dépêche

 - 

Cinq premiers CHU participent à l'essai clinique sur des traitements contre le coronavirus

PARIS, 23 mars 2020 (APMnews) - Cinq premiers CHU participent à l'essai clinique qui débute pour évaluer des candidats traitements contre le coronavirus Sars-CoV-2, qui devrait à terme impliquer une vingtaine d'établissements français, a indiqué dimanche l'Inserm dans un communiqué.
Cet essai, nommé désormais Discovery, avait été annoncé il y a deux semaines par le Pr Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique installé auprès du gouvernement (cf dépêche du 06/03/2020 à 12:17), et plus récemment un bras a été ajouté à l'essai pour inclure la chloroquine (cf dépêche du 19/03/2020 à 15:58).
Il doit inclure au total 3.200 patients européens, dont au moins 800 en France. Les autres pays impliqués sont "la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Espagne, et peut être d’autres pays", indique l'Inserm.
Le communiqué précise que "5 hôpitaux français participeront au départ". Il s'agit de l'hôpital Bichat à Paris (AP-HP) et des CHU de Lille, Nantes, Strasbourg et Lyon.
Puis "nous ouvrirons d’autres centres pour arriver au moins à une vingtaine d’établissements participants. Notre stratégie d’ouverture de centre suivra la réalité épidémiologique de l’épidémie avec une priorisation à l’ouverture de l’essai dans des hôpitaux sous forte pression".
Le CHU de Nice a indiqué dès dimanche dans un communiqué qu'il "rejoindra l’étude dans les tout prochains jours".
L'essai Discovery est piloté par Florence Ader, infectiologue dans le service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital de la Croix-Rousse aux Hospices civils de Lyon (HCL) et chercheuse au Centre international de recherche en infectiologie (Ciri, Inserm/CNRS/université Claude-Bernard Lyon 1), indique l'Inserm.
Il est rappelé qu'à côté d'un bras contrôle sans traitement antiviral (recevant des soins standard), 4 bras avec des antiviraux seront comparés: le remdésivir (Gilead), l'association lopinavir + ritonavir (Kaletra*, AbbVie) actuellement utilisée contre le VIH, lopinavir + ritonavir associé à l’interféron bêta, et l’antipaludique hydroxychloroquine dont de premières administrations à des patients suggèrent une efficacité (cf dépêche du 20/03/2020 à 11:22).
"La grande force de cet essai est son caractère 'adaptatif'. Cela signifie que très rapidement les traitements expérimentaux inefficaces pourront être abandonnés et remplacés par d’autres molécules qui émergeront de la recherche", a expliqué Florence Adler dans le communiqué.
"Nous pourrons donc réagir en temps réel, en cohérence avec les données scientifiques les plus récentes, afin de mettre en évidence le meilleur traitement pour nos malades", a-t-elle ajouté.
fb/eh/APMnews

[FB5Q7N0MC]

A lire aussi