dépêche

 - 

LA BRONCHITE CHRONIQUE TOUCHE AUSSI LES JEUNES ADULTES

VERONE, 9 juillet (APM-Reuters) - La bronchite chronique touche aussi les jeunes adultes, en particulier les fumeurs, selon une vaste étude européenne menée dans 35 centres de 16 pays.
Jusqu'à présent, il était plutôt considéré que la bronchite chronique -une des bronchopneumopathies chroniques obstructives- touchait les personnes âgées, mais les résultats de l'European Community Respiratory Health Survey (ECRHS), publiés par l'European Respiratory Journal, montrent le contraire.
Maladie très fréquente à partir de la cinquantaine, la bronchite chronique donne lieu à des épisodes de surinfection bactérienne. Elle est définie par une toux chronique, 3 mois par an, au moins 2 années consécutives, sans cause identifiée de toux chronique.
Lancée au début des années 1990, l'enquête a recherché ces symptômes (une toux ou des expectorations presque tous les jours, plus souvent en hiver et pendant au moins 3 mois par an), avec un même protocole standard, auprès de 17.966 personnes âgées de 20 à 44 ans sélectionnées au hasard dans la population générale dans 35 centres pilotes situés en Europe, aux Etats-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande, soit un total de 16 pays industrialisés.
Le tabagisme a été évalué aussi, pour identifier les principaux facteurs de risque, de même que les infections respiratoires pendant l'enfance, l'exposition à des polluants ou à des substances irritantes sur le lieu de travail, ou encore l'appartenance à une classe socio-économique modeste.
D'après les résultats, la prévalence médiane de la bronchite chronique dans la population étudiée est de 2,6% (50% des centres présentaient un taux de prévalence dépassant 2,6%).
"C'est un chiffre élevé compte tenu de l'âge des personnes, et qui a surpris les investigateurs", relève le Pr Roberto de Marco.
La fréquence des bronchites chroniques variait selon les pays allant de 0,7% pour les Pays-Bas jusqu'à 10% (9,7%) à Albacete en Espagne.
Le Royaume-Uni et la France ont les taux de prévalence les plus faibles (moins de 2%), tandis que les Etats-Unis, l'Irlande et l'Espagne ont les plus mauvais scores (de 5% à 9,7%).
L'enquête confirme que la bronchite chronique touche plus souvent les hommes (médiane de 3,7%) que les femmes (2,8%).
UN IMPACT MAJEUR DU TABAGISME
Comme chez les personnes de plus de 50 ans, le principal facteur de risque associé à la bronchite chronique s'est avéré être le tabagisme.
A l'exception de Portland, le seul site américain à participer à l'enquête, la même corrélation est retrouvée partout : les centres à plus faible prévalence sont aussi ceux qui, en général, ont proportionnellement le moins de fumeurs (Royaume-Uni, France et Australie) et inversement.
La prévalence des fumeurs allait de 20,1% à 56,9% avec une valeur médiane de 40%.
En outre, la relation entre bronchite chronique et tabagisme était plus forte avec l'importance du tabagisme. Le risque relatif de bronchite chronique était de 3,51 chez les personnes fumant entre 1 et 14 paquet-années et augmentait à 17,32 pour ceux qui cumulaient plus de 45 paquet-années, par rapport aux non fumeurs.
Enfin, le risque d'observer une dégradation de la fonction pulmonaire augmentait avec le nombre de cigarettes consommées, alors que l'apparition d'une obstruction des bronches, qui constitue un premier signe de complication, était plus courante chez les fumeurs et notamment chez les gros fumeurs.
Concernant le tabagisme, l'Europe semble en retard sur les 3 autres pays industrialisés où s'est déroulée l'enquête. En Nouvelle-Zélande, Australie et aux Etats-Unis, le nombre d'ex-fumeurs dépasse désormais celui des fumeurs, alors que dans certains pays européens, ce n'est pas le cas. Ainsi, le centre d'Oviedo, en Espagne, a recensé 56,9% de fumeurs dans la tranche d'âge intéressée.
Globalement, dans les 16 pays étudiés, 4 adultes de moins de 45 ans sur 10 fument, notent les auteurs, qui soulignent le besoin de renforcer les campagnes anti-tabac pour améliorer la qualité de la prévention des maladies liées au tabagisme.
Néanmoins, le tabac n'est pas le seul paramètre associé à l'apparition d'une bronchite chronique puisqu'il n'explique que 30% des variations géographiques de prévalence. Globalement, 17% des bronchitiques chroniques de l'étude n'étaient pas fumeurs.
D'autres éléments entrent en jeu, montre l'enquête. Le facteur le plus important est l'exposition professionnelle à des substances irritantes pour les bronches.
"Associé au tabac, ce facteur de risque pourrait expliquer pourquoi les femmes développent moins souvent une bronchite chronique que les hommes", suggèrent les auteurs. Mais, l'hypothèse reste à vérifier.
Comme dans d'autres maladies, l'appartenance à une classe socio-économique modeste (définie par un cursus scolaire stoppé à 16 ans) pourrait aussi avoir une importance, en particulier chez les hommes.
En revanche, ni l'âge (20-24 ans, 25-34 ans et 35-44 ans), ni l'existence d'infections respiratoires pendant l'enfance n'ont semblé influencer le développement d'une bronchite chronique chez ces adultes jeunes, au contraire de ce qui est constaté pour l'asthme.
VERS UNE SECONDE ETUDE
Les 3 facteurs identifiés dans cette étude à savoir le tabagisme, l'exposition professionnelle et le niveau socio-économique, ne peuvent expliquer tout au plus que 44% de la variabilité entre pays, constatent les auteurs.
Des paramètres liés à l'environnement ou à des anomalies génétiques pourraient donc intervenir également dans le développement de la maladie, estiment-ils.
C'est pourquoi une seconde partie de l'étude (ECRHS II) va s'intéresser plus particulièrement à ces facteurs et à leur impact sur la fonction pulmonaire et la santé respiratoire. Elle sera menée chez les mêmes personnes avec en plus de nouveaux paramètres, en particulier ceux liés à l'environnement.
Ainsi, il est prévu de doser des polluants atmosphériques liés à la circulation automobile, comme le dioxyde d'azote (NO2) et les fines particules. Un nouveau questionnaire a aussi été conçu pour recueillir des informations détaillées sur la pollution à l'intérieur des habitations, l'exposition au tabagisme passif et les risques professionnels.
(European Respiratory Journal, juillet, vol.18, n°1, 8 pages)

[SLEG6002]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi