dépêche

 - 

Covid-19: le cap des 10.000 morts est dépassé (DGS)

PARIS, 7 avril 2020 (APMnews) - Le cap des 10.000 décès liés au Covid-19 a été dépassé en cumulant les données hospitalières et celles des établissements médico-sociaux, dont les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), a annoncé mardi soir le directeur général de la santé (DGS), Jérôme Salomon.
Depuis le 1er mars, il y a eu 7.091 décès à l'hôpital (dont 82% chez des personnes de plus de 70 ans), soit 607 de plus que lundi (cf dépêche du 06/04/2020 à 21:44).
S'ajoute à ce décompte les 3.237 décès déclarés dans les établissements médico-sociaux, dont les Ehpad, soit 820 décès de plus que lundi. Cette forte hausse est toutefois à lier "à un probable retard de saisie et du fait que nous sortons d'un week-end", a affirmé Jérôme Salomon.
Au total, 10.328 décès ont été déplorés depuis l'apparition du coronavirus en France.
Si un ralentissement de la progression du nombre des admissions en réanimation est observé, le pic épidémique "n'a pas encore été atteint", a répété le directeur général de la santé.
Selon les données hospitalières "de plus de 1.000 établissements", 30.000 personnes sont actuellement hospitalisées soit 305 personnes de plus que lundi. Depuis le début de d'épidémie, 19.337 personnes sont sorties guéries de l'hôpital.
Il y a 7.131 patients actuellement en réanimation, soit 518 de plus que lundi. En tenant compte des sorties, le solde est de 59 patients supplémentaires en réanimation (contre un solde de 94 lundi). Les sorties "sont de plus en plus nombreuses" et le "besoin de trouver des nouvelles places augmente moins rapidement", a observé Jérôme Salomon.
Parmi les patients en réanimation, "34% ont moins de 60 ans, 61% ont entre 60 et 80 ans, et 104 sont âgés de moins de 30 ans en réanimation", a-t-il précisé.
Le solde des entrées et sorties en réanimation "reste donc positif", "c'est l'indicateur que l'épidémie continue sa progression" mais également "d'une tension dans les établissements de santé et d'une mobilisation totale des ressources humaines et logistiques", a-t-il poursuivi.
En outre-mer, 145 hospitalisations sont en cours (contre 163 lundi), dont 44 en réanimation, 14 décès sont à déoplorer depuis février et 161 patients sont guéris.
Par ailleurs, Jérôme Salomon a rapporté que 78.167 cas de Covid-19 ont été confirmés par tests PCR depuis le début de la crise, soit 3.777 de plus que lundi.

"Il ne doit pas y avoir de renoncement" aux soins chez les personnes non Covid-19

Malgré la mobilisation du système de santé face au Covid-19, il ne faut pas oublier que "certains soins et examens doivent impérativement être maintenus tant en ville qu'à l'hôpital", car ils sont "indispensables à la bonne santé de la population", a souligné Jérôme Salomon.
"Je pense aux patients atteints d'une maladie chronique qui ont besoin d'être suivis régulièrement, à ceux qui ont besoin d'un suivi psychiatrique ou encore à ceux qui ont une réelle indication d'intervention chirurgicale urgente", a-t-il continué.
"Je veux ce soir les rassurer", a ajouté le directeur général de la santé. "Les structures de soins se sont organisées de façon à proposer des circuits de prise en chargé dédiés où toutes les précautions sont prises pour que l'accueil des patients non porteurs" se fasse en l'absence de risque de contamination.
"Il ne doit pas y avoir de renoncement aux soins indispensables", a-t-il insisté. Les médecins doivent pouvoir entrer en contact avec leurs patients à travers la téléconsultation et "ils seront bien sûr rémunérés pour ces actes".
Il est notamment "indispensable" de poursuivre "tous les actes préventifs comme le suivi des nourrissons avec la vaccination obligatoire, mais également le suivi des femmes enceintes", a souligné Jérôme Salomon.
En outre, "il ne faut pas s'abstenir d'appeler" le Samu-centre 15 "en cas de signes neurologiques évocateurs d'AVC [accident vasculaire cérébral], de douleurs thoraciques", ou encore "de détresse vitale".

Des "commandes urgentes" de médicaments anesthésiques

Concernant le risque de pénurie de médicaments anesthésiques dans les hôpitaux (cf dépêche du 03/04/2020 à 22:21), Jérôme Salomon a assuré "que la mobilisation" des services de l'Etat est "totale".
"Les demandes pour ces médicaments ont fortement augmenté dans le monde, les matières premières viennent de très nombreux pays, et nous avons une démarche européenne et française pour chercher les médicaments là où ils sont et faire des commandes urgentes", a-t-il déclaré.
En aval, "nous nous assurons qu'il y a une collaboration parfaite entre établissements pour le prêt de ces flacons", notamment depuis les établissements de chirurgie qui ont déprogrammé des interventions, a-t-il continué.
Il n'y a "plus de difficultés" sur le gel hydroalcoolique, a-t-il par ailleurs indiqué.
Interrogé par APMnews sur de possibles effets néfastes du confinement sur la santé (cf dépêche du 07/04/2020 à 15:49), il a déclaré que "les mesures de confinement sont parfois mal tolérées [...] mais elles sont indispensables si nous voulons passer" l'épidémie.
Il a également encouragé les Ehpad à faire remonter leurs besoins de renfort aux agences régionales de santé (ARS) pour faire face à l'épidémie (cf dépêche du 07/04/2020 à 21:51).
syl/vl/APMnews polsan-une

[SYL9Q8FH0Z]

A lire aussi