Une opération de maintenance est prévue Vendredi 19 Aout 2022 entre 13h15 et 13h45. L'accès au site sera interrompu durant cette période. Nous vous remercions pour votre compréhension.

dépêche

 - 

Associer une thiopurine au védolizumab réduit le risque d'échec thérapeutique dans la maladie de Crohn

LONDRES, 11 avril 2022 (APMnews) - La combinaison thiopurine + védolizumab (Entyvio*, Takeda) est associée à un moindre risque d'échec thérapeutique que la monothérapie de védolizumab en traitement d'induction dans la maladie de Crohn, mais pas la rectocolite hémorragique, selon des données de vie réelle américaines et françaises publiées dans Gut.
Alors qu'il est démontré que l'association infliximab + thiopurine est plus efficace que l'infliximab seul chez les patients atteints de maladie inflammatoire chronique de l'intestin (Mici), l'intérêt d'ajouter une thiopurine au védolizumab reste controversé, notent Julien Kirchgesner du Brigham and Women’s Hospital à Boston et ses collègues.
Faute d'essai clinique sur la question, ils l'ont évalué en exploitant deux bases de données américaines et le système national des données de santé (SNDS) français sur la période 2009-2020, en procédant à une régression logistique, selon une méthodologie déjà mise en oeuvre pour tester l'intérêt de l'ajout d'une thiopurine à l'infliximab chez les patients atteints de Mici.
Pour son analyse, l'équipe a apparié 804 patients atteints de maladie de Crohn et 1.088 de rectocolite hémorragique (RCH) traités par combothérapie aux mêmes nombres de patients traités par védolizumab seul.
Les auteurs rapportent un taux d'échec thérapeutique à 26 semaines de 29,3% avec la combothérapie et de 34,3% avec la monothérapie chez les patients atteints de maladie de Crohn. Chez les patients atteints de RCH, les pourcentages d'échec à 16 semaines étaient respectivement de 21,7% et de 24,2%.
Ces données indiquent que, chez les patients atteints d'une maladie de Crohn, l'association thiopurine + védolizumab est associée à un risque d'échec thérapeutique réduit de 15%.
En revanche, elles n'ont pas montré de différence significative entre la combothérapie et la monothérapie chez les patients atteints de RCH.
Ces données sont susceptibles d'aider à la décision clinique chez les patients atteints de Mici initiant un traitement par védolizumab, estiment les auteurs.
vib/ab/APMnews

[VIB2RA6HWK]

A lire aussi