dépêche

 - 

VIH: la PrEP avec le cabotégravir bimestriel 10 fois plus efficace que la PrEP orale, en Afrique

LONDRES, 9 novembre 2020 (APMnews) - Une prophylaxie pré-exposition (PrEP) au VIH par injection tous les 2 mois du cabotégravir a divisé par 10 le risque d'infection par rapport à la bithérapie orale quotidienne par ténofovir et emtricitabine, dans une étude sur une population féminine dans 7 pays d'Afrique, annonce lundi Viiv Healthcare.
L'essai HPTN 084 a inclus 3.223 femmes à risque élevé d'infection par le VIH qui ont été randomisées entre une PrEP par cabotégravir en injection toutes les 8 semaines ou ténofovir-emtricitabine (Truvada*, Gilead) tous les jours.
Une infection par le VIH a été diagnostiquée durant le suivi chez 0,21% des femmes prenant le cabotégravir alors que l'incidence s'est élevée à 1,79% chez celles prenant l'association ténofovir-emtricitabine.
Cela correspond à une baisse de risque de 89%, soit près d'un facteur 10.
Cette différence est liée particulièrement à une meilleure observance, permise par ce traitement qui ne doit être pris que 6 fois par an.
Dans la bithérapie orale, l'observance a été évaluée par la mesure de la concentration des antirétroviraux chez un sous-groupe de 362 participantes. Un taux n'était détectable que chez 64% des participantes et n'était à un niveau correspondant à une prise quotidienne du médicament que chez 48%.
Le cabotégravir a été bien toléré, avec un risque d'effet indésirable léger à modéré de même niveau qu'avec ténofovir-emtricitabine. Des réactions au site d'injection ont été rapportées par 32% des participantes recevant le cabotégravir (contre 9% dans le groupe recevant un placebo en injection), et n'ont pas entraîné d'arrêt de traitement.
Dans certaines régions, notamment d'Afrique subsaharienne, les femmes ont un risque deux fois plus élevé que les hommes de contracter le VIH, rappelle une spécialiste dans le communiqué de Viiv Healthcare. Une PrEP bimestrielle injectable facilitera la prévention.
Des résultats favorables au cabotégravir en PrEP ont déjà été obtenus dans l'essai HPTN 083 conduit chez 4.570 hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, avec une baisse de 69% du risque d'infection par le VIH (cf dépêche du 18/05/2020 à 15:38).
fb/ab/APMnews

[FB7QJIVM5]

A lire aussi