dépêche

 - 

Olivier Véran annonce des "aménagements" à la veille de l'extension du passe sanitaire (presse)

PARIS, 8 août 2021 (APMnews) - Le ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, a annoncé qu'un résultat négatif de test de diagnostic du Covid-19 permettra de disposer d'un passe sanitaire pendant 72h (contre 48h jusqu'ici) et que les autotests pourront aussi être utilisés, sous la supervision d'un professionnel de santé, dans une interview au Parisien mise en ligne samedi soir et détaillant des "aménagements" à la veille de l'entrée en vigueur de la loi étendant l'utilisation du passe.
Pour rappel, la loi relative à la gestion de la crise sanitaire, imposant notamment la présentation du passe sanitaire à l'entrée des hôpitaux ou des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et la vaccination pour toute une série de professions au contact avec des personnes vulnérables, doit entrer en vigueur lundi (cf dépêche du 06/08/2021 à 10:40).
Dans l'interview publiée dimanche, Olivier Véran a expliqué qu'"après consultation des autorités scientifiques, un dépistage négatif sera valide 72 heures et non plus 48 heures pour les non-vaccinés".
Il a aussi annoncé qu'"il sera possible d'effectuer des autotests supervisés par un professionnel de santé en plus des tests antigéniques et PCR", et qu'ils seront aussi valables 72 heures. "Je pense notamment à ce dispositif pour les soignants, qui ont jusqu'au 15 septembre pour réaliser leur première injection", a déclaré le ministre.
"Ces aménagements nous permettront de faire face au mieux à la demande de tests et de démultiplier les lieux de dépistage avec la coopération des collectivités territoriales", a-t-il affirmé.
Ils ont d'ores et déjà été actés dans un décret paru dimanche au Journal officiel.
Interrogé sur les capacités nationales en matière de réalisation de tests de diagnostic du Covid-19, alors qu'un nouveau record hebdomadaire de plus de 4,1 millions de tests réalisés a été atteint la semaine dernière (cf dépêche du 05/08/2021 à 14:54), Olivier Véran a répondu que "s'il y avait une vraie tension sur les capacités de tests, on donnerait la priorité à ceux qui présentent des symptômes ou qui sont cas contacts".
Il a également assuré que la question de l'administration d'une troisième dose de vaccin contre le Covi-19 sera sur la table du Conseil de défense qui se tiendra mercredi 11 août. "Nous allons cibler dès la rentrée les personnes vulnérables et fragiles, âgées ou malades, avec un système immunitaire fragile, afin de le renforcer", a-t-il dit.

Déprogrammations de soins, réquisitions de soignants

Commentant la situation épidémiologique, le ministre de la santé a observé un "plateau haut" de taux d'incidence, autour de 20.000 nouveaux cas par jour depuis plus d'une semaine, et mis en avant la vaccination, mais aussi le respect des gestes barrières, pour y faire face, "car il y a eu un relâchement avec l'été".
"Dans les départements du Sud les plus touchés, nous allons devoir déprogrammer des soins et appeler du personnel en congés, rouvrir en urgence des lits de réanimation... Pour faire face, j'ai même dû demander vendredi de préparer des transferts de malades vers d'autres régions", a-t-il déclaré.
L'agence régionale de santé (ARS) Occitanie avait déjà prévenu vendredi dans un communiqué que des patients touchés par le Covid et hospitalisés dans la région pourraient être transférés vers d'autres régions (cf dépêche du 06/08/2021 à 21:33).
En outre-mer, le ministre a jugé que la situation est "plus qu'inquiétante" et qu'elle est "la conséquence de la faible couverture vaccinale". "Nous allons probablement devoir réquisitionner des soignants de métropole pour sauver des vies. On en est là", a-t-il prévenu.
Vendredi soir, la préfecture et l'agence régionale de santé (ARS) de Guadeloupe ont pointé une situation devenue "alarmante", avec quatre évacuations sanitaires (Evasan) de patients enclenchées (cf dépêche du 07/08/2021 à 12:32). En Martinique, deux nouveaux patients atteints d'une forme grave de Covid-19 ont été évacués depuis le CHU de Martinique vers la métropole, et d'autres évacuations sont prévues, a indiqué la direction générale de la santé (DGS) samedi soir à APMnews (cf dépêche du 08/08/2021 à 09:58).
Interrogé sur l'impact de l'obligation vaccinale dans les établissements de santé, et le risque qu'elle provoque des grèves et des départs, Olivier Véran a estimé qu'"un soignant antivax, c'est un non-sens". Il a relevé qu'"un ou deux syndicats vont dans la mauvaise direction" et que "seule une petite minorité" de professionnels de santé ne se sont pas engagés dans la vaccination. "Je ne crois pas du tout à des départs massifs", a-t-il assuré.
rm/rm/APMnews polsan-une

[RM3QXIEVE]

A lire aussi