dépêche

 - 

Coronavirus, hospitaliers, santé environnementale, Europe, industrie, accès aux données: Olivier Véran précise son cap

PARIS, 17 février 2020 (APMnews) - Le nouveau ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, a mentionné lundi matin, lors de sa passation de pouvoir avec Agnès Buzyn, les priorités qu'il souhaite donner à son action, après avoir longuement salué l'implication d'Agnès Buzyn à ce poste.
Olivier Véran et Agnès Buzyn le 17 février 2020. Crédit: Philippe Chagnon/Cocktail santé
Olivier Véran et Agnès Buzyn le 17 février 2020. Crédit: Philippe Chagnon/Cocktail santé
Oliver Véran a été nommé ministre des solidarités et de la santé dimanche en remplacement d'Agnès Buzyn, qui a démissionné pour briguer la mairie de Paris (cf dépêche du 16/02/2020 à 19:10 et dépêche du 16/02/2020 à 20:37).
Sa "priorité numéro 1" est la lutte contre l'épidémie liée au coronavirus, pour laquelle il a salué l'implication de l'ensemble du ministère et des professionnels de santé.
"Je partagerai avec les Français l'ensemble des informations dont je disposerai, qu'elles soient épidémiologiques, sanitaires, stratégiques, je continuerai de faire des comptes rendus réguliers sur la situation", a-t-il déclaré. Olivier Véran a mis en avant l'importance de "structurer des dispositifs de prévention, de formation, d'information, d'intervention" en santé environnementale, domaine dans lequel il y a "sans doute de nouveaux métiers à inventer".
Il s'appliquera également à mettre en oeuvre les réformes portées par Agnès Buzyn et qu'il a lui-même soutenues à l'Assemblée nationale, les jugeant "indispensables pour préserver notre système social".
Parmi ces actions de la désormais candidate à la mairie de Paris, il a cité la stratégie anti-pauvreté, la "révolution culturelle de la prévention", le "100% santé" en optique, audioprothèse et soins dentaires, la loi de bioéthique et la transformation du système de santé.
Il a insisté sur la nécessité de lutter contre les inégalités, notamment d'accès aux soins, et a annoncé le lancement dans les prochains jours d'une "enquête nationale" auprès du personnel hospitalier ("directeurs, médecins, infirmiers, brancardiers…"), pour "saisir le sens de leur engagement et les raisons de leur mal-être".
Il ambitionne d'associer "ceux qui font l'hôpital au quotidien aux décisions qui les concernent, à commencer par la répartition des efforts sans précédent de la nation à travers la reprise de dette de 10 milliards d'euros", en "remédicalisant les processus de décision" et en allégeant les "contraintes du quotidien qui n'apportent rien aux malades et prennent trop d'énergie aux soignants" pour permettre un "retour aux fondamentaux de l'exercice des missions hospitalières".
Le ministre a aussi évoqué la transparence de l'accès aux données hospitalières, estimant que "les malades doivent savoir dans quel hôpital ils sont soignés, dans quelles conditions ils rentrent et dans quelles conditions ils sortiront des services".
Il a mentionné la question du financement, "bien amorcée", mais qui doit être accélérée pour "sortir du tout-financement à l'activité".
Il recevra par ailleurs les ordres et syndicats professionnels de ville prochainement pour mieux les associer à la "médecine de parcours".
Le ministre estime nécessaire de "récréer des filières productives" dans le secteur du médicament face aux "ruptures qui s'accélèrent", et pour préserver et développer l'emploi en France et en Europe, qui représente selon lui un échelon ignoré mais incontournable en matière sanitaire, tant face aux risques pandémiques qu'aux enjeux industriels ou pour résoudre les inégalités de santé.
Concernant la réforme des retraites, l'ex-rapporteur du projet de loi organique a assuré qu'il serait à l'écoute des députés de la majorité, et comprenait et respectait l'engagement de ceux de l'opposition. Il a toutefois regretté la forme prise par les débats, notamment les "velléités d'obstruction" via le dépôt massif d'amendements, comme l'a fait La France insoumise dans le cadre de l'examen du projet de loi ordinaire.
bd/nc/APMnews

[BRD4Q5UDNF]

A lire aussi