dépêche

 - 

Ventilation mécanique prolongée chez l'enfant: un protocole de sevrage en réduit peu la durée

WASHINGTON, 3 août 2021 (APMnews) - Un protocole de sevrage de sédation et de ventilation mécanique invasive s'est montré modestement efficace pour réduire le délai d'extubation réussie, chez les enfants de réanimation nécessitant une ventilation mécanique prolongée, selon une étude britannique publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).
Les protocoles de sevrage de la ventilation mécanique invasive sont largement utilisés en réanimation adulte, avec notamment la pratique d'un test de préparation au sevrage, mais chez les enfants les preuves sont insuffisantes pour déterminer si cette pratique est bénéfique ou non, rappellent Bronagh Blackwood de la Queen's University à Belfast (Irlande du Nord) et ses collègues.
Ils ont mené un essai clinique randomisé pragmatique dans 18 services de réanimation pédiatrique, randomisés de façon séquentielle entre la prise en charge standard et l'intervention protocolisée. Au total, 4.155 enfants ont reçu la prise en charge standard et 4.688 le protocole de sevrage.
Le protocole de sevrage consistait à évaluer le niveau de sédation toutes les 6h minimum; tester tous les jours la préparation au sevrage au moyen des valeurs de fraction d'oxygène inspiré, saturation en oxygène, pression expiratoire positive, de la présence d'une toux; faire un essai de respiration spontanée pour évaluer la préparation à une ventilation non invasive; fixer chaque jour des objectifs de sédation et niveau de ventilation pour le patient.
Le délai médian avant une extubation réussie a été significativement plus court dans le groupe assigné au protocole de sevrage que dans le groupe contrôle (64,8 h contre 66,2 h).
Par ailleurs, si la durée de séjour en réanimation n'était pas différente entre les deux groupes, la durée d'hospitalisation était plus longue dans le groupe d'intervention (9,6 jours contre 9,1 j).
Au total, 18 évènements indésirables graves sont survenus dans le groupe d'intervention et 25 dans le groupe contrôle, notamment un évènement d'hypoxie chez 0,2% des enfants dans le groupe assigné au protocole et 0,3% dans le groupe contrôle.
Ces résultats montrent donc qu'un protocole de sevrage de sédation et de ventilation chez les nourrissons et les enfants nécessitant une ventilation mécanique prolongée réduit significativement la durée de la ventilation mécanique invasive, toutefois l'amplitude de l'effet est petite, et sa significativité clinique incertaine, commentent les auteurs. Ils estiment qu'un effet plus grand n'est pas à exclure dans une population de patients plus focalisée.
(JAMA, 3 août, vol 326 n°5, p 401-410)
cd/ab/APMnews

[CD4QX9H61]

A lire aussi