dépêche

 - 

Covid-19: hausse significative des troubles dépressifs dans l'ensemble de la population (SPF)

SAINT-MAURICE (Val-de-Marne), 13 novembre 2020 (APMnews) - La prévalence des troubles dépressifs a augmenté de manière significative dans l'ensemble de la population entre fin septembre et début novembre, passant de 10% à 21%, alors que la deuxième vague épidémique de Covid-19 frappe l'Europe et qu'un deuxième confinement est en cours en France, selon les données diffusées jeudi soir par Santé publique France (SPF) sur son site internet.
Cette hausse des états dépressifs en vague 17 de l'enquête CoviPrev, c'est-à-dire du 4 au 6 novembre, est observée "pour la deuxième fois consécutive", passant de 15,5% lors de la vague précédente, du 19 au 21 octobre, à 20,6%, rapporte SPF dans son point épidémiologique hebdomadaire de Covid-19. La prévalence a presque doublé par rapport à la vague 15 faite fin septembre, alors qu'elle était de 11%.
Les hausses les plus importantes ont été observées chez les jeunes (+16 points chez les 18-24 ans et +15 points chez les 25-34 ans), les inactifs (+15 points) et les personnes déclarant une situation financière très difficile (+14 points).
Ces profils de population se retrouvent en vague 17, avec un état dépressif rapporté par 29% des 18-24 ans et 25% des 25-34 ans, contre respectivement 18,5% des 50-64 ans et 14% des plus de 65 ans, par 29% des inactifs et 25% des CSP- (vs 15% des CSP+), un tiers des personnes déclarant une situation financière très difficile (contre 14% chez celles déclarant une bonne situation financière).
En outre, ce deuxième confinement a une répercussion chez les personnes déclarant des antécédents de troubles psychologiques dont 30% déclarent des troubles dépressifs, contre 18,5% chez celles sans antécédent.
SPF
SPF
Indépendamment des facteurs sociodémographiques, les facteurs cognitifs et affectifs (perceptions et ressentis) associés aux états dépressifs sont: la colère et la frustration, le sentiment d'isolement et de solitude, la peur, l'inquiétude vis-à-vis de la situation financière, le fait que les proches adoptent et approuvent moins les mesures de prévention et le fait de se sentir vulnérable au risque d'infection par le Sars-Cov-2.
Les autres indicateurs n'ont pas évolué de façon significative par rapport à la vague 16 mais par rapport à la vague 14, du 24 au 26 août, il apparaît également une hausse "continue et globalement significative" des états anxieux (+3 points) ainsi qu’une diminution de la satisfaction de vie (-4 points).
Plusieurs enquêtes et études ont pointé récemment l'impact de l'épidémie de Covid-19 sur la santé mentale de la population, en particulier un risque potentiel d'idées suicidaires accru chez les jeunes et certaines catégories professionnelles, note-t-on (cf dépêche du 12/11/2020 à 17:49, dépêche du 09/11/2020 à 17:50 et dépêche du 10/11/2020 à 15:11). Le Covid-19 apparaît aussi favoriser ou aggraver des troubles psychiatriques (cf dépêche du 10/11/2020 à 09:00).
ld/ab/APMnews

[LD5QJQ8MX]

A lire aussi