dépêche

 - 

Covid-19: le couvre-feu avancé à 18h dans 8 nouveaux départements à partir de dimanche, et dans deux autres mardi (actualisation)

(Avec ajout du département de la Drôme à partir de mardi)
TARBES, PARIS, 9 janvier 2021 (APMnews) - Le couvre-feu est avancé à 18h, contre 20h, dans 8 départements à partir de dimanche, et dans deux autres à partir de mardi, ont annoncé samedi le premier ministre, lors d'un déplacement à Tarbes, et les préfectures des départements concernés.
"L'épidémie ne faiblit pas et se renforce même dans certains territoires. C'est la raison pour laquelle nous avons souhaité anticiper l'heure du couvre-feu dans 8 départements supplémentaires à partir de demain", a déclaré Jean Castex, à l'issue d'une visite au centre de vaccination mis en place par le centre hospitalier Bigorre à Tarbes.
Sont concernés l'Allier, les Alpes de Haute-Provence, les Bouches-du-Rhône, le Cher, la Côte d'Or, le Bas-Rhin, le Haut-Rhin et le Vaucluse, d'après les annonces faites par les préfectures de ces départements dans des communiqués diffusés samedi, tout au long de la journée.
Deux autres départements verront leur couvre-feu avancé à 18h à partir du 12 janvier. Il s'agit du Var et de la Drôme, ont annoncé les préfectures samedi en fin de journée.
Concrètement, dans ces départements, les déplacements seront interdits après 18h et jusqu’à 6h, sauf dérogations pour certains motifs et sur la base de justificatifs.
Jeudi, lors d'une conférence de presse, Jean Castex avait parlé de 10 départements (cf dépêche du 07/01/2021 à 21:21). La Haute-Savoie qui était mentionnée vendredi par certains médias ne figure pas dans la liste, note-t-on.
Ces 10 départements viennent s'ajouter aux 15 dont le couvre-feu a été avancé à 18h depuis le 2 janvier (cf dépêche du 01/01/2021 à 15:16).
Dans un communiqué diffusé samedi matin, la préfecture de l'Allier explique que la décision de prendre un arrêté fixant à 18h le début du couvre-feu se fonde "au moins sur un des deux critères" de l'évolution de l'épidémie de Covid-19: "un taux d'incidence global supérieur à 200 cas pour 100.000 habitants dans l'ensemble du département" (238,4 pour la semaine du 29 décembre au 4 janvier, selon l'ARS), et "un taux d'incidence parmi les personnes âgées de plus de 65 ans supérieur à 200/100.000".
"Avec un taux d’incidence dans le département de 216 pour 100.000 habitants et un taux de positivité à
8,6%, la situation sanitaire demeure extrêmement préoccupante sur la totalité du territoire des Alpes-de-Haute-Provence", justifie la préfecture dans un communiqué dans l'après-midi.
La préfecture du Bas-Rhin évoque dans son communiqué une "circulation du virus très préoccupante". "Le taux d’incidence pour 100.000 habitants, qui s’élevait à 135 le 29 décembre 2020, s’approche aujourd’hui du seuil des 200, soit une augmentation de près de 50%", souligne-t-elle.
De son côté, la préfecture du Haut-Rhin mentionne un taux d’incidence de 229/100.000 en population générale et de 251/100.000 chez les plus de 65 ans, ainsi qu'un taux de positivité de "8,1% contre 6% à l’échelle nationale".
"La situation des services hospitaliers reste tendue. Hier, 485 patients étaient hospitalisés pour Covid, dont 52 personnes en service de réanimation ou de soins intensifs dans le Haut-Rhin", précise la préfecture. "En outre, 38 décès supplémentaires liés au Covid sont à déplorer dans les hôpitaux haut-rhinois cette dernière semaine", ajoute-t-elle.
"Avec un taux d’incidence de 243,60 pour 100.000 habitants et un taux de positivité de 10,8%, la situation sanitaire du Cher demeure extrêmement préoccupante", déclare de son côté la préfecture de ce département.
En Côte d'Or, la préfecture précise que le couvre-feu à 18h est instauré jusqu'au dimanche 24 janvier. Pour justifier sa décision, elle évoque aussi un taux d'incidence de l'épidémie élevé au sein de la population générale (218,4/100.000) et parmi les plus de 65 ans (239,2/100.000).
"Par ailleurs, le taux d’occupation des lits de réanimation en Bourgogne-Franche-Comté est de 87,88%, un taux largement supérieur à la moyenne nationale", ajoute la préfecture. "La tension hospitalière reste donc forte".
Dans le Vaucluse, la préfecture évoque un taux d'incidence de 206/100.000 pour la population générale, contre "180 la semaine dernière", et un taux de 220 pour les plus de 65 ans.
Dans les Bouches-du-Rhône, où l'avancée du couvre-feu a été vivement contestée par des élus marseillais, l'annonce n'a été faite par le préfet que vers 17h samedi.
Pour la Drôme, cité par des médias locaux, le préfet, Hugues Moutouh, a expliqué qu'il avait pris l'arrêté en raison de la dynamique "très forte" de l'épidémie avec un taux d'incidence qui dépasse les 200/100.000 et un taux d'occupation des lits de réanimation de 92%, dont 61% par des malades du Covid.

Le "cap" des 100.000 Français vaccinés atteint ce week-end

A la sortie de sa visite du centre de vaccination mis en place par le CH de Bigorre, samedi en fin de matinée, Jean Castex a expliqué qu'il était venu voir, avec Olivier Véran, "concrètement comment les choses étaient organisées". "Nous avons pu constater que les choses se passent normalement et comme elles étaient prévues", a-t-il assuré.
Le premier ministre qui s'est déjà exprimé jeudi sur la politique vaccinale menée en France (cf dépêche du 08/01/2021 à 10:16) a redit que le gouvernement "voul[ait] aller vite mais faire les choses dans le sérieux, avec toutes les garanties que cet acte [de vaccination] suppose".
Comme évoqué jeudi soir par Olivier Véran (cf dépêche du 08/01/2021 à 11:17), il a confirmé que "des équipes mobiles pourraient être mises en place pour aller vers les personnes, le jour où les plus de 75 ans qui ne sont pas en Ehpad pourront se faire vacciner".
Mais le "sujet majeur" est de "faire en sorte que le plus de personnes possibles, par priorités successives, veuillent se faire vacciner", a insisté Jean Castex. "Nous avons constaté ici que ce taux d'adhésion augmente, c'est satisfaisant car c'est l'objectif", a-t-il affirmé en insistant sur la nécessité d'"asseoir la crédibilité de cette opération vaccinale". "Il faut qu'elle réussisse car c'est elle qui permettra de sortir de cette crise sanitaire".
Présent à ses côtés, Olivier Véran a indiqué qu'il y avait désormais "170" centres de vaccination ouverts en France (en incluant celui qui a ouvert à Tarbes). "Nous sommes sur un rythme plus rapide d'ouvertures de centres que celui que nous avions anticipé", a-t-il dit. "C'est une bonne nouvelle".
Estimant que le rythme de croisière de la vaccination n'était pas encore "totalement atteint", il a précisé que, vendredi, "entre 35.000 et 40.000 Français" avaient été vaccinés.
"Nous passerons probablement le cap, symbolique, des 100.000 Français vaccinés pendant le week end et nous accentuerons [ce nombre] la semaine prochaine [...] car les moyens mis en place le permettent", a assuré Olivier Véran qui a rappelé que la France recevait chaque semaine 500.000 doses du vaccin de Pfizer/BioNTech et aurait lundi 50.000 premières doses "du nouveau vaccin", le MRNA-1273 développé par Moderna et homologué mercredi dans l'Union européenne (cf dépêche du 08/01/2021 à 17:38).
san-gl/rm/APMnews polsan-une

[SAN1QMMQ5I]

A lire aussi