dépêche

 - 

Covid-19: Jean Castex annonce des mesures renforcées dans les Landes pour freiner la diffusion du variant delta

MONT-DE-MARSAN, 24 juin 2021 (APMnews) - Le premier ministre, Jean Castex, a annoncé le renforcement de la vaccination et du déploiement de la politique de dépistage pour ne pas que la situation sanitaire dans les Landes "préfigure le développement" du variant delta (ex-variant indien), lors d'un déplacement à Mont-de-Marsan, jeudi matin.
En compagnie d'Olivier Véran, ministre des solidarités et de la santé, Jean Castex s'est rendu au cabinet de médecine générale du Clos-Voissard pour un point de situation sur la vaccination, dans un centre commercial pour une présentation du dispositif d'opération de dépistage piloté par la Croix-Rouge et la protection civile, ainsi que dans les locaux de la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) des Landes pour s'enquérir de la mise en oeuvre du dispositif de contact tracing.
"On a constaté une reprise de l'épidémie" dans les Landes avec un taux d'incidence ayant "redépassé" le seuil de 50/100.000 habitants et "on a identifié" la présence du variant delta "certes en nombre limité, mais en nombre suffisant pour que cela nous mobilise", a expliqué Jean Castex.
Ce dernier s'est voulu rassurant, jugeant que la situation n'est pour le moment "pas difficile et encore moins catastrophique".
Le variant delta représente près de 10% des nouvelles contaminations en France et 70% dans les Landes, a chiffré Olivier Véran, mercredi, lors d'une audition devant la commission des affaires sociales du Sénat consacrée au Ségur de la santé (cf dépêche du 23/06/2021 à 18:34).
Les Landes sont actuellement le seul département métropolitain dépassant le seuil des 50 cas/100.000 habitants, note-t-on. Le taux d'incidence du département était de 51,2 cas/100.000 habitants sur la période du 14 au 22 juin, contre 46,6 cas/100.000 du 7 au 13 juin. Le taux d'incidence régional du 14 au 22 juin était de 20,6 cas/100.000 et le taux national de 24 cas/100.000.
A noter qu'en parallèle, le nombre d'hospitalisations dans les Landes recule, avec 20 hospitalisations mercredi, contre 29 une semaine plus tôt, selon les dernières données de Santé publique France.
"Il ne faudrait pas" que la situation sanitaire dans les Landes "préfigure le développement du variant", a toutefois prévenu le premier ministre. Il a indiqué qu'"un plan d’action, une opération forte" va être "déployée" pour "les 7 jours à venir".
"Nous souhaitons tester davantage" avec, dans les 7 jours qui viennent, "un objectif quantifié de 14.000 tests Covid dans le département", a-t-il avancé. Le premier ministre a également évoqué la mise à disposition de 6.500 tests salivaires pour les écoles, et de 10.000 autotests dans les jours à venir. Il a fait part de la nécessité "d'approfondir" les criblages des tests Covid-19 pour identifier le "plus rapidement possible" les variants.
Concernant la vaccination, il a souligné que les Landes font partie des "départements en tête", mais que cela ne suffit pas car "on n’a pas encore atteint l’immunité" nécessaire. Les doses de vaccins disponibles passeront de 40.000 à 60.000 dans les Landes dans les 7 jours à venir.
Jean Castex, qui s'exprimait dans les locaux de la CPAM des Landes, a ajouté que 50 agents y sont mobilisés pour la "stratégie renforcée […] tester, alerter et protéger".
Dans une semaine, "nous verrons, après concertation avec l’ensemble des acteurs locaux" si "des mesures complémentaires doivent être prises", a-t-il poursuivi.
Au 1er juillet, "des levées, en matière de jauges" pour un certain nombre d’établissements recevant du public sont prévues, a-t-il rappelé, expliquant que si la situation dans le département le demande, elles pourraient être différées.
Cécile Bigot-Dekeyzer, préfète du département des Landes, avait annoncé le 7 juin des mesures de renforcement de tests, notamment après la découverte de 29 cas de variant delta (cf dépêche du 07/06/2021 à 18:51).
Evoquant un cluster Covid au sein de l'Ehpad Robert-Labeyrie, à Pontonx-sur-l'Adour (Landes), Jean Castex a fait valoir qu'il est "impératif que les soignants et personnels [des] Ehpad soient tous vaccinés [...] d’ici la fin du mois d’août".
Interrogée sur BFM-TV, jeudi, la directrice de l'Ehpad Robert-Labeyrie, Sarah Gonzalez, a indiqué qu'"à ce jour" 23 résidents et 6 agents (un avait un schéma vaccinal complet, une autre avait reçu une première dose et les quatre autres personnels n'étaient pas vaccinés) "ont été testés positifs au Covid-19". Un "nouveau dépistage" est en cours.
Elle a ajouté que 94% des résidents et 60% des personnels de l'établissement ont été vaccinés, espérant que cela "permette que les résidents ne développent pas de formes graves". Elle a assuré qu'aucune forme grave n'a été constatée parmi les personnes contaminées, précisant néanmoins que "trois résidents sont hospitalisés dans des services classiques", tout en étant dans un état "stable".
L'assurance maladie était en cours de contact tracing, a exposé la directrice, mais cette dernière a fait part de "fortes suspicions" de contaminations venant de "visites des familles".
Mardi, l'établissement a été fermé aux visites et les résidents ont été isolés en chambre. L'organisation du travail est adaptée "au jour le jour en fonction des nouvelles données", a conclu la directrice.

Une situation qui reste "positive" en France

Jean Castex a toutefois fait part d'une situation sanitaire "positive" en France, soulignant une "dynamique forte de l'amélioration de l'ensemble des indicateurs [...] sur le territoire national", même si des difficultés subsistent notamment "dans quelques territoires ultramarins".
Les indicateurs se sont améliorés "plus vite encore que nous n'aurions pu l'escompter. [...] Malgré ces nouvelles très positives, l'épidémie n'a pas disparu [...] et évolue", a-t-il averti, mentionnant la "préoccupation liée" au variant delta "qui progresse sans doute un peu inexorablement partout". Et de renchérir: "Nous devons donc [...] être particulièrement mobilisés".
Il a souligné que ce variant a "une contagiosité [...] extrêmement grande, plus forte que le variant britannique" et est "représentatif d'un fort danger", en particulier "pour les personnes non vaccinées", insistant sur l'efficacité de la vaccination face au variant delta.
Jean Castex a par ailleurs rappelé qu'il y a une diffusion importante du variant delta et "un taux de pénétration fort" en Grande-Bretagne, ainsi que "dans d'autres pays du monde".
D'ici la fin août, le variant delta représentera 90% des Sars-CoV-2 circulant au sein de l'Union européenne, a prévenu mercredi la directrice de l'European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC), Andrea Ammon, dans un communiqué de presse.
Des données préliminaires indiquent qu'il peut contaminer des personnes n'ayant reçu qu'une seule dose de vaccin contre le Covid, a-t-elle précisé. Il est donc "très probable" qu'il circule largement cet été, en particulier chez les jeunes, qui n'étaient pas prioritaires pour la vaccination. La "bonne nouvelle" c'est que les schémas complets de primo-vaccination avec les vaccins homologués au sein de l'Union européenne sont efficaces pour prévenir la contamination par ce variant et ses conséquences, se réjouit l'ECDC. Mais environ 40% des Européens de plus de 60 ans ne sont pas complétement vaccinés.
L'ECDC recommande de poursuivre la vaccination à un rythme "très soutenu" et considère "primordial que la deuxième dose soit administrée dans le délai minimum autorisé".
jyp-vib/ab/APMnews

[JYP9QV749B]

A lire aussi