dépêche

 - 

Fibrillation atriale: évolution cognitive comparable sous dabigatran et warfarine

DALLAS, 15 novembre 2021 (APMnews) - L'anticoagulant oral direct dabigatran et la warfarine sont associés à une évolution cognitive comparable des patients âgés souffrant de fibrillation atriale non valvulaire, selon une étude randomisée présentée dimanche au congrès virtuel de l'American Heart Association (AHA).
Le dabigatran s'est avéré comparable à la warfarine pour la prévention des accidents vasculaires cérébraux (AVC) chez les patients ayant une fibrillation atriale, avec un moindre risque hémorragique. Les AVC, micro-saignements et micro-embolies peuvent influencer l'évolution cognitive des patients sous anticoagulants. Des travaux antérieurs ont suggéré un risque réduit de démence sous anticoagulation orale, mais les essais cliniques n'ont pas évalué l'évolution cognitive ni la détérioration fonctionnelle des patients.
Le dabigatran procure un état d'anticoagulation plus stable que la warfarine, souligne Bruno Caramelli de l'université de Sao Paulo, principal auteur de l'étude GIRAF, dans un communiqué de l'AHA. Son efficacité relative sur la prévention du déclin cognitif chez les patients atteints de fibrillation atriale a donc été évaluée.
Dans cet essai, 200 patients atteints de fibrillation ou flutter atrial, sans antécédent d'évènement cérébrovasculaire majeur, ont été randomisés entre dabigatran (Pradaxa*, Boehringer Ingelheim) et warfarine.
Une évaluation cognitive extensive des patients a été effectuée au départ et au bout de 2 ans de traitement: cette évaluation portait sur la cognition globale (Montreal Cognitive Assessment -MOCA- et Mini-Mental State Exam -MMSE), la mémoire attentionnelle, le langage et les fonctions exécutives (batterie de tests neuropsychologiques -NTB) et l'attention soutenue, sélective et partagée (tests neuropsychologiques informatisés -CGNT).
Le temps passé dans la cible thérapeutique pour les patients sous warfarine était de 70%, soit une anticoagulation adéquate.
Il n'y a pas eu de différence statistiquement significative entre les deux groupes sur les différents tests cognitifs effectués, excepté pour le score Moca, avec une légère évolution en faveur de la warfarine, selon les résultats présentés en session late-breaking science.
L'analyse effectuée cette fois sur les domaines cognitifs particuliers ne montre aucune différence significative entre les deux groupes, que ce soit sur la mémoire, les fonctions exécutives, le langage ou l'attention.
Aucun patient n'a développé de démence au cours de l'essai, d'après les IRM réalisées au départ et à 2 ans.
"Ces résultats soulignent l'importance d'une anticoagulation suffisante pour réduire le déclin cognitif chez les patients âgés atteints de fibrillation atriale", et montrent qu'il n'y a globalement pas de différence d'évolution cognitive après 2 ans entre dabigatran et warfarine, commente l'AHA dans un communiqué.
cd/ab/APMnews

[CD2R2LYJI]

A lire aussi