dépêche

 - 

Le ministère de la santé détaille la "montée en puissance" de la distribution de vaccins

PARIS, 12 janvier 2021 (APMnews) - Le ministère des solidarités et de la santé a présenté mardi à la presse les évolutions de la distribution des vaccins contre le Sars-CoV-2 attendues dans les prochains jours, promettant une "montée en puissance sur tout le territoire" et en particulier un "bond" du nombre de vaccinés parmi les résidents d'établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et les patients en unités de soins de longue durée (USLD).
La direction générale de la santé (DGS) a annoncé lundi dans la soirée que plus de 138.000 personnes avaient été vaccinées en France depuis le début de la campagne fin décembre 2020 (cf dépêche du 12/01/2021 à 10:11).
Le ministère a précisé mardi que cela comprenait "presque 111.000" professionnels de santé et soignants et "quelque 30.000" personnes âgées en Ehpad et USLD.
Désormais, le nombre de vaccinations sur le territoire sera communiqué quotidiennement par la DGS et comprendra, au fur et à mesure de la construction de ces indicateurs, des précisions sur la ventilation des vaccinations entre les différents publics cibles, ou encore les doses disponibles et consommées dans chaque région, a-t-il ajouté.
"S'agissant de la cible prioritaire en Ehpad et USLD, les livraisons montent en puissance pour couvrir une très grande partie du territoire national à partir de la semaine prochaine", a assuré le ministère.
Les deux circuits de distribution des vaccins pour ces publics, l'un à partir des établissements pivots et l'autre via le réseau d'officines référentes d'Ehpad, ont pu démarrer, malgré des ratés logistiques observés dans certaines régions par les officinaux (cf dépêche du 11/01/2021 à 17:46).
Quatre dépositaires (Geodis, Arvato, Alloga et Laphal) se répartissent la livraison des stocks de Santé publique France (SPF), de vaccins et de matériel pour l'injection, selon un zonage géographique, rappelle-t-on.
La mise en place du circuit de distribution via les officines va permettre une "montée en flèche" du nombre de résidents vaccinés "à partir de la semaine prochaine" et "pendant les trois semaines suivantes", a poursuivi le ministère.
En parallèle, il a relayé la livraison "de manière massive" de "centaines de milliers" de doses du vaccin de Pfizer et BioNTech, Comirnaty*, dans les établissements pivots pour qu'ils puissent les mettre à disposition des centres de vaccination.
A ce jour, "plus de 300 centres de vaccination" ont été mis en place sur le territoire, a souligné le ministère, saluant "une dynamique locale assez extraordinaire". Ces centres seront présentés "de manière totalement exhaustive dans une carte mise en ligne sur le site sante.fr" à compter de jeudi, et seront également ouverts à la réservation en ligne ou par téléphone à partir de ce jour.
Cela doit permettre d'anticiper la prise de rendez-vous en vue de l'ouverture de la prochaine étape de la campagne vaccinale, qui ciblera à partir du lundi 18 janvier les personnes de plus de 75 ans.
Les centres de vaccination restent à ce stade approvisionnés via les établissements pivots.
Le ministère a rappelé l'objectif fixé par l'exécutif d'avoir vacciné 1 million de personnes en janvier, et d'atteindre les 14 millions à l'été.

Livraisons du vaccin de Moderna et bascule vers les grossistes-répartiteurs

Le vaccin de Moderna (homologué la semaine dernière, cf dépêche du 06/01/2021 à 18:02), "sera livré demain" dans les 12 établissements du territoire identifiés par le ministère comme prioritaires car situés dans des régions où la circulation du virus est élevée (cf dépêche du 11/01/2021 à 10:27). La France a été livrée à ce jour d'"un peu plus" de 50.000 doses du produit.
La task force interministérielle, placée auprès de Matignon et pilotée par Laetitia Buffet depuis le début de l'année (cf dépêche du 06/01/2021 à 14:45), veillera à "accompagner les premiers centres qui vont administrer le vaccin Moderna pour vérifier que les acteurs du terrain sont à l'aise avec son utilisation", a expliqué le ministère.
"L'objectif est d'avoir du vaccin Moderna dans tous les départements fin janvier, et de passer à un système logistique plus simple", à savoir une distribution par les grossistes-répartiteurs, et non plus par les dépositaires prestataires de SPF.
Ce nouveau flux sera testé pour le vaccin Moderna mais permettra aussi de tester le réseau de distribution dans la perspective de l'arrivée sur le marché des futurs vaccins, notamment celui d'AstraZeneca et de l'université d'Oxford dont l'homologation pourrait avoir lieu au niveau européen à la fin du mois (cf dépêche du 12/01/2021 à 10:31). "On construit les tuyaux dans lesquels on va pouvoir pousser ensuite les autres vaccins", a résumé le ministère.
Si les vaccins de Moderna et de Pfizer/BioNTech peuvent être utilisés auprès des mêmes publics, conformément aux avis de la Haute autorité de santé (HAS), le ministère a appelé à être vigilant et à assurer les administrations de chaque produit sur "deux postes séparés" dans les centres de vaccination pour éviter toute confusion.
Concernant les stocks d'aiguilles et de seringues, le ministère a assuré que les commandes étaient réalisées "en lien avec le nombre de vaccins commandés". "On a un approvisionnement très volumineux sur le point d'arriver chez SPF", a-t-il indiqué, expliquant "suivre de très près" ce sujet.

La vaccination en officine renvoyée à fin janvier

S'agissant du rôle des pharmaciens d'officine dans la campagne, le ministère a mis en avant leur implication dans la logistique et la distribution des vaccins.
La question de savoir s'ils pourront être autorisés également à administrer les produits, comme ils le font avec les vaccins antigrippaux, "se posera à l'horizon fin janvier", lorsque un nombre suffisant de vaccins Moderna sera disponible en officine et que le vaccin d'AstraZeneca, qui présente l'avantage de pouvoir être conservé pendant plusieurs mois entre 2°C et 8°C, sera en passe d'accéder au marché européen.
Le numéro d'appel unique qui pourra être utilisé pour prendre rendez-vous dans les centres de vaccination sera communiqué mercredi soir.
Par ailleurs, une "lettre d'invitation" à la vaccination sera envoyée par l'assurance maladie aux plus de 75 ans et leur indiquera les centres les plus proches de chez eux. Les envois se feront toutefois "de manière graduée" pour éviter une embolie des centres, précise-t-on à l'avenue Duquesne.
"Tout le monde ne va pas pouvoir être vacciné tout de suite", a insisté le ministère, invitant à "avoir en tête les contraintes du rythme d'approvisionnement" et à prendre en compte, de fait, la "nécessaire progressivité dans la couverture vaccinale".
Au total, la France devrait disposer à terme de 225 millions de doses de différents vaccins, si tous les produits qui ont fait l'objet de précommandes européennes sont bien homologués dans les mois qui viennent (voir encadré).
Le ministère prend en compte dans ses calculs d'approvisionnement un "taux de perte" qu'il n'a pas souhaité communiquer. "On fait des coups de sonde sur le terrain pour voir s'il y a besoin de faire évoluer nos hypothèses" sur ce taux, a-t-il expliqué.
Il a par ailleurs reconnu un "décalage" dans la livraison des collectivités d'outre-mer qui doivent être approvisionnées depuis la métropole, avec "des contraintes logistiques extrêmement compliquées". La vaccination à la Réunion ne devrait par exemple commencer que mercredi.
Nombre de doses des différents vaccins contre le Sars-CoV-2 attendues par la France
  • 49 millions de doses de Comirnaty* (Pfizer/BioNTech)
  • 24 millions de doses du vaccin Moderna
  • 44 millions de doses du vaccin d'AstraZeneca et de l'université d'Oxford, en cas d'homologation
  • 34 millions de doses du vaccin CureVac, en cas d'homologation
  • 30 millions de doses du vaccin de Janssen (groupe Johnson & Johnson), en cas d'homologation
  • 45 millions de doses du vaccin de Sanofi et GlaxoSmithKline (GSK), en cas d'homologation
    A noter que tous les vaccins nécessitent l'administration de deux doses, à l'exception a priori de celui de Janssen. Cela représente donc au total 225 millions de doses de vaccins, permettant de vacciner près de 130 millions de personnes
rm/eh/APMnews

[RM0QMTR05]

A lire aussi