dépêche

 - 

Œdème maculaire diabétique: la moitié des patients conservent un rythme trimestriel d'injections du brolucizumab

WASHINGTON, 3 mai 2021 (APMnews) - La moitié des patients souffrant d'oedème maculaire diabétique traités par l'anti-VEGF brolucizumab (Beovu*, Novartis) ont pu conserver un rythme d'administration trimestriel, après une phase initiale d'administration toutes les 6 semaines, dans 2 études de phase III d'une durée d'un an qui ont été présentées au congrès virtuel de l'Association for Research in Vision and Ophthalmology (ARVO).
Le laboratoire avait communiqué fin 2020 pour annoncer que les études KESTREL et KITE donnaient des résultats positifs, mais sans donner de résultats chiffrés (cf dépêche du 15/12/2020 à 11:26).
Ces phases III qui ont inclus un total de 926 patients ont comparé le brolucizumab administré d'abord avec 5 doses espacées entre elles de 6 semaines suivies d'un espacement de 12 semaines, avec la possibilité de revenir à 8 semaines si nécessaire, et l'aflibercept (Eylea*, Bayer) avec 5 doses espacées d'un mois chacune suivies d'un espacement de 8 semaines.
En termes d'acuité visuelle, les deux études ont montré la non-infériorité (qui était le critère primaire des études) du brolucizumab 6 mg par rapport à l'aflibercept. Le gain était respectivement de 9,2 lettres et 10,5 lettres dans KESTREL et respectivement de 10,6 lettres et 9,4 lettres dans KITE.
Par ailleurs, dans KESTREL, une dose inférieure de brolucizumab, 3 mg, a également été évaluée. Elle n'a pas atteint le critère de non-infériorité.
Après la période initiale d'injections du brolucizumab 6 mg toutes les 6 semaines, respectivement 55,1% des patients dans KESTREL et 50,3% dans KITE ont pu maintenir un rythme d'injections trimestriel de ce médicament.
Novartis indique également dans un communiqué qu'il y a eu une disparition du liquide au niveau intrarétinien et subrétinien (traduisant une baisse d'activité de la maladie) chez un plus grand nombre de patients traités par brolucizumab que par aflibercept. Et un plus grand nombre ont atteint une épaisseur rétinienne au niveau central inférieure à 280 µm à 32 et 52 semaines.
Concernant les effets indésirables, une inflammation orbitale a été observée chez plus de patients avec le brolucizumab 6 mg dans KESTREL (3,7% contre 0,5% avec l'aflibercept), mais pas dans KITE (1,7% dans chaque groupe). Une occlusion vasculaire rétinienne a été détectée chez 0,5% des patients avec le brolicizumab et aucun avec l'aflibercept dans KESTREL et chez 0,6% dans chaque groupe dans KITE.
fb/ab/APMnews

[FB7QSIX3I]

A lire aussi