dépêche

 - 

L'antiostéoporotique Actonel* semble également efficace chez les hommes

TORONTO, 5 juin 2006 (APM) - Le risédronate (Actonel*, Sanofi-Aventis/Procter & Gamble) est également efficace contre l'ostéoporose masculine, selon une étude de phase III présentée lundi au congrès de l'International Osteoporosis Association (IOF) à Toronto, a annoncé Procter & Gamble.
Actonel*, un bisphosphonate à prise hebdomadaire, est déjà prescrit chez les femmes souffrant d'ostéoporose post-ménopausique, rappelle-t-on.
Steven Boonen, du centre médical de Louvain (Belgique) pour les maladies osseuses métaboliques, et ses collègues ont mené une étude sur 284 hommes âgés de 36 à 84 ans, dont 191 sous risédronate tandis que les 93 autres étaient sous placebo.
Après deux ans, les chercheurs ont ainsi observé un gain de 4,5% de la densité minérale osseuse (DMO) au niveau de la colonne vertébrale.
Le laboratoire Procter & Gamble n'apporte cependant pas d'autres résultats chiffrés dans son communiqué, note-t-on.
Il est indiqué que le risédronate a été globalement bien toléré et que les effets indésirables sont survenus avec une fréquence équivalente dans les deux groupes, notamment une constipation, des douleurs dans le dos, une arthralgie, des symptômes grippaux et des rhinopharyngites.
Le risque masculin d'ostéoporose a fait l'objet d'autres travaux présentés au congrès de l'IOF, qui les met en lumière dans un communiqué.
C'est ainsi qu'un travail américain fait état d'une baisse de la DMO au fil de l'âge, particulièrement marquée après 75 ans, laquelle serait due à une moindre production d'estrogènes.
Cet effet était par ailleurs plus accentué chez les hommes d'origine hispanique, phénomène dont Jane Cauley, de l'université de Pittsburgh (Pennsylvanie) et co-auteur de l'étude, a reconnu ignorer les raisons.
En raison du vieillissement de la population, le problème de l'ostéoporose masculine va prendre de l'ampleur, selon une étude conduite par John Wong, de la Tufts University de Boston (Massachussetts), et ses collègues.
Les chercheurs ont suggéré par une étude de simulation informatisée que le nombre de fractures ostéoporotiques chez les hommes américains devrait passer de 595.000 en 2005 à 925.000 en 2025, soit une augmentation de 56%.
La facture étasunienne en termes de soins de santé devrait s'en ressentir, avec un bond de 3,17 à 5,18 milliards d'euros en 20 ans.
/rl/ld/APM

[RLJF5004]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi