dépêche

 - 

Ponésimod dans la SEP: le taux de poussées divisé par deux dans une phase IIb

LYON, 15 octobre 2012 (APM) - Le nouvel immunomodulateur oral ponésimod (Actelion) a permis de diviser par deux le taux de poussées de la sclérose en plaques récidivante-rémittente, à la dose maximale évaluée, selon les résultats de l'étude de phase IIb sur ce médicament qui ont été présentés vendredi au 28ème congrès de l'European Committee for Treatment and Research In Multiple Sclerosis (ECTRIMS) à Lyon.
Le fait que cette étude était positive avait déjà été annoncé (cf dépêche du 02/08/2011 à 10:10), mais sans que les résultats chiffrés ne soient donnés par le laboratoire, rappelle-t-on.
Dans cette étude, trois doses du ponésimod, agoniste sélectif du récepteur de la sphingosine 1-phosphate (S1P) comme le fingolimod (Gilenya*, Novartis), ont été comparées à un placebo durant six mois.
Le nombre cumulatif de lésions prenant le gadolinium a été diminué de respectivement 43%, 83% et 77% avec les trois doses croissantes de ponésimod par rapport au placebo.
A la plus forte dose, le taux de poussées a été diminué de 52% (0,25 poussée par an par patient contre 0,53 poussée par an par patient chez les contrôles).
Au niveau biologique, Tomas Olsson de l'Institut Karolinska à Stockholm et ses collègues ont constaté une baisse statistiquement significative des lymphocytes.
La dose la plus élevée a été associée à des cas de dyspnée, de toux, d'oedème périphérique et d'étourdissement.
/fb/ab/APM

[FBPJF003]

A lire aussi