dépêche

 - 

Covid-19: le reflux de l'épidémie "s'accentue" (SPF)

SAINT-MAURICE (Val-de-Marne), 18 février 2022 (APMnews) - Le reflux de l'épidémie de Covid-19 s'est "accentué" au cours de la semaine du 7 février, avec une baisse marquée des indicateurs aussi bien virologiques, qu'hospitaliers ou de mortalité, selon les données rapportées jeudi par Santé publique France (SPF), dans son bulletin épidémiologique.
L'ensemble des indicateurs épidémiologiques étaient déjà en baisse la semaine précédente, rappelle-t-on (cf dépêche du 11/02/2022 à 13:07).
Le taux d'incidence, en baisse de 44% la semaine du 7 février, est passé sous les 1.400 cas pour 100.000 habitants contre près de 2.500 la semaine précédente. Le taux de reproduction R effectif s'est établi en parallèle à 0,59. Le taux de dépistage a quant à lui baissé de 35% et le taux de positivité des tests s'est établi à 28% (soit -4,7 points).
S'il reste encore "élevé", le niveau d'incidence s'est amélioré "dans l'ensemble des régions et dans toutes les classes d'âge", note SPF. Le taux a notamment "diminué de moitié" chez les moins de 20 ans.
La variant omicron était responsable de plus de 99% de ces infections.
SPF note une hausse de la part du sous-lignage BA.2 d'omicron, qui comptait pour 10,7% des séquences interprétables dans l'enquête Flash du 31 janvier, contre 4,5% dans celle du 24 janvier. La proportion de BA.2 était plus élevée en Nouvelle-Aquitaine (28% le 31 janvier), une différence qui "pourrait être liée à une introduction plus précoce" de BA.2 dans cette région, où il a été détecté dès le 3 janvier.
Il a par ailleurs été constaté, dans une analyse portant sur les cas de réinfection par le Sars-CoV-2 survenus entre début mars 2021 et fin janvier 2022, que 92% de ces réinfections s'étaient produites depuis le 1er décembre 2021, soit au cours de la 5e vague de Covid-19. Au total, "79% des cas possibles de réinfection [disposant d'un] résultat de criblage disponible et interprétable, avaient un résultat évocateur d'infection par le variant omicron".
"Les événements de réinfection par le Sars-CoV-2 ne sont pas des événements rares, et leur fréquence a très fortement augmenté au cours de la période d'étude (inférieure à 1% des cas confirmés entre début mars et début décembre 2021 et égale à 3,6% entre le 5 décembre 2021 et le 27 janvier 2022)", rapporte SPF.
L'agence sanitaire explique que "parmi les hypothèses pouvant expliquer l'augmentation des réinfections", figurent "l'atténuation de la réponse immunitaire post-infectieuse ou post-vaccinale survenue au cours du temps et l'impact du variant omicron en termes de transmissibilité accrue et d'échappement immunitaire".

Hausse du nombre de personnes-contacts enregistrées

Alors que l'assurance maladie a lancé le 9 février un service en ligne permettant aux personnes testées positives pour le Sars-CoV-2 de lister leurs cas contacts (cf dépêche du 09/02/2022 à 16:26), SPF estime que ce déploiement pourrait en partie expliquer la hausse observée, de 25%, du nombre de nouvelles personnes-contacts enregistrées dans le cadre du suivi des contacts (alors que le nombre de nouveaux cas enregistrés diminuait de 45%).
Ce phénomène peut aussi s'expliquer par "une plus grande proportion de cas ayant été appelés" (20% contre 11% la semaine précédente).
SPF rapporte par ailleurs une baisse, pour la deuxième semaine consécutive, de la proportion de personnes-contacts devenant des cas (16% la semaine du 31 janvier contre 19% la précédente). Ceci "peut s'expliquer par les modalités de dépistage, avec des résultats d'autotests qui ne sont pas confirmés par un test RT-PCR ou antigénique nasopharyngé, et donc non identifiés dans la base Contact Covid".
A l'hôpital, le nombre de nouvelles hospitalisations de patients Covid-19 (11.699 sur la semaine) était en baisse de 29% tandis que celui des admissions en services de soins critiques (1.415) diminuait de 27%. En outre, parmi ces entrées, respectivement 31% et 21% étaient dues à un autre motif que le Covid-19, les patients étant simplement porteurs du virus.
Selon les données à jeudi, 29.843 patients Covid-19 étaient hospitalisés en France (contre 32.415 il y a une semaine), dont 3.055 en services de soins critiques (contre 3.416).
Le nombre de passages aux urgences et d'actes rapportés par SOS Médecins pour suspicion de Covid-19 étaient en baisse respective de 30% et 36%.
Dans un communiqué diffusé vendredi, SPF rapporte que les jeunes de 0 à 17 ans, qui comptent pour 21,5% de la population française, représentent entre 6% et 8% des patients Covid-19 hospitalisés depuis début 2022. "Le nombre de cas pédiatriques hospitalisés pour Covid-19 en soins critiques, dont la réanimation, reste toutefois peu élevé."
L'agence sanitaire ajoute que "rapportée aux cas pédiatriques symptomatiques, la part des cas hospitalisés en pédiatrie était de 1,4% lors de la dernière vague avec une circulation du variant delta exclusive [juin-septembre 2021] contre 0,4% à compter de la semaine du 10 octobre 2021 (apparition du variant omicron)".

Pas d'excès de mortalité chez les moins de 15 ans

Le nombre de décès de patients Covid-19 survenus à l'hôpital ou en établissements sociaux et médico-sociaux (ESMS) était en baisse de 9% la semaine du 7 février, avec 1.870 décès recensés (dont 167 en ESMS). "Le nombre de décès était élevé depuis plusieurs semaines du fait de l'ampleur de la cinquième vague épidémique", commente SPF.
S'agissant des décès pédiatriques, l'agence sanitaire rapporte que "depuis le début de l'épidémie, 39 décès d'enfants présentant un lien possible avec la Covid-19 ont été enregistrés dans la base SI-VIC". Elle précise que pour les "21 décès dont l'investigation a pu être menée à son terme, 17 enfants avaient des comorbidités sévères engageant déjà très fortement le pronostic vital".
En outre, "l'analyse des données de mortalité toutes causes confondues ne montre aucun excès de mortalité chez les moins de 15 ans en 2020, 2021 et début 2022".
S'agissant de la vaccination contre le Covid-19 en France, SPF rapporte un taux de primovaccination de 79% dans la population totale. Chez les enfants de 5-11 ans, le taux de première dose vaccinale était de 8,8% chez les 10-11 ans et de 3% chez les 5-9 ans.
La couverture pour la dose de rappel chez les populations éligibles était de 81% chez les 18 ans et plus, 91% chez les 65 ans et plus et 76% chez les résidents d'Ehpad ou unités de soins de longue durée (USLD). Le taux de professionnels éligibles ayant reçu leur rappel vaccinal était de 84% dans les Ehpad ou USLD, de 89% chez les libéraux et de 83% chez les salariés.
Source: bulletin SPF
Source: bulletin SPF
La direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) rapporte par ailleurs, dans une note diffusée vendredi, que selon les données collectées entre le 10 janvier et le 6 février, "les 7% de personnes non vaccinées dans la population française de 20 ans et plus" représentaient 16% des tests PCR positifs chez les personnes symptomatiques, 29% des admissions en hospitalisation conventionnelle avec test PCR positif, 36% des entrées en soins critiques avec test PCR positif et 39% des décès avec test PCR positif.
sb/ab/APMnews

[SB8R7HSD1]

A lire aussi