dépêche

 - 

LE VACCIN ANTIVARIOLIQUE POURRAIT AVOIR UN EFFET PROTECTEUR CONTRE LE VIH

MANASSAS (Virginie), 12 septembre (APM-Reuters) - La vaccination antivariolique pourrait avoir un effet protecteur contre l'infection au VIH, ont annoncé jeudi dans un communiqué des chercheurs américains de l'Université George Mason.
Les chercheurs mènent actuellement des discussions avec la firme Acambis, qui fabrique notamment des vaccins antivarioliques, pour tester cette idée.
En se basant sur l'histoire naturelle du VIH et son extension en Afrique, Raymond Weinstein et ses collègues ont proposé l'hypothèse que le déclin des réponses immunologiques à la variole, lié à une éradication de la maladie et à l'arrêt des vaccinations, pourrait être associé à l'émergence du VIH.
Pour vérifier cette hypothèse, les chercheurs ont pratiqué des analyses sanguines auprès de 10 participants vaccinés contre la variole et 10 non vaccinés, et ont exposé leurs cellules au VIH in vitro.
Malgré le petit nombre de participants, les auteurs ont décelé des différences entre les deux groupes quant à la résistance à l'infection au VIH. Les patients vaccinés seraient quatre fois plus résistants au VIH que les non vaccinés.
Il semble que le VIH ne soit pas parvenu à se multiplier ou à un niveau très faible dans les cellules des patients vaccinés contre la variole. Ces résultats suggèrent que la vaccination antivariolique pourrait être adaptée pour conférer une protection significative contre l'infection au VIH.
Après ces résultats préliminaires, les auteurs vont maintenant analyser un nombre plus grand de cellules sanguines de sujets vaccinés et non vaccinés et se pencher sur les mécanismes moléculaires expliquant comment le vaccin de la variole confère une protection contre le VIH.

[COGIC004]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

Plus de 80 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi