dépêche

 - 

Campagne de vaccination anti-Covid: la FHF alerte sur plusieurs dysfonctionnements

PARIS, 25 janvier 2021 (APMnews) - La Fédération hospitalière de France (FHF) a alerté Olivier Véran sur les "importantes difficultés" auxquelles se heurtent les établissements et leurs professionnels chargés de la vaccination ou de la gestion des stocks de vaccins contre le Sars-CoV-2, dans une lettre dont APMnews a eu copie.
"Des retards de livraison ou des situations de pénurie localisées illustrent ces difficultés", souligne le président de la FHF, Frédéric Valletoux, dans ce courrier daté du 21 janvier.
Comme autre dysfonctionnement, il évoque des "instructions contradictoires qui engendrent des incompréhensions fortes", notamment sur la vaccination des professionnels, l'injection de la seconde dose à J21 ou J28, la conservation d'un stock pour la seconde dose ou l'injection du vaccin aux patients hospitalisés.
"En pratique, bien souvent, ces injonctions contradictoires placent les établissements et leurs responsables médicaux ou administratifs dans une situation particulièrement difficile et injustifiée", alerte Frédéric Valletoux.
"Plusieurs situations indiquent en effet que la responsabilité d’établissements est pointée localement à tort, alors même que les hôpitaux n’ont ni visibilité, ni pouvoir de décision, ni marge de manoeuvre concrète pour jouer un réel rôle de coordination et d’action sur un territoire qui dépasse leur champ d’action, et sur lequel l’Etat seul peut assurer le pilotage attendu", regrette-t-il.
Autre observation: le "manque de coordination préjudiciable entre les préfectures et les ARS [agences régionales de santé], tant au niveau régional que départemental", dans certains territoires, qui conduit les hospitaliers à "parfois se contenter d’informations parcellaires et contradictoires de la part des différentes tutelles", dénonce Frédéric Valletoux.
Parallèlement, "les acteurs de terrain doivent faire face à des demandes multiples et redondantes de reporting de la part des différents niveaux", national, régional et départemental", déplore-t-il.
Il constate par ailleurs que l'élargissement "très rapide" des publics prioritaires à vacciner et la "multiplication sans pilotage unifié du nombre de centres de vaccination, dans un contexte de volume de doses limité", obligent les établissements à "faire des choix entre les personnes à vacciner".
"Ce n’est pas leur mission et cela les place dans une situation délicate et, à notre sens, anormale", dénonce-t-il.
Soulignant que "la hausse des cas Covid menace nombre d’établissements, et est déjà un fait dans certaines régions (Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté en particulier)", le président de la FHF déplore aussi "la restriction apparente de l’accès à la vaccination des professionnels de santé", cette restriction mettant "en danger leur capacité de mobilisation".

Plusieurs demandes

Face à ces difficultés, la FHF renouvelle sa demande de transmission, à tous les établissements pivots, des prévisions de livraison des doses de vaccin, ainsi qu'une "lisibilité" sur les prochaines. "Dans l’hypothèse où il existerait une incertitude sur les volumes ou le rythme des approvisionnements, il est essentiel que les acteurs hospitaliers en soient informés immédiatement, de façon à éviter des dysfonctionnements en chaîne", insiste-t-il.
Elle réclame aussi une "constance dans les instructions", une "lisibilité de la ligne d’information et de commandement" et qu’"un seul acteur soit référent et interlocuteur de la vaccination sur les territoires, en lien avec les cellules territoriales de vaccination".
Elle souhaite également une "clarification de la responsabilité des centres de vaccination en fonction de la capacité à répondre des hospitaliers" afin que les centres congélo-porteurs ne soient pas rendus "responsables de la répartition des vaccins sur le territoire", cette responsabilité ne pouvant relever "que des seules ARS".
"La responsabilité des vaccins stockés dans les centres de vaccination non hospitaliers revient au responsable légal du centre de vaccination, et non à la PUI [pharmacie à usage intérieur] de l’établissement congélo-porteur", insiste la fédération.
Enfin, sur les publics à vacciner, elle demande que la priorisation "soit revue et ajustée aux capacités réelles de vaccination, afin de protéger au mieux les Français et de garantir le fonctionnement de notre système de santé et la disponibilité de ses professionnels". Elle réclame également la "protection" des professionnels de santé.

La FHF Hauts-de-France s'élève aussi contre les injonctions contradictoires

Cette position de la FHF nationale a été aussi exprimée par la FHF Hauts-de-France, vendredi. Dans un communiqué, elle a dit refuser "que les hôpitaux deviennent les cibles des dysfonctionnements de la campagne vaccinale", soulignant que les "établissements publics [...] se sont adaptés en permanence à des injonctions nationales contradictoires".
"Le seul sujet essentiel" dans la campagne de vaccination "est le nombre de doses disponibles, le reste n’étant qu’une adaptation d’organisation, à laquelle les hôpitaux sont plus que parfaitement habitués", poursuit la FHF Hauts-de-France, qui réclame "une totale transparence sur le nombre de doses disponibles et qui seront livrées, afin d’assurer une meilleure efficacité dans cette campagne de vaccination".
La semaine dernière, explique-t-elle, "une modification de l’approvisionnement national" a entraîné "une rupture de charge absolument incompréhensible, tant pour les centres que pour nos concitoyens, provoquant des reprogrammations et même des annulations de rendez-vous".
"Insinuer que les hôpitaux aient pu pratiquer un surbooking est tout à fait inadmissible. Les établissements de santé ne sont pas des structures low cost à la recherche de profits!", s'est exclamée la fédération locale.
Olivier Véran, ministre des solidarités et de la santé, a évoqué jeudi un problème de "surbooking" dans certains départements, qui ont proposé "plus de créneaux qu’ils n’avaient de doses" (cf dépêche du 21/01/2021 à 22:28).
san-jyp/nc/APMnews

[SAN8QNHALP]

A lire aussi