dépêche

 - 

Covid-19: le nombre de patients en réanimation toutes causes confondues est "supérieur de 50% aux capacités initiales" (DGS)

PARIS, 25 avril 2020 (APMnews) - Le nombre de patients infectés par le Covid-19 et qui nécessitent des soins en réanimation s'élève à 4.725 samedi mais le nombre de patients en réanimation "toutes causes confondues" est, lui, "supérieur de 50% aux capacités initiales" et s'établit à 7.525, a fait savoir la direction générale de la santé (DGS) dans un communiqué samedi soir.
Le nombre total de cas confirmés d'infections par le Sars-CoV-2 recensés depuis le début de l'épidémie en France est de 124.114 samedi. C'est 1.537 cas de plus en l'espace de 24 heures (cf dépêche du 24/04/2020 à 21:36).
Samedi 7.525 patients sont hospitalisés en réanimation dont 4.725 atteints de Covid-19 et 2.800 hors coronavirus, apprend-on à la lecture du communiqué. Le nombre de patients hospitalisés en réanimation hors Covid-19 s'élevait jeudi à 2.526 (cf dépêche du 23/04/2020 à 20:06).
"L’augmentation observée du nombre de patients en réanimation, hors Covid, démontre la nécessité du suivi et du traitement des patients atteints de maladies chroniques ainsi que de la prise en charge en urgence des pathologies aiguës graves. Si les suivis sont interrompus longtemps, les décompensations de maladies chroniques sont d’autant plus graves", a souligné la DGS.
"Nous avons mis en place plusieurs moyens de consultations avec notamment la téléconsultation qui est un succès. Les personnes malades sont vivement encouragées à contacter leur médecin ou le service où elles sont suivies", a-t-elle ajouté, insistant sur "le nombre très important de patients en réanimation, toutes causes confondues, supérieur de 50% aux capacités initiales de réanimation en France" qui s'établit à 5.000 lits en situation normale.
Par ailleurs, la DGS a relevé "de grandes inégalités" entre les régions et pointé quatre régions en tension: Ile-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes, Grand Est et Haut-de-France, qui "concentrent près de 75% des patients".
Au cours des dernières 24 heures, 124 nouveaux malades Covid-19 ont été admis en réanimation. "Le solde, concernant les patients Covid-19 est négatif avec 145 patients en moins", a néanmoins salué la DGS.
Au total, depuis le début de l’épidémie, 87.524 personnes ont été hospitalisées dont plus de 15.000 en réanimation.
Dans les outre-mer (Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique, Mayotte), la DGS a rapporté 90 hospitalisations dont 25 patients en réanimation.
Depuis le 1er mars, la France compte 22.614 décès liés au Covid-19, soit 369 de plus que vendredi. Le ministère des solidarités et de la santé a compté 14.050 décès dans les hôpitaux (+ 198 en 24 heures) et 8.564 décès dans les établissements sociaux et médico-sociaux (+ 171 en 24 heures).
Comme tous les soirs, la DGS a communiqué sur le nombre de patients sortis guéris de l’hôpital depuis le début de l’épidémie: samedi, ce sont donc 44.594 personnes qui sont rentrées à domicile guéries.

Olivier Véran s'est rendu dans un laboratoire de biologie médicale

Dans la matinée samedi, le ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, s’est rendu dans un laboratoire privé de biologie médicale à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), Biogroup, pour constater les adaptations faites par cette entreprise pour augmenter la capacité de réalisation de tests virologiques par PCR dans le cadre de la crise sanitaire, selon les images retransmises par des chaînes de télévision.
Il a redit que l'objectif était d'arriver à effectuer sur le territoire "500.000 à 700.000 tests par semaine d’ici le 11 mai", alors que le pays en réalise 40.000 à 50.000 par jour actuellement, selon lui.
"Il n’est pas question de tester tous les Français. Tester 65 millions de Français tous les jours, voire deux fois par jour est un non-sens", a-t-il déclaré à l'issue de la visite. Aucun pays ne le fait, a-t-il ajouté. Il a rappelé que les personnes symptomatiques seraient testées et qu'il était favorable à des études de surveillance très fines dans certains territoires "en allant tester de façon aléatoire des gens asymptomatiques pour regarder si le virus circule"».
"Il faudra donc identifier toutes les personnes malades, tous les cas contacts, toutes les personnes qui ont été en contact rapproché et prolongé avec des malades, isoler qui doit être isolé. Ça, c'est la méthode qui fonctionne et a un impact sur le déroulé de l'épidémie", a déclaré le ministre.
wz/sl/APMnews polsan-une

[WZ8Q9CRZR]

A lire aussi