dépêche

 - 

Mélanome : les mécanismes génétiques responsables des métastases mieux compris

NEW YORK, 5 septembre (APM) - Des chercheurs américains expliquent pour la première fois les mécanismes génétiques responsables de la formation des métastases dans le mélanome, selon une étude à paraître dans Nature Genetics.
"Les autres cancers ont besoin d'apprendre comment se propager mais pas le mélanome. A présent, pour la première fois, nous comprenons le mécanisme génétique responsable de ce phénomène", commente l'un des auteurs dans un communiqué du Whitehead Institute for Biomedical Research à Cambridge (Massachusetts).
Le mélanome est un cancer qui est particulièrement agressif en raison d'une plus grande capacité à former des métastases par rapport aux autres tumeurs, rappellent Piyush Gupta du Whitehead Institute for Biomedical Research à Cambridge (Massachusetts) et ses collègues.
Cette caractéristique pourrait être liée au programme de différenciation des mélanocytes eux-mêmes, avant qu'ils ne deviennent cancéreux.
Les chercheurs américains ont confirmé cette hypothèse chez la souris, mettant en évidence le rôle du gène Slug dans la formation des métastases du mélanome. Ce gène est présent dans les cellules de la crête neurale chez l'embryon et intervient dans leur migration vers leurs sites de différenciation, notamment en mélanocytes.
Après son activation pendant le développement embryonnaire, le gène Slug est en principe éteint dans les tissus adultes. Mais lorsque les chercheurs ont analysé le profil d'expression génique de mélanomes humains, ils ont vu que Slug était à nouveau activé.
Enfin, lorsque le gène Slug est désactivé dans des cellules de mélanome injectées ensuite chez des souris, il s'avère que la tumeur est incapable de métastaser.
Ces résultats confirment que certains gènes activés au stade embryonnaire, qui jouent normalement un rôle dans la migration cellulaire et sont donc présents avant la transformation néoplasique, sont aussi impliqués dans la capacité des cellules cancéreuses à se propager, commentent les chercheurs.
(Nature Genetics, édition accélérée en ligne du 4 septembre, 8 pages)

[LDII5001]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi