dépêche

 - 

Emmanuel Macron annonce la poursuite d'un confinement strict jusqu'au 11 mai

PARIS, 13 avril 2020 (APMnews) - Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé lundi soir la poursuite d'un confinement strict jusqu'au lundi 11 mai, et une sortie qui sera ensuite progressive, lors d'une allocution depuis l'Elysée.
Lundi 16 mars, Emmanuel Macron avait annoncé le confinement de la population sur l'ensemble du territoire à compter du lendemain et pour 15 jours (cf dépêche du 16/03/2020 à 22:47). Le 27 mars, le premier ministre, Edouard Philippe, avait prononcé sa prolongation jusqu'au 15 avril. Mercredi 8 avril, l'Elysée avait fait savoir qu'il serait prolongé au-delà.
Dans son allocution de 25 minutes, Emmanuel Macron a souligné qu'il avait fallu "parer à l'urgence", face à ce "virus inconnu", sur lequel les informations avaient pu être "partielles" et "souvent changeantes". Il a reconnu que ce "moment" avait révélé des "failles", "des insuffisances", citant notamment les stocks de masques, de blouses et de solutions hydroalcooliques. Il a parlé de "ratés", de "lenteurs" et de "faiblesses logistiques" dont il faudrait, "en temps voulu", "tirer toutes les conséquences". Mais il a également salué la vraie "réussite" avec notamment le doublement des lits de réanimation, les coopérations "inédites entre l'hôpital, les cliniques privées et la médecine de ville", ou encore le transfert des patients.
Mais face à la saturation des services hospitaliers dans le Grand Est et en Ile-de-France, un système sanitaire "sous tension" et une épidémie qui n'est "pas encore maîtrisée", le chef de l'Etat a estimé qu'il fallait continuer d'appliquer les règles et que "le confinement le plus strict" devrait se poursuivre jusqu'au lundi 11 mai. Le dernier décompte publié lundi soir fait état de près de 15.000 morts mais avec moins de patients en réanimation que la veille (cf dépêche du 13/04/2020 à 21:27).
Le président a tenu à ce que d'ici-là, les règles de confinement ne soient "ni renforcées ni allégées" et qu'elles soient les mêmes sur tout le territoire. "Des couvre-feux ont été décidés là où c'était utile mais il ne faut pas rajouter des interdits dans la journée", a-t-il affirmé. Il a également demandé aux hôpitaux et aux maisons de retraite d'organiser, pour les plus proches, la visite aux malades en fin de vie pour "leur dire adieu".
Le président de la République a expliqué que le 11 mai serait "le début d'une nouvelle étape", "progressive" avec des "règles qui pourront être adaptées en fonction des résultats".
Emmanuel Macron a annoncé à cette date la réouverture progressive des crèches, des écoles, des collèges et des lycées parce que la situation actuelle "creuse les inégalités". Des règles particulières seront mises en place, une organisation différente du temps et de l'espace, ainsi que la protection des enfants et des enseignants. Pour l'enseignement supérieur, les cours ne reprendront "pas physiquement jusqu'à l'été".
Le 11 mai, il s'agira de "permettre au plus grand nombre de retourner travailler", a-t-il poursuivi. Des règles seront établies avec les partenaires sociaux afin de protéger les salariés.
Les lieux rassemblant du public: restaurants, cafés et hôtels, cinémas, théâtres, salles de spectacles, musées, resteront en revanche fermés. De plus, "les grands festivals et événements avec un public nombreux" ne pourront se tenir au moins jusqu'à mi-juillet prochain.
Le chef de l'Etat a également précisé qu'il demanderait aux plus vulnérables -personnes âgées, en situation de handicap sévère et malades chroniques- de rester confinés "tout au moins dans un premier temps".

Une organisation nouvelle pour sortir du confinement

Pour sortir du confinement, Emmanuel Macron a donné les grandes lignes d'une "organisation nouvelle". Elle sera précisée dans un plan de l'après-confinement détaillé d'ici 15 jours.
Il a cité une utilisation plus large des tests de détection. Il a annoncé que le 11 mai, la France serait en capacité de tester toute personne présentant des symptômes. Si elles sont infectées, elles seront "mises en quarantaine, prises en charge et suivies par un médecin".
Pour accompagner ces tests, il a évoqué le recours à des innovations, notamment une application numérique permettant, sur la base du volontariat et de l'anonymat, "de savoir si oui ou non on s'est trouvé en contact une personne contaminée". Il faisait référence à une application de traçage, sur laquelle travaille le gouvernement, rappelle-t-on (cf dépêche du 08/04/2020 à 11:26). Ces innovations devront être débattues au Parlement d'ici le 11 mai.
A partir du 11 mai, l'Etat devra permettre à chaque Français de se procurer un masque grand public, dont l'usage "pourra devenir systématique" dans certaines situations, comme les transports en commun.
Emmanuel Macron a également précisé que les frontières du pays resteraient fermées aux pays non européens "jusqu'à nouvel ordre".

Deux voies pour le "retour à la vie d'avant"

Selon le président de la République, étant donné la "très faible minorité" de Français ayant été contaminés, "nous sommes très loin d'une immunité collective". C'est pourquoi selon lui, il reste deux voies pour retourner "à la vie d'avant": les vaccins et les traitements.
S'agissant des vaccins, il a annoncé que le pays investirait "encore plus massivement" dans la recherche. "Je porterai dans les prochains jours une initiative (…) pour accélérer les travaux en cours", a-t-il ajouté.
Quant aux traitements, il a souligné que, depuis le premier jour "toutes les options" étaient explorées et que la France était le pays qui avait engagé le plus d'essais cliniques au sein de l'Union européenne. "Il ne s'agit pas de donner un traitement si on n'est pas sûr mais de procéder à tous les essais cliniques pour que toutes les pistes soient poursuivies", a-t-il assuré. Il a insisté sur le fait qu'aucune piste n'était négligée. Jeudi, il a rencontré le Pr Didier Raoult dont les travaux sur l'hydroxychloroquine (Plaquenil*, Sanofi) sont controversés (cf dépêche du 09/04/2020 à 21:55).
Pendant son discours, il a parlé de l'après-crise et évoqué un "plan massif" pour la santé, la recherche et les aînés (cf dépêche du 13/04/2020 à 23:00).
vib/sl/APMnews polsan-une

[VIB5Q8QMKN]

A lire aussi