dépêche

 - 

Rhumatisme psoriasique: le risankizumab améliore l'atteinte articulaire (phase III)

NORTH CHICAGO (Illinois), 5 janvier 2021 (APMnews) - L'anti-IL-23 risankizumab (Skyrizi*, AbbVie) administré aux patients souffrant de rhumatisme psoriasique a amélioré l'activité de la maladie au niveau des symptômes articulaires et cutanés, selon des résultats de phase III annoncés mardi par le laboratoire, dans un communiqué.
Skyrizi* a obtenu une autorisation de mise sur le marché (AMM) européenne centralisée en avril 2019 dans le traitement du psoriasis en plaques modéré à sévère chez l’adulte qui nécessite un traitement systémique. Il a été lancé en février 2020 en France, pris en charge chez "les adultes ayant un psoriasis en plaques chronique sévère défini par un échec (réponse insuffisante, contre-indication ou intolérance) à au moins deux traitements parmi les traitements systémiques non biologiques et la photothérapie, et une forme étendue et/ou un retentissement psychosocial", rappelle-t-on (cf dépêche du 26/02/2020 à 15:37).
Dans les essais de phase III KEEPSAKE-1 et KEEPSAKE-2, le risankizumab a été évalué chez les patients adultes atteints de rhumatisme psoriasique actif, qui avaient une réponse insuffisante ou étaient intolérants à au moins 1 traitement de fond (DMARD) pour KEEPSAKE-1, ou qui avaient une réponse insuffisante ou étaient intolérants aux biothérapies et/ou aux DMARDs non biologiques pour KEEPSAKE-2.
Ces deux essais randomisés en double aveugle contre placebo ont inclus respectivement 964 et 443 patients, qui ont reçu soit le risankizumab à 150 mg, soit un placebo pendant 24 semaines, puis le risankizumab à 150 mg.
Le taux de réponse au critère ACR20 à 24 semaines, critère principal d'évaluation, était de 57% et 51% sous risankizumab dans KEEPSAKE-1 et KEEPSAKE-2 respectivement, contre 34% et 27% sous placebo, respectivement.
Des améliorations significatives ont également été observées sous risankizumab sur les critères secondaires: amélioration d'au moins 90% des lésions cutanées (PASI 90) atteinte par 52% à 55% des patients contre 10% sous placebo, fonction physique (HAQ-DI) améliorée de 0,22 à 0,31 point contre 0,05 à 0,11 point, et activité minimale de la maladie à 24 semaines observée chez 25% et 26% des patients, contre 10% et 11% sous placebo.
Le profil de sécurité du risankizumab était cohérent durant les 24 semaines avec les résultats de sécurité observés dans les précédentes études sur le psoriasis, selon le communiqué.
Les résultats complets de ces deux études seront présentés lors de prochains congrès médicaux et publiés dans une revue médicale à comité de lecture.
cd/nc/APMnews

[CD7QMGSQE]

A lire aussi