dépêche

 - 

Nouvelles données à long terme sur la thérapie génique de la neuropathie optique de Leber

WASHINGTON, 20 janvier 2020 (APMnews) - La thérapie génique de la neuropathie optique de Leber confirme son intérêt avec la publication dans Ophthalmology de données à 2 ans d'une étude dans laquelle l'injection dans un seul oeil a apporté un bénéfice pour les deux yeux.
Des résultats de l'essai RESCUE avaient déjà été annoncés par GenSight Biologics et avaient paru décevants en raison de la non-atteinte du critère primaire de l'étude (cf dépêche du 04/02/2019 à 15:56). Mais ce critère primaire était la comparaison entre les deux yeux.
Or, il n'avait pas été escompté, lors de la conception de l'étude, que même l'oeil non traité s'améliorerait aussi. Si l'on compare les deux yeux (traité et non traité) à 2 ans de suivi avec le nadir de l'évolution de leur vision, et sachant qu'il y a peu d'amélioration spontanée, les auteurs de cet essai considèrent qu'il y a un bénéfice.
Nancy Newman de l'université Emory à Atlanta et ses collègues ont traité 38 patients par injection intravitréenne du rAAV2/2-ND4 -vecteur véhiculant une version normale du gène ND4, dont une mutation est la cause de la maladie. Un seul oeil était traité, en double aveugle, l'autre oeil avait une injection de placebo. Il s'agissait de patients ayant perdu la vision moins de 6 mois avant.
Après l'injection, la vision dans les deux yeux a continué à se détériorer jusqu'à 24 semaines. La baisse s'est alors arrêtée et on a observé un plateau qui a duré jusqu'à 48 semaines. Puis une amélioration progressive a eu lieu jusqu'à 96 semaines.
En raison de l'amélioration des deux yeux, la meilleure acuité visuelle après correction à 48 semaines était différente de seulement -0,01 logMAR entre les deux yeux alors qu'une différence d'au moins -0,3 logMAR était requise pour que le critère primaire de l'essai soit atteint.
Mais à 96 semaines, une amélioration significative était observée, dans les deux yeux, par rapport au nadir. Cette amélioration était de -0,53 logMAR (+26 lettres ETDRS) par rapport au nadir dans l'oeil traité et -0,46 logMAR (+23 lettres ETDRS) dans l'autre oeil.
L'acuité visuelle n'était pas totalement récupérée si l'on compare à l'état avant la chute des 24 premières semaines, note-t-on. Mais la chute était enrayée et la remontée entre 48 et 96 semaines était statistiquement très significative.
Une proportion de 71% des patients a présenté une amélioration d'au moins -0,3 logMAR par rapport au nadir (+ 15 lettres) à 96 semaines.
Les auteurs rappellent que dans les études de suivi de patients souffrant de neuropathie optique de Leber, une récupération partielle spontanée de vision après une baisse des capacités est observée dans au mieux 15% des cas, ce qui est bien moindre que dans leur étude.
Concernant l'effet observé dans l'oeil non traité, ils notent que c'était également observé dans l'étude REVERSE avec le même traitement ainsi que dans des études chinoise et américaine sur des thérapies géniques similaires.
(Ophthalmology, publication en ligne du 12 janvier)
fb/nc/APMnews

[FB2QN6WVY]

A lire aussi