dépêche

 - 

"Faire en sorte de ne pas se retrouver avec des hôpitaux surchargés" (Martin Hirsch)

PARIS, 14 septembre 2020 (APMnews) - Les hôpitaux parisiens ne sont pas saturés face à l'accélération de la circulation du coronavirus Sars-CoV-2, mais la dynamique des entrées s'accélère, a expliqué lundi le directeur général de l'AP-HP, Martin Hirsch, au micro de BFMTV, appelant à "faire en sorte que les hôpitaux ne soient pas surchargés".
Le directeur général de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) a fait état d'une "progression exponentielle" de la circulation du Sars-CoV-2 et des nouvelles hospitalisations de personnes infectées. "Dans nos hôpitaux", le nombre de patients Covid admis "double toutes les trois semaines ou tous les mois", a-t-il précisé.
"Alors que tout le monde s'attendait à un rebond après le déconfinement, on a vu un moment de calme" en juin, a-t-il observé. S'agissant du personnel de l'AP-HP, "pendant le printemps on a eu à peu près 5.000 personnes qui ont été contaminées". En juin, "il y avait 22 contaminations", et "dans la première semaine de septembre 100, donc c'est reparti".
Le directeur général de l'AP-HP a relevé "un automne déjà compliqué" et alerté sur "un hiver qui peut être très difficile".
S'agissant des hospitalisations, "l'augmentation a frémi en juillet, s'est confirmée en août et commence à s'accélérer en septembre". Il y a des malades en réanimation "dans à peu près toutes nos réanimations, aujourd'hui en petit nombre, sauf dans deux hôpitaux (Bichat et la Pitié-Salpêtrière)", où ils sont "plus d'une dizaine", a-t-il précisé.
"Donc aujourd'hui, on n'est pas du tout à saturation", a souligné Martin Hirsch. "Mais avec un rythme de doublement", le risque est d'y arriver.
Selon un document présenté lors de la réunion de la commission médicale d'établissement (CME) de l'AP-HP du mardi 8 septembre, et dont APMnews a eu copie, il y a eu dans la semaine du 24 au 30 août 64 entrées de patients Covid dans les services de soins critiques, 242 en hospitalisation classique et 45 en soins de suite et de réadaptation (SSR).
Les entrées étaient respectivement de 20, 111 et 36 dans la semaine du 6 au 12 juillet.
Le document fait état d'une "augmentation constante des flux de patients en réanimation et en [hospitalisation classique] depuis mi-juillet avec augmentation du nombre de patients début août", davantage marquée en hospitalisation conventionnelle.

Près de 200 patients Covid en soins critiques en Ile-de-France vendredi (ARS)

L'agence régionale de santé Ile-de-France faisait état vendredi de 2.456 patients Covid hospitalisés dans la région, dont 199 en soins critiques, contre respectivement 2.352 et 172 une semaine auparavant.
Martin Hirsch a alerté sur les risques de contamination encourus lors des rassemblements favorisant une "très grande proximité" (par exemple dans les bars) lors desquels les personnes peuvent "perdre tout le gain de leur journée en une heure" en matière de protection, alors qu'elles auront auparavant respecté le port du masque.
"Il y a probablement à agir là-dessus si on veut faire en sorte qu'on ne se retrouve pas avec des hôpitaux surchargés et trop de morts", a-t-il plaidé.
S'agissant du dépistage, Martin Hirsch a rappelé que l'AP-HP a "engagé les moyens de pouvoir mettre à disposition le plus vite possible" des tests rapides antigéniques (cf dépêche du 09/09/2020 à 18:21).
Ces tests, "un peu moins sensibles" que les PCR, seront adaptés au dépistage à grande échelle, a-t-il souligné. "On estime que sur 10 patients contaminants, repérés par la PCR, le test rapide en repérera probablement 9", a-t-il expliqué.
L'enjeu est de savoir "si on préfère en perdre 1 sur 10 mais en gagner beaucoup en faisant plus [de dépistage], en allant plus vite et en permettant de prendre les mesures. C'est le raisonnement de santé publique qui fait qu'il y a un consensus pour considérer que c'est un outil complémentaire utile."
Il y aura cette semaine "d'autres opérations de réglage" avec "l'autorisation de pouvoir roder le dispositif" et, "d'ici la fin du mois de septembre", on "pourra prendre l'habitude de pouvoir l'utiliser".
S'agissant du dispositf Covisan conçu par l'AP-HP pour casser les chaînes de transmission, en proposant un dépistage à l'entourage des personnes contaminées et des mesures pour favoriser le respect des mesures barrières et l'isolement, "on va arriver à 1.000 interventions par jour" environ en Ile-de-France, a-t-il précisé.
Le directeur général de l'AP-HP a en outre fait valoir que si "on ne sait pas quand on aura le vaccin contre le Covid", "le vaccin contre la grippe existe, et plus on l'utilise, mieux on sera protégé, y compris contre le Covid, parce qu'il n'y aura pas la confusion entre les deux".
mlb-cb/nc/APMnews

[MLB8QGN4SK]

A lire aussi