dépêche

 - 

Accord entre Gilead et Merck & Co dans le VIH

FOSTER CITY (Californie), KENILWORTH (New Jersey), 15 mars 2021 (APMnews) - Gilead et Merck & Co ont annoncé lundi un accord de codéveloppement et de copromotion d'une bithérapie anti-VIH à longue durée d'action.
La collaboration porte sur l'association de l'inhibiteur de la capside lénacapavir de Gilead et l'inhibiteur nucléosidique de la translocation de la transcriptase inverse islatravir de Merck & Co.
Les deux molécules, qui pourraient être les premières représentantes de leur classe thérapeutique disponibles sur le marché, sont en phase III. Les données cliniques disponibles montrent une longue durée d'action et une activité à des dosages faibles, ouvrant la voie à une association qui serait proposée sous formes orale et injectable.
Une première phase III portant sur l'association pourrait commencer au second semestre.
Les deux groupes pharmaceutiques partageront la responsabilité opérationnelle du développement et de la commercialisation. Les coûts seront répartis entre 60% pour Gilead et 40% pour Merck & Co.
Pour la forme orale, Gilead mènera la commercialisation aux Etats-Unis et Merck & Co en Europe et dans le reste du monde. Pour la forme injectable, ce sera l'inverse. Une copromotion est prévue aux Etats-Unis et sur certains marchés majeurs.
Les deux partenaires partageront les revenus de manière égale jusqu'à des seuils prédéfinis. Au-delà d'un chiffre d'affaires annuel de 2 milliards de dollars de la forme orale, Gilead enregistrera 65% des revenus et Merck & Co 35%. Pour la forme injectable, cette même répartition commencera au-delà de 3,5 milliards par an.
L'accord prévoit également que Gilead va disposer d'une option pour acquérir des droits sur des inhibiteurs oraux de l'intégrase de Merck & Co en cours de développement pour les évaluer en association avec le lénacapavir. Inversement, Merck & Co pourra acquérir des droits sur des inhibiteurs oraux de l'intégrase de Gilead en vue d'un développement en association avec l'islatravir. Ces options pourront être exercées à partir du moment où les molécules concernées auront achevé leur phase I. Les deux industriels disposent dans leurs pipelines (en préclinique) de représentants des inhibiteurs oraux de l'intégrase à prise hebdomadaire.
Gilead est le leader mondial sur le marché du VIH où il a réalisé près de 17 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2020, note-t-on. Merck & Co, historiquement présent sur ce marché, compte comme principal actif Isentress* (raltégravir), qui enregistré 857 millions de revenus en 2020. Il a lancé en 2019 (en France), Pifeltro* (doravirine) et le Delstrigo* (doravirine + lamivudine + ténofovir disoproxil).
eh/ab/APMnews

[EH9QQ0EYD]

A lire aussi