dépêche

 - 

Au 11 mai, près de 6% de Français devraient avoir été infectés par le coronavirus

PARIS, 21 avril 2020 (APMnews) - Près de 6% de la population française aura été contaminée par le coronavirus Sars-CoV-2 au lundi 11 mai, date annoncée du début du déconfinement, selon les estimations d'une équipe de recherche française.
Ce travail de Henrik Salje, Cécile Tran Kiem de l'Institut Pasteur et leurs collègues a été mis en ligne mardi sur le site internet du centre de recherches. Il s'agit d'un document de travail non encore publié dans une revue à comité de lecture.
"Pour reconstruire l’évolution du nombre total d’infections en France, y compris les infections peu sévères, les chercheurs ont analysé les données d’hospitalisations françaises conjointement avec les résultats d’enquêtes épidémiologiques permettant de caractériser le risque de décès chez les personnes infectées par Sars-CoV-2", expose l'Institut Pasteur dans un communiqué diffusé mardi.
Les chercheurs ont notamment pris en compte les données issues d'une épidémie de Covid-19 survenue en février sur le Diamond Princess, un bateau de croisière à bord duquel ont été comptabilisés 719 cas d'infection et 13 décès parmi les 3.711 passagers (qui ont tous été testés).
Les résultats de l'étude suggèrent qu’en France, le taux d’hospitalisation chez l'ensemble des personnes ayant été infectées par le Sars-CoV-2 est de 2,6%. Ce taux augmente fortement avec l’âge, variant de 0,1% chez les femmes de moins de 20 ans à 31% chez les hommes de plus de 80 ans.
Une fois hospitalisés, 18% des patients entrent en réanimation, dans un délai de 1,5 jour en moyenne.
Le taux de mortalité des patients hospitalisés est de 20%.
Les chercheurs ont identifié deux sous-populations bien distinctes s'agissant du délai entre hospitalisation et décès: d'un côté, les patients qui meurent rapidement après l'hospitalisation (en moyenne, en moins d'un jour) et qui représentent 15% des décès, de l'autre, les patients qui meurent au bout de 13 jours en moyenne et qui constituent les 85% restants.
Les auteurs pointent que ces observations, combinées à celles révélant des différences importantes en fonction du sexe et de l'âge sur le risque de décès, suggèrent des tableaux complexes de manifestations cliniques.

Un taux d'immunité autour de 12% en Ile-de-France et Grand Est

Lorsque la mortalité est estimée sur l'ensemble des personnes infectées et non seulement celles hospitalisées, le taux est de 0,53%. Il varie de 0,001% chez les moins de 20 ans à 8,3% chez les plus de 80 ans. La probabilité de décès des hommes infectés est par ailleurs supérieure de 45% à celle des femmes touchées, avec un différentiel qui augmente avec l’âge.
Dans la sous-population d'hommes de plus de 80 ans infectés par le Sars-CoV-2, le taux de mortalité monte à 13%.
Les chercheurs ont calculé que les mesures de confinement instaurées depuis le 17 mars en France ont permis de réduire de 84% le nombre de reproduction R0 du Sars-CoV-2. Le nombre moyen de personnes infectées par un patient Covid-19 est ainsi passé de 3,3 avant le confinement à 0,5 pendant le confinement.
D'ici au 11 mai, date évoquée par le président de la République pour un début de déconfinement (cf dépêche du 13/04/2020 à 22:59), le nombre de Français qui auront été infectés par le coronavirus est estimé à 3,7 millions (entre 2,3 et 6,7 millions), soit 5,7% de la population.
Les chercheurs estiment que le taux d'immunité atteindra 12,3% en Ile-de-France et 11,8% dans le Grand Est, les deux régions les plus touchées par l'épidémie.
Mais avec un R0 de base de 3,3, ils estiment qu'il faut un taux d'immunité de 70% pour que l'épidémie s'arrête d'elle-même. Selon eux, sans vaccin, l'immunité de groupe sera insuffisante pour éviter une deuxième vague, dans le cas où toutes les mesures de contrôle seraient levées à la fin du confinement.
L'Institut Pasteur travaille actuellement à la mise au point d'un vaccin contre le Sars-CoV-2, rappelle-t-on.
Les chercheurs projettent en outre qu'aux alentours du 11 mai, le nombre d'admissions quotidiennes en réanimation sera compris entre 10 et 45, que le nombre de lits de réanimation occupés par des patients Covid-19 sera de 1.370-1.900, et que le nombre de nouvelles infections sera de 1.300 par jour.
Les chercheurs concluent que cette étude met en évidence "l'impact majeur" des mesures de confinement sur la transmission du Sars-CoV-2.
L'université de Californie du Sud a par ailleurs diffusé lundi des premières données d'immunité anti-coronavirus qui apparaissent comparables aux données françaises. Selon leurs estimations, environ 4,1% de la population du comté de Los Angeles présenteraient des anticorps contre le Sars-CoV-2.
sb/nc/APMnews

[SB9Q94O4G]

A lire aussi