dépêche

 - 

INSUFFISANCE RENALE AIGUE : RESULTATS ENCOURAGEANTS POUR UN REIN BIO-ARTIFICIEL

ANN ARBOR, 8 novembre (APM) - Des chercheurs américains rapportent des résultats encourageants pour le premier essai clinique de phase I/II évaluant un rein bio-artificiel, en complément d'un système d'épuration extra-rénale, chez des patients présentant une insuffisance rénale aiguë.
L'insuffisance rénale aiguë chez des patients présentant d'autres pathologies est associée à un taux de décès supérieur à 70% malgré la mise sous hémodialyse ou l'utilisation d'une autre technique d'épuration continue extra-rénale (CRRT), rappellent le Dr David Humes de l'université du Michigan à Ann Arbor et ses collègues.
La CRRT remplace la fonction de filtration des reins mais reste limitée pour assurer les fonctions métaboliques, expliquent-ils.
Ils ont évalué un rein bio-artificiel (Renal Bio-Replacement Therapy*) développé par la société américaine Nephros Pharmaceutics dans le but de remplir ces deux fonctions.
Le dispositif est constitué d'un système d'hémofiltration synthétique relié à un tube tapissé d'environ un milliard de cellules du tubule proximal de rein humain. Il est prévu pour être intégré à un circuit classique de CRRT.
Les chercheurs ont évalué le rein bio-artificiel chez 10 patients présentant une insuffisance rénale aiguë et une défaillance multi-organique (sepsis, détresse respiratoire aiguë, complications postopératoires), avec un taux de mortalité prédit de plus de 85%.
Ils ont été traités pendant plus de 24 heures mais certains d'entre eux ont dû arrêter prématurément en raison de réactions telles qu'une hypoglycémie ou un faible nombre de plaquettes ou de complications liées à leur pathologie.
Tous les patients sauf un ont vu leur état physiologique s'améliorer dans les trois jours suivant le traitement. Le taux plasmatique de cytokines relevé suggère que les patients ont répondu au traitement.
Un patient est décédé après que la famille a demandé l'arrêt de l'assistance respiratoire et trois autres patients sont décédés des suites de leur pathologie, sans lien avec le traitement avec le rein bio-artificiel.
Six patients sont encore en vie à 30 jours.
Ces résultats permettent de poursuivre l'évaluation du dispositif dans un essai multicentrique contrôlé, randomisé de phase II dans l'insuffisance rénale aiguë qui est actuellement en cours, indiquent les chercheurs.
Une étude de phase I est prévue courant 2005 dans l'insuffisance rénale chronique au stade terminal.
L'objectif est de développer un dispositif totalement implantable permettant de remplacer complètement la fonction rénale, indiquent les chercheurs dans un communiqué de l'université.
(Kidney International, vol.66, n°4, pp.1.578-88)

[LDHK5003]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi