrique (-13,4%), le système nerveux (-12,2%) et l'orthopédie traumatologique (-10,7%).
Pour les CHU, dont le nombre global de séjours chirurgicaux a diminué de 6%, les domaines d'activité les plus touchés par cette baisse sont: le tissu cutané/sous-cutané (-14,8%) et l'ORL-stomatologie (-12,9%).

La pneumologie portée par le secteur public

La hausse des séjours de pneumologie entre 2019 et 2021 a été particulièrement prononcée dans les CHU-CHR (+22,8%) qui ont réalisé 32,3% des séjours de pneumologie en 2021. Les CH, qui ont généré près de la moitié de l'activité de pneumologie en 2021 (47,9%), ont quant à eux connu une hausse de 8,1%. L'augmentation a été plus limitée dans les cliniques: +2,8%.
Cette hausse a concerné principalement le groupe d'activité des infections respiratoires (+35,3%) en lien avec la prise en charge du Covid (les séjours pour une prise en charge de Covid étant classés dans les GHM -groupes homogènes de malades- 04M06 "Infections et inflammations respiratoires, âge inférieur à 18 ans" et 04M07 "Infections et inflammations respiratoires, âge supérieur à 17 ans" rattachés au groupe d'activité des infections respiratoires).
Le groupe d'activité "explorations et surveillance pour affections de l'appareil respiratoire" a également connu une progression soutenue entre 2019 et 2021, à +22,1%.
(Si l'infographie ne s'affiche pas correctement, cliquez ici)
L'augmentation des séjours "cathétérismes vasculaires" a concerné principalement les cliniques (+6,4%) et les CH (+7,7%). Les CHU-CHR et les Espic (établissements de santé privés d'intérêt collectif) ont en revanche connu une légère baisse (de -0,3% et -1,8%).
La hausse a été particulièrement marquée pour le groupe d'activité "Cathétérismes thérapeutiques vasculaires et coronariens sans endoprothèse": +18,5%.

En ophtalmologie, une hausse surtout dans les cliniques

En ophtalmologie, les séjours ont été majoritairement réalisés dans des cliniques en 2021 (66,8% des séjours). La hausse des séjours observée entre 2019 et 2021 a concerné principalement le secteur privé, avec une évolution de +5,3% dans les cliniques et +2,2% dans les Espic alors qu'une baisse a été constatée dans les hôpitaux: -3,3% dans les CH et -4,4% dans les CHU-CHR. Ces derniers ont dû beaucoup déprogrammer, y compris en 2021 pour faire face à l'activité liée à l'épidémie de Covid.
Le groupe d'activité "cataractes", qui a rassemblé près de 80% des séjours d'ophtalmologie en 2021 (943.642 séjours pour cataractes), a connu une hausse de 3,5% par rapport à 2019. En 2020, ces interventions avaient subi un arrêt complet pendant le premier confinement et la reprise ne s'est pas faite à la même vitesse partout. Cette activité avait baissé de 20% en 2020, rappelle-t-on.
(Si l'infographie ne s'affiche pas correctement, cliquez ici)
Les séjours d'ORL-stomatologie, majoritairement réalisés dans des cliniques (55,1% des séjours), ont connu une diminution pour toutes les catégories d'établissements, excepté la catégorie des autres établissements. La diminution a été importante dans les CH (-18,6%), les cliniques (-13,2%) et les CHU-CHR (-11,6%).
Cette diminution a concerné les trois groupes de planification et quasiment tous les groupes d'activité de l'ORL-stomatologie, à l'exception des chirurgies ORL majeures (+4,3%). Elle a atteint -36,4% pour le groupe d'activité "amygdalectomies, végétations, drains transtympaniques".
La diminution du nombre de séjours du domaine "cardiovasculaire" a été plus marquée dans les CH (-8,4%), les cliniques (-8,8%) et les Espic (-10,6%) que dans les CHU-CHR (-3,4%). Elle atteint -22,5% pour les séjours de chirurgie vasculaire. Les séjours pour affections cardiovasculaires (qui représentent 65,6% des séjours cardiovasculaires) ont connu une baisse de 7,4%.
Vous pouvez retrouver des données relatives à ce sujet par établissement sur notre site notre site APM Intelligence (APMi).
sl/nc-ab/APMnews

[SL8RKZCDV]

A lire aussi