dépêche

 - 

Aide psychologique: les Cump sont mobilisées localement pour le personnel soignant

(Par Aurélie FRANC)
PARIS, 27 mars 2020 (APMnews) - Les cellules d'urgence médico-psychologiques (Cump) sont mobilisées au niveau local pour venir en aide aux soignants, et elles appuient un dispositif national à destination du grand public, a appris APMnews auprès de Nathalie Prieto, psychiatre à la Cump Rhône-Alpes-Auvergne et psychiatre référente nationale des Cump, joint par APMnews jeudi.
Dans une interview réalisée par APMnews lundi, le délégué ministériel à la psychiatrie et à la santé mentale, Frank Bellivier, a expliqué que les cellules d’urgence médico-psychologique (Cump) étaient déployées pour soutenir les soignants sur le terrain (cf dépêche du 24/03/2020 à 07:01).
Nathalie Prieto a tout d'abord rappelé que "la problématique actuelle épidémique et de décompensation du confinement n'est pas un problème d'urgence médico-psychologique en tant que tel". Selon elle, néanmoins, les Cump sont très utiles dans cette situation. Elles sont en effet "les seules à avoir un maillage et un réseau de cette qualité en termes de correspondants" et elles sont "habituées à réagir en urgence".
Joint par APMnews vendredi, Dominique Mastelli, psychiatre et référent de la Cump 67 (Bas-Rhin), a complété: "Ce qui est très particulier, c'est que c'est à la fois une situation de crise, qui répond aux critères d'intervention des Cump au sens où il s'agit d'un évènement potentiellement psycho-traumatique" mais "ce n'est pas une crise focale comme un attentat, un tremblement de terre, avec un déclenchement rapide, un évènement rapide et une conclusion courte", a-t-il décrit. Il a ainsi expliqué que "les Cump vont devoir s'adapter […] pour travailler sur des semaines voire des mois".
Selon lui, cette crise comprend deux critères "très particuliers": à la fois cet évènement, qui peut être traumatique,"est en cours" et à la fois, il porte "sur une longue durée" et sur une très large population.
Les Cump interviennent donc dans cette crise Covid à deux niveaux: auprès des soignants et auprès de la population générale.
Concernant la prise en charge des soignants, Nathalie Prieto a expliqué avoir "invité les référents départementaux, [à] se mettre en contact avec leurs hôpitaux de proximité et de voir ce qui était pertinent de mettre en place". Selon elle, la plupart des territoires ont mis en place des numéros d'appel à destination des soignants.
Prenant l'exemple des Hospices civils de Lyon (HCL), elle a expliqué qu'un numéro d'appel a été mis en place par la psychiatrie de liaison avec le réseau des psychologues hospitaliers, le tout coordonné avec les Cump (04.72.35.71.88).

"Covipsy" dans le Grand Est

Dans le Grand Est, la Cump 67 (également désignée Cump régionale pour les 10 départements du Grand Est), a "créé un dispositif dédié à la crise", intitulé "Covipsy", pour "avoir une visibilité et un repérage beaucoup plus facile pendant cette période", a expliqué Dominique Mastelli.
Les missions ont été hiérarchisées avec, comme "priorité absolue", l'"intervention auprès des soignants, infirmiers, médecins, équipes soignantes, intrahospitalière, qui travaillent dans les unités Covid pour garantir la continuité de soins physiques".
Le dispositif à destination des soignants comprend deux volets: d'un côté, "Covipsy HUS" (Hôpitaux universitaires de Strasbourg) s'est créé pour "regrouper tous les moyens autour d'un numéro unique d'appel de tous les soignants de l'hôpital" (03.88.11.51.50), et de l'autre "Covipsy 67", pour "l'ensemble des soignants" (03.88.11.68.20).
Concernant le dispositif "Covipsy HUS", "les gens appellent, disent leur situation personnelle ou leur situation d'équipe en difficulté" et "le régulateur de ce numéro […] analyse la situation et propose une réponse graduée", a expliqué Dominique Mastelli.
Cela peut ainsi être "du simple conseil, de l'information en général", une "téléconsultation", ou une "consultation en présentiel". Il est également possible de "déclenche[r] une Cump", c'est-à-dire que les soignants de la cellule "interviennent dans les services ou à l'endroit qui est défini".
"Et pour compléter ce dispositif, on a monté dans chaque site de l'hôpital [trois sites], des salle de repos et de détente pour les personnels, pour qu'ils puissent venir souffler depuis leur travail". "Adossés à ces salles de repos, il y a des espaces d'entretien avec des psychiatres qui peuvent recevoir physiquement les personnes quand elles se présentent", détaille Domique Mastelli. "Ce dispositif complète la psychiatrie de liaison qui continue à travailler", a-t-il souligné.
Pour "tous les autres soignants du département", qui exercent hors de l'hôpital, "on a créé Covipsy 67", qui se décline de la même façon que "Covipsy HUS".
La Cump permet aussi aux travailleurs des préfectures, de l'agence régionale de santé (ARS), de la ville de Strasbourg et des départements du Bas-Rhin, qui prennent "en charge des populations fragiles [...] d'interpeller ce numéro pour nous faire remonter des situations médico-psychologiques qui ne trouvent pas de réponses dans le réseau existant" à travers ce numéro "Covipsy 67".
Concernant les interventions des Cump dans les services, Dominique Mastelli a expliqué que ses équipes sont intervenues trois fois sur place pour prendre en charge des situations complexes. Ce sont des "endroits où la crise Covid est venue se surrajouter à d'autres difficultés antérieures". En revanche, il a estimé que la "densité d'intervention" des Cump directement dans les services "va être faible" et "je tiens à ce que ça reste faible".

Une "plateforme nationale" pour la population générale

Pour la population générale, il y a une "plateforme" du ministère qui s'est mise en place relativement au Covid 19, a rappelé Nathalie Prieto. Ce numéro d'écoute national, qui fonctionne 24 heures sur 24, est le 0800.130.000 (cf dépêche du 27/02/2020 à 23:14).
En fonction des besoins, les écoutants peuvent orienter les personnes sur "La Croix-Rouge écoute" (0800.858.858), qui, elle-même, peut orienter, si besoin, vers les Cump sur le territoire.
Par exemple, dans le Grand Est, Dominique Mastelli a expliqué que les appels de "La Croix-Rouge écoute" peuvent être rebasculés sur le dispositif "Covipsy 67". D'autres partenariats sont effectifs, a précisé le psychiatre: ainsi, si des écoutants de SOS Amitié "repèrent des situations médico-psychologiques d'impasse" liées au Covid-19, ils peuvent également rebasculer les personnes vers Covipsy 67.
Selon les chiffres de Nathalie Prieto, les Cump disposent de 4.500 personnels volontaires et de 150 personnels permanents, "pas forcément à temps plein".
af/nc/APMnews

[AF7Q7UK6O]

A lire aussi