dépêche

 - 

Ostéoporose: un sur-risque initial de fibrillation atriale sous acide zolédronique par rapport au dénosumab

WASHINGTON, 14 septembre 2020 (APMnews) - L'acide zolédronique est associé à une augmentation modeste du risque de fibrillation atriale lors de la première année de traitement chez les patients ostéoporotiques, par rapport au dénosumab (Prolia*, Amgen), selon une étude présentée dimanche au congrès virtuel de l'American Society for Bone and Mineral Research (ASBMR).
Sara Cromer du Massachusetts General Hospital et ses collègues ont utilisé les données de dossiers de remboursement d'une assurance maladie privée américaine entre janvier 2010 et juin 2019.
Ils ont analysé une cohorte de patients atteints d'ostéoporose, sans antécédent d'arythmie ou de néphropathie avancée, et ont comparé, en utilisant un score de propension pour l'appariement des patients, ceux qui utilisaient l'acide zolédronique à ceux qui utilisaient le dénosumab. La comparaison a porté sur 16.235 paires de patients.
L'incidence de la fibrillation atriale au cours de la 1ère année de traitement était plus élevée sous acide zolédronique que sous dénosumab: 18,6 pour 1.000 personnes-années contre 14,9 pour 1.000 personnes-années, selon le résumé de la communication. Le risque relatif de fibrillation atriale était significativement augmenté de 25% sous acide zolédronique par rapport au dénosumab.
Les chercheurs ont mené le même type d'analyse cette fois sur une cohorte de patients traités pour une pathologie osseuse liée à un cancer, soit 7.732 paires de patients. Il y avait une tendance, mais non statistiquement significative, à un sur-risque de fibrillation atriale avec l'acide zolédronique, avec une incidence de 46,9 pour 1.000 patients-années contre 39,0 pour 1.000 patients-années sous dénosumab.
Il n'y avait pas de risque accru d'accident vasculaire cérébral (AVC) ni d'accident ischémique transitoire, dans l'une ou l'autre cohorte.
"L'acide zolédronique, en comparaison au dénosumab, est associé à un risque modestement augmenté de fibrillation atriale incidente au cours de la 1ère année de traitement; cependant le risque absolu reste faible. Les cliniciens devraient prendre en considération le risque de fibrillation atriale lors du conseil pré-traitement et de la surveillance ultérieure des patients initiant un traitement par acide zolédronique", concluent les auteurs.
cd/sl/APMnews

[CD3QGN1CR]

A lire aussi