Une opération de maintenance est prévue vendredi 22 octobre 2021 entre 13h15 et 13h45. L'accès au site sera interrompu durant cette période. Nous vous remercions pour votre compréhension.

dépêche

 - 

Les soignants devront être vaccinés d'ici le 15 septembre (Emmanuel Macron)

PARIS, 12 juillet 2021 (APMnews) - Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé lundi lors d'une allocution télévisée que les personnels soignants, parmi d'autres, devaient se faire vacciner avant le 15 septembre, date à laquelle des contrôles éventuellement accompagnés de sanctions seront mis en place.
La question de la vaccination obligatoire se posera alors pour le reste de la population, a-t-il ajouté. En attendant, il a demandé aux Français de se faire vacciner "dès aujourd'hui, pour se protéger et protéger les autres", faisant appel à leur responsabilité individuelle et leur esprit collectif.
Le président a fait ces annonces après une nouvelle réunion du conseil de défense lundi matin pour arbitrer les mesures à prendre face à la hausse de l'incidence du Sars-CoV-2 et de son variant delta.
Il a ainsi suivi la demande faite le 7 juillet par les fédérations d'établissements sanitaires et d'établissements et services médico-sociaux, les ordres professionnels et les ministres en charge de la santé, des personnes âgées et des personnes handicapées, d'une vaccination obligatoire pour "les professionnels de santé, du soin et de l'accompagnement" (cf dépêche du 07/07/2021 à 21:11).
Il a aussi rejoint les avis de la Haute autorité de santé (HAS) et du conseil scientifique publiés vendredi. La HAS a recommandé notamment d'envisager "sans délais" l'obligation vaccinale des professionnels en contact avec des personnes vulnérables et "d'entamer la réflexion" en population générale, rappelle-t-on (cf dépêche du 12/07/2021 à 01:01). Le conseil scientifique Covid-19, également favorable à une obligation vaccinale des soignants, préconise en outre une injection de rappel contre le Covid-19 chez les personnes de plus de 80 ans primo-vaccinées "dès maintenant" et la mise en place d'un passe vaccinal pour limiter l'impact d'une quatrième vague (cf dépêche du 09/07/2021 à 11:48).
Il y a une "reprise forte de l'épidémie qui touche tous les territoires", en métropole et en outre-mer, a justifié le président.
"Nous devons aller vers la vaccination de tous les Français", seul chemin vers le retour à la vie normale, a-t-il défendu. "Dans un premier temps pour les personnels soignants et non soignants des hôpitaux, des cliniques, des maisons de retraite, des établissements pour personnes en situation de handicap, pour tous les professionnels ou bénévoles qui travaillent au contact des personnes âgées, y compris à domicile, la vaccination sera rendue obligatoire sans attendre", a-t-il déclaré.
"Cela participe de votre sens du devoir", a-t-il insisté.
Les personnes concernées auront jusqu'au 15 septembre pour se faire vacciner. "Il faut commencer dès maintenant", et des contrôles et sanctions seront appliqués à partir du 15 septembre, a-t-il prévenu.
Intervenant sur LCI après l'allocution d'Emmanuel Macron, le ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, a précisé qu'à partir du 15 septembre, les soignants non vaccinés ne pourraient plus travailler et ne seraient plus payés.
Ensuite, "en fonction de l'évolution de la situation nous devrons sans doute nous poser la question de la vaccination obligatoire pour tous les Français", a poursuivi Emmanuel Macron.
"Neuf millions de doses vous attendent aujourd'hui qui n'ont pas encore été injectées. Nos commandes continuent d'arriver, que ce soit près de chez vous, de votre lieu de vacances, avec ou sans rendez-vous: faites-vous vacciner! C'est la seule façon de vous protéger et de protéger les autres", a-t-il lancé. "C'est aussi ce dont dépend notre liberté à toutes et tous".
Il a appelé en particulier à la mobilisation des personnes de plus de 60 ans et celles "en surpoids grave" non encore vaccinées, qui "courent le plus grand danger".
Des campagnes spécifiques seront aussi organisées "dès la rentrée" dans les établissements scolaires et universitaires pour les collégiens, lycéens et étudiants.

Campagne de rappel dès la rentrée

Pour les premières personnes qui ont été vaccinées, dès janvier, dont "les taux d'anticorps [vont] prochainement baisser", une campagne de rappel sera mise en place dès la rentrée également.
L'injection de rappel se fera selon "le même système et dans les mêmes conditions que la ou les premières". Les rendez-vous pourront être pris dès les premiers jours de septembre.
Par ailleurs, l'état d'urgence sanitaire sera déclaré "dès demain" en conseil des ministres pour la Martinique (cf dépêche du 12/07/2021 à 19:16) et la Réunion, avec la mise en place d'un couvre-feu, parce que "le niveau de vaccination y est encore très insuffisant et que les hôpitaux sont déjà sous forte pression".
En France métropolitaine, sauf dans les départements avec une incidence supérieure à 200 et constatant une augmentation des hospitalisations, où des mesures de freinage pourront être prises par les préfets, "notre approche sera plus simple", avec la même démarche partout: "reconnaître le civisme et faire porter les restrictions sur les non-vaccinés, plutôt que sur tous".

Extension du passe sanitaire et déremboursement des tests PCR

"Dès cette semaine, les contrôles aux frontières seront encore renforcés pour les ressortissants en provenance des pays à risque, avec un isolement contraint pour les voyageurs non vaccinés", a annoncé le chef de l'Etat.
A partir du 21 juillet, "le passe sanitaire sera étendu aux lieux de loisirs et de culture", pour les plus de 12 ans. Spectacles, parcs d'attraction, concerts, festivals nécessiteront vaccination ou test négatif récent.
Le passe sanitaire s'appliquera aussi, à partir de début août, dans les cafés, restaurants, centres commerciaux, hôpitaux, maisons de retraite, établissements médico-sociaux, ainsi que pour les longs trajets dans les avions, trains et cars, pour les clients, les usagers et les salariés.
En fonction de l'évolution de la situation, la question de l'extension du passe sanitaire se posera aussi à d'autres activités, a prévenu Emmanuel Macron.
L'extension du passe sanitaire dès le 21 juillet aux lieux de loisirs et de culture rassemblant plus de 50 personnes se heurte toutefois à ce jour aux dispositions de la loi du 31 mai 2021 relative à la gestion de la sortie de crise sanitaire, qui limite sa mise en oeuvre aux déplacements au départ et à l'arrivée du territoire, ainsi qu'aux "grands rassemblements de personnes", note-t-on (cf dépêche du 01/06/2021 à 11:56 et dépêche du 31/05/2021 à 19:27).
Dans un entretien accordé à la presse quotidienne régionale le 29 avril, le chef de l'Etat avait soutenu que le passe sanitaire ne "[serait] jamais un droit d’accès qui différencie les Français", parce qu'il ne sera pas obligatoire pour accéder aux "lieux de la vie de tous les jours comme les restaurants, théâtres et cinéma, ou pour aller chez des amis", rappelle-t-on (cf dépêche du 29/04/2021 à 18:18).
Dès l'automne, les tests PCR deviendront payants "sauf prescription médicale", afin d'encourager la vaccination.
Une session extraordinaire du Parlement sera convoquée à partir du 21 juillet, en vue de l'examen d'un projet de loi qui déclinera ces décisions, a indiqué Emmanuel Macron, qui a prévenu qu'il y avait encore "plusieurs mois de 2022" à vivre avec le virus.
Emmanuel Macron s'est par ailleurs engagé à relancer la réforme des retraites "dès que les conditions sanitaires seront réunies" (cf dépêche du 12/07/2021 à 22:12).
cd-vg/eh/APMnews polsan-une

[CD1QW4VJY]

A lire aussi