dépêche

 - 

Edouard Philippe esquisse les grands principes du déconfinement

PARIS, 19 avril 2020 (APMnews) - Le premier ministre Edouard Philippe a énoncé dimanche les grands principes retenus par le gouvernement pour préparer le déconfinement, lors d'une conférence de presse au côté du ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, du directeur général de la santé (DGS), le Pr Jérôme Salomon, et de la pilote de l'essai clinique randomisé Discovery, le Pr Florence Ader.
Le chef du gouvernement a annoncé que "préserver la santé des Français" et "assurer la continuité de la vie de la nation" seront les deux grands principes retenus par son gouvernement pour le déconfinement progressif, annoncé à partir du le 11 mai. Le plan détaillé de ce déconfinement sera arrêté avec le président de la République et dévoilé "sous 15 jours", "fin avril", a-t-il précisé.
Il a toutefois annoncé que le "couple maire-préfet" serait "au coeur du dispositif": "Même si le déconfinement doit suivre des principes généraux, c'est localement que des solutions seront trouvées".
"Nous aurons, sur les conditions de ce déconfinement, un débat parlementaire au début du mois de mai", a ajouté le premier ministre.
"Nous entrons dans une deuxième phase où nous allons reconquérir une partie de notre liberté, mais sans mettre en cause notre santé, en devant respecter des règles qui seront contraignantes", a-t-il prévenu.
Le chef du gouvernement a indiqué que la stratégie de déconfinement était soumise à deux conditions: "rétablir la capacité d'accueil des hôpitaux" et "faire en sorte de limiter la circulation du virus".
Il a rappelé que la France était passée d'une capacité d'accueil en réanimation de 5.000 lits en temps normal à 10.500 lits, avec 7.100 patients pris en charge en réanimation au pic de l'épidémie le 9 avril.
La diminution "est lente, progressive. Elle devrait se poursuivre si le confinement est respecté dans les semaines qui viennent", a-t-il souligné. Si elle constitue une "bonne nouvelle", il faut la prendre avec "retenue" et "prudence" car "5.800 patients en réanimation, c'est absolument considérable", a-t-il affirmé.
"Nous avons besoin de poursuivre la diminution de l'occupation des lits [de réanimation], de reconstruire nos forces et de faire se reposer les équipes de soignants qui, dans certaines régions, ont été soumis à un stress considérable", a insisté Edouard Philippe.
Pour assurer le bon déroulement du déconfinement, le premier ministre a notamment pointé que la contagiosité locale de chaque personne infectée, le RO, devait rester inférieure ou égale à un, en rapportant que celle-ci était aujourd'hui à 0,6 en France.
Le premier ministre et le ministre des solidarités et de la santé ont martelé que la prévention serait au coeur de la stratégie gouvernementale pour le déconfinement, sur lequel travaille une équipe pilotée par l'ancien directeur général de l'hospitalisation et l'organisation des soins (Dhos, aujourd'hui DGOS) Jean Castex (cf dépêche du 03/04/2020 à 10:14).
Olivier Véran a cité "trois éléments essentiels" pour limiter la circulation du virus: les gestes barrières, le dépistage, et l'isolement des porteurs du virus.

"Nous allons devoir tester vite et massivement"

"Nous allons devoir tester vite et massivement tous ceux qui sont susceptibles de le porter", a-t-il appuyé avant de faire un point de situation sur l'approvisionnement matériel, notamment concernant les masques et les respirateurs (cf dépêche du 19/04/2020 à 21:04).
"Nous avons augmenté progressivement nos capacités de tests", a-t-il ajouté en rapportant que plus de "25.000 tests chaque jour" étaient effectués et que le gouvernement souhaitait être en mesure d'en faire 500.000 par semaine "à partir du 11 mai".
"Nous observons aujourd'hui encore une lente décrue épidémique, mais le nombre de personnes hospitalisées reste très élevé", a rapporté de son côté le Pr Jérôme Salomon, en faisant état de 30.610 malades hospitalisés, dont 890 nouveaux patients en 24h mais avec un solde est négatif de 29 malades hospitalisés en moins depuis hier.
Le DGS a indiqué que plus de 80.000 personnes avaient été hospitalisées depuis le début de l'épidémie et que "5.744 malades dans un état grave sont encore en réanimation".
Le solde des patients en réanimation reste négatif depuis 11 jours, avec 89 malades en moins en 24h.
L'activité en ville liée à l'épidémie continue de diminuer progressivement, avec 1.286 passages aux urgences pour suspicion de Covid et 477 interventions de SOS médecins.
Le Pr Salomon a ajouté que 5.725 établissements sociaux et médico-sociaux avaient signalé des cas de coronavirus, pour 63.336 cas confirmés ou possibles.
Près de 20.000 décès en France depuis le début de l'épidémie
Le bilan de l'épidémie depuis le 1er mars s'élève à 19.718 décès imputés au Covid-19, dont 12.069 décès en milieu hospitalier et 7.649 dans les établissements sociaux et médico-sociaux.
Compte-tenu de la dynamique de décrue épidémique, Olivier Véran a annoncé qu'une réflexion était en cours sur "une reprise progressive d'une activité programmée dans les établissements de santé publics et privés".
Il a ajouté que cette reprise d'activité se ferait à condition qu'elle ne mette "pas en jeu ni les médicaments précieux destinés aux malades en réanimation, ni les capacités de ressources humaines de réanimation et d'anesthésie".
gl/san/APMnews polsan-une

[GL5Q91Q82]

A lire aussi