dépêche

 - 

Le vaccin de Sanofi contre le Sars-CoV-2 coûtera "moins de 10 euros" (Olivier Bogillot)

PARIS, 7 septembre 2020 (APMnews) - Le candidat vaccin développé par Sanofi et GlaxoSmithKline (GSK) contre le Sars-CoV-2 sera commercialisé "moins de 10 euros" s'il est homologué, a affirmé le président de Sanofi France, Olivier Bogillot, sur France Inter samedi.
Le vaccin est depuis jeudi entré en développement clinique en phase I/II et une phase III pourrait débuter courant décembre. Si les données sont suffisamment robustes, Sanofi prévoit de présenter une demande d'homologation au cours du premier semestre 2021 (cf dépêche du 03/09/2020 à 10:42).
"Le prix n'est pas encore totalement défini parce qu'on n'est pas encore totalement sûr de notre dose. On est en train de mesurer les coûts de production qui vont être les nôtres dans les mois qui viennent", a expliqué Olivier Bogillot.
Sanofi a signé cet été des accords avec les Etats-Unis, l'Europe et le Royaume-Uni pour la précommande de doses de ce candidat vaccin. "L'idée de ce partage de risque avec les Etats c'est justement pour avoir un point de sortie en termes de prix qui soit le plus faible possible", a assuré le dirigeant.
Interrogé sur la différence de prix avec d'autres candidats vaccins, tels que celui d'AstraZeneca dont le prix est annoncé autour de 2 euros, Olivier Bogillot a expliqué que cela s'explique par la mobilisation des moyens internes: "On utilise toutes nos ressources en interne, ce sont nos propres chercheurs, usines, centres de R&D utilisés pour produire ce vaccin. AstraZeneca a beaucoup sous-traité".

Production sur le site de Vitry-sur-Seine

Le vaccin, s'il fait ses preuves, sera fabriqué "pour la plaque européenne" en France, sur le site du laboratoire à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), a annoncé Olivier Bogillot.
"On a une cuve de culture cellulaire, qui était mobilisée jusqu'à présent pour des anticorps monoclonaux. On a arrêté cette production-là temporairement et on a réalloué une partie de nos ressources. L'idée c'est qu'effectivement on utilise ce centre pour fabriquer notre antigène sur le vaccin", a-t-il détaillé.
Le dirigeant a enfin tenu à rassurer sur l'accès aux vaccins. "Les patients européens auront le vaccin au même moment que les Américains", a-t-il déclaré, alors que le directeur général de Sanofi, Paul Hudson, avait déclenché une polémique début mai en expliquant que les Etats-Unis auraient droit à "la plus grosse commande" du produit parce qu'ils ont investi à risque dans son développement. Il s'était finalement rétracté et excusé pour ces propos, rappelle-t-on (cf dépêche du 18/05/2020 à 09:30).
"Les Européens peuvent être rassurés" car l'Europe est rentrée "très rapidement dans la discussion" et que des accords ont été passés cet été avec Sanofi, a affirmé le dirigeant. Concernant les pays en développement, Olivier Bogillot a indiqué que "dans les accords signés cet été avec les Etats-Unis, la Grande Bretagne ou l'Europe, il y a des éléments sur lesquels on s'engage pour l'ensemble des autres pays".
"On travaille avec Cepi [Coalition for Epidemic Preparedness Innovations, ndlr] structure qui travaille pour la plupart des pays en développement. On s'engagera à fournir des millions de doses à ces pays-là à des conditions tarifaires qui sont totalement exceptionnelles", a-t-il ajouté.

Introduction en Bourse en vue pour l'entité de production de principes actifs

Le président de Sanofi France a enfin confirmé que le groupe prépare une introduction en Bourse pour l'entité indépendante qui regroupera prochainement ses activités de développement, de production et de commercialisation de principes actifs pharmaceutiques, dont la création a été annoncée en février (cf dépêche du 24/02/2020 à 18:16).
Reuters a révélé en juillet que cette société, dont Sanofi conservera 30% du capital, pourrait être valorisée entre 1 milliard et 2 milliards d'euros (cf dépêche du 17/07/2020 à 18:13).
mjl/rm/APMnews

[MJL9QGA2OZ]

A lire aussi