Une opération de maintenance est prévue vendredi 22 octobre 2021 entre 13h15 et 13h45. L'accès au site sera interrompu durant cette période. Nous vous remercions pour votre compréhension.

dépêche

 - 

HPV: baisse importante de la prévalence des verrues génitales après le déploiement de la vaccination en Australie

LONDRES, 11 août 2021 (APMnews) - Une baisse notable de la prévalence des verrues génitales, à la fois chez les femmes et chez les hommes, a été constatée en Australie après le déploiement d'un programme de vaccination national contre le papillomavirus humain (HPV), selon une étude transversale publiée dans The Lancet Infectious Diseases.
Les auteurs, Eric Chow de l'université Monash à Melbourne (Australie) et ses collègues, avaient déjà publié fin mai une étude montrant une baisse statistiquement significative des infections anales chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) après le déploiement de la vaccination anti-HPV chez les garçons, rappelle-t-on (cf dépêche du 03/06/2021 à 13:55).
Ils se sont intéressés ici à la prévalence des verrues génitales chez les femmes et chez les hommes hétérosexuels sur différentes périodes entre 2004 et 2018, afin d'étudier l'effet du déploiement par étapes du programme de vaccination, ce dernier ayant d'abord concerné les femmes uniquement (2007) puis les hommes également (2013).
Pour ce faire, ils ont analysé les données issues d'un réseau national de surveillance regroupant 35 centres cliniques. Au total, 121.038 hommes (hétérosexuels) et 116.341 femmes ont été inclus.
Les quatre périodes étudiées étaient les suivantes:
  • de mi-2007 à début 2013, où seules les filles et les jeunes femmes étaient ciblées par le programme
  • de 2013 à 2018, période où la vaccination concernait à la fois les filles et les garçons
  • de 2007 à 2018, soit l'ensemble de la période de vaccination
  • de 2004 à mi-2007, qui correspond à la période pré-vaccins.
Les chercheurs ont constaté une baisse de 58% de la prévalence des verrues génitales chez les femmes et de 45% chez les hommes hétérosexuels après l'introduction du programme de vaccination en 2007.
L'effet le plus important était observé chez les plus jeunes, qu'il s'agisse de femmes ou d'hommes. La baisse de la prévalence des verrues génitales était par exemple de 80% chez les femmes de 15-20 ans contre 16% chez celles de 36 ans et plus, et de 70% chez les hommes de 15-20 ans contre 29% chez ceux de 36 ans et plus.
Les chercheurs notent que chez les 15-20 ans, des baisses significatives de 68% chez les femmes et de 49% chez les hommes de la prévalence des verrues génitales ont été observées au cours de la période 2007-2013 (où seules les filles étaient ciblées par le programme), et que cela a été suivi par une baisse encore plus importante dès lors que le programme a été étendu aux garçons en 2013 (baisses de 93% pour les femmes et de 89% pour les hommes).
Ils concluent que ce programme de vaccination ciblant filles et garçons a conduit à une baisse importante de la prévalence des verrues génitales en Australie, notamment chez les personnes jeunes qui ont été vaccinées à l'école.

Mieux cibler les HSH

Dans une revue systématique de 64 études publiée le même jour dans le Lancet HIV, Feixue Wei du Centre international de recherche sur le cancer (Circ, Organisation mondiale de la santé -OMS) à Lyon et ses collègues se sont intéressés à l'épidémiologie des infections anales dues au HPV16 et des lésions intra-épithéliales de haut grade au niveau anal chez des hommes, avec une stratification en fonction du statut VIH et de la sexualité.
Ces chercheurs estiment que la prévalence accrue des infections anales dues aux HPV qui est observée chez les jeunes HSH, qu'ils soient VIH+ ou VIH-, montre l'intérêt de vacciner les hommes et les femmes avant le début de leur activité sexuelle plutôt qu'en rattrapage.
Ils considèrent également que les HSH séropositifs, chez qui la prévalence des lésions intra-épithéliales de haut grade au niveau anal est élevée, doivent être priorisés dans le cadre des recherches et des initiatives portant sur le dépistage du cancer anal.
Dans The Journal of Infectious Diseases, Rachel Winer de l'université de Washington à Seattle et ses collègues publient quant à eux, le 28 juillet, une étude transversale concluant à l'efficacité de la vaccination anti-HPV contre les infections au niveau du pénis chez des jeunes HSH ayant été vaccinés au plus tard à l'âge de 18 ans.
(Lancet Infectious Diseases, publication en ligne du 30 juillet; Lancet HIV, publication en ligne, du 30 juillet; The Journal of Infectious Diseases, publication en ligne du 28 juillet)
sb/ab/APMnews

[SB7QXOEQK]

A lire aussi